Evidence based

CBD et troubles du sommeil : Recherche et compréhension actuelles

Manque de sommeil ? La perte de sommeil a un effet profond sur la santé physique et émotionnelle. Le cannabis est utilisé en médecine depuis des centaines d’années comme aide naturelle et calmante pour le sommeil. Y a-t-il des recherches pour étayer cela ?

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Des recherches approfondies ont été menées autour des effets du manque de sommeil sur les étudiants universitaires, les étudiants en médecine et même ceux des unités de soins intensifs.

Comme vous le savez probablement, il suffit d’une nuit de sommeil misérable pour en ressentir les conséquences. L’ “Académie américaine de médecine du sommeil” (AASM – American Academy of Sleep Medicine) et la “Société de recherche sur le sommeil” (SRS – Sleep Research Society) ont récemment élaboré un consensus recommandant que les adultes dorment au moins 7 heures ou plus par nuit [1].

Même une privation de sommeil de courte durée peut causer des changements métaboliques, des changements épigénétiques et des problèmes cardiovasculaires.

Votre cerveau produit naturellement des neurotransmetteurs appelés endocannabinoïdes qui aident à réguler le sommeil. Le CBD utilise le système endocannabinoïde pour aider les utilisateurs à avoir une bonne nuit de repos.

Une étude réalisée en 2016 sur le CBD a montré son efficacité pour réduire l’insomnie chez les enfants souffrant de troubles de stress post-traumatique.

Il ne fait aucun doute que le CBD a beaucoup à offrir aux personnes privées de sommeil, mais comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les avantages du CBD sur les troubles du sommeil, et quelles sont ces lacunes ?

Dans cet article, nous explorerons comment le CBD peut vous aider à vous endormir et à rester endormi.

  • Table des matières

Qu’est-ce que le CBD ?

La plante de cannabis est composée de centaines de composés différents — les plus remarquables sont les plus de 100 cannabinoïdes individuels. Ils présentent un intérêt particulier pour la recherche, car le cerveau humain contient des récepteurs cannabinoïdes naturels. Cela signifie que nous pouvons produire nos propres cannabinoïdes naturels ! Ces produits chimiques sont des neurotransmetteurs et sont appelés endocannabinoïdes (endo signifiant intérieur).

Le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD) ont reçu le plus d’attention. Ces composés ont des interactions nettement différentes avec les récepteurs endocannabinoïdes de l’organisme.

Ce système module les processus neurobiologiques tels que l’apprentissage et la mémoire, l’attention, la perception de la douleur, les états émotionnels et le sommeil[2].

Le THC est le composé chimique responsable du “high” qui se produit après l’ingestion de marijuana. L’intoxication aiguë au THC causée par le tabagisme ou la consommation de produits à base de cannabis peut causer des troubles de la mémoire, des changements d’humeur (y compris une augmentation de l’anxiété et de la paranoïa) et une somnolence accrue pendant le jour. Les effets à long terme de l’utilisation du THC comprennent une diminution de la concentration et de la mémoire, ainsi qu’une diminution de la production de dopamine. Comme la dopamine a de multiples fonctions dans le cerveau, les résultats de cette chute de dopamine sont encore à l’étude.

Contrairement au THC, le CBD ne produit pas d’effets euphoriques ou psychoactifs lorsqu’il est ingéré, mais plutôt un effet calmant et anti-anxiété. Le CBD peut être extrait de la plante de cannabis, purifié et s’est révélé efficace dans le traitement de la douleur, de l’anxiété, de la dépression, de l’insomnie et d’une foule d’autres conditions.

Comment la CBD aide-t-elle à dormir ?

Grâce à ses propriétés calmantes et analgésiques, le CBD peut aider à traiter les symptômes associés aux troubles du sommeil. Il a également été démontré qu’il régularise le cycle veille-sommeil en raison de ses effets anxiolytiques, anti-inflammatoires et antidépresseurs[3].

1. La CBD peut soulager l’insomnie

L’un des effets les plus fréquemment observés de la dose élevée de CBD est la sédation[4]. La CBD aide à améliorer non seulement la qualité générale du sommeil, mais aussi la quantité de sommeil[5].

2. La CBD peut soulager l’anxiété

L’anxiété induite par le stress peut perturber les habitudes de sommeil. Le CBD pris quotidiennement une heure après un événement stressant peut avoir des effets durables, tels que la réduction des augmentations soudaines de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle et le soulagement du stress[6].

3. La CBD peut réduire les cauchemars

Si des cauchemars ou des flashbacks vous empêchent de dormir la nuit, des essais cliniques ont montré que le CBD peut mettre fin aux cauchemars et aux souvenirs persistants ou les réduire considérablement[7].

4. La CBD peut améliorer les habitudes de sommeil

Le CBD a montré des résultats prometteurs pour les personnes atteintes d’un trouble du comportement du sommeil paradoxal – une condition qui pousse les gens à agir physiquement pendant le sommeil paradoxal. On a également constaté qu’il soutient les personnes souffrant d’une somnolence diurne excessive en augmentant la durée totale du sommeil[8]. Le CBD peut aider à réinitialiser les habitudes de sommeil, en influençant de plus longues périodes de sommeil ininterrompu.

5. La CBD peut atténuer la douleur chronique

Le système endocannabinoïde est impliqué dans la gestion de la perception de la douleur. De nombreux patients ont déclaré avoir remplacé leurs analgésiques sur ordonnance par des CBD, en particulier dans le traitement des maux de tête, des troubles de santé mentale, de l’insomnie, de l’arthrite et d’autres syndromes de douleur chronique. Il y a même des preuves que la CBD peut être utilisée pour aider les gens à se sevrer des opiacés/opioïdes[9].

Qu’est-ce qu’un sommeil sain ?

Un sommeil sain ne se résume pas à la quantité de sommeil que vous recevez chaque nuit. Pour vous réveiller rafraîchi et les idées clairs, vous devez vous assurer que la qualité de votre sommeil est bonne. La qualité se mesure par le nombre de cycles de sommeil que vous effectuez pendant la nuit. Se réveiller au milieu d’un cycle de sommeil en raison du bruit, de l’apnée du sommeil ou du stress sont tous des facteurs contribuant à la mauvaise qualité du sommeil.

Un cycle de sommeil complet dure environ 90 à 110 minutes.

Au cours de ces cycles, notre cerveau fluctue entre le sommeil non-REM (NREM) et le sommeil paradoxal (REM). Au cours des premiers cycles, le temps de sommeil profond et le temps de sommeil paradoxal sont plus longs et plus courts. Au fur et à mesure que votre sommeil progresse, vous passerez plus de temps en sommeil paradoxal entrecoupé de brèves périodes d’éveil.

Les cinq étapes du sommeil

Deux choses régulent notre besoin de sommeil :

  1. Notre horloge circadienne interne
  2. Une homéostasie intégrée du réveil et du sommeil

Selon le manuel Rechtschaffen et Kales, il y a cinq stades de sommeil.

Les stades un et deux sont considérés comme un sommeil léger, les stades trois et quatre comme un sommeil profond, et le stade final est le sommeil paradoxal.

Revoyons chaque étape du sommeil plus en détail.

1. Première phase

La première phase est celle du sommeil léger avec de petites ondes cérébrales. Au cours de cette phase, nous nous endormons et nous réveillons, les mouvements de nos yeux sont lents, l’activité musculaire est ralentie et nous pouvons nous réveiller facilement.

2. Deuxième phase

Notre corps commence à se préparer au sommeil profond. Les mouvements oculaires, les ondes cérébrales et le rythme cardiaque ralentissent, la température corporelle baisse.

3. Troisième phase

Au cours de la troisième phase, Nous entrons dans un sommeil profond. Les ondes cérébrales extrêmement lentes appelées ondes delta se combinent à des ondes cérébrales plus courtes et plus rapides. L’activité musculaire est également bien plus faible lors de cette phase.

4. Quatrième phase

Pendant la quatrième phase, le sommeil est très profond, le cerveau envoie presque exclusivement des ondes delta lentes et la respiration est régulière.

5. La cinquième phase (sommeil paradoxal)

C’est à ce moment là que nous rêvons le plus, les mouvements de nos yeux sont rapides, la pression artérielle et la fréquence cardiaque augmentent et l’activité cérébrale est plus intense.

Les signes du manque de sommeil :

  • Somnolence diurne
  • Bâillements
  • Irritabilité
  • Sautes d’humeur et négativité
  • Fatigue
  • Perte de mémoire
  • Confusion
  • Augmentation de l’appétit
  • Fringale d’aliments riches en glucides
  • Impulsivité

Trois troubles du sommeil fréquents

1. L’insomnie

L’insomnie se manifeste par une difficulté à s’endormir et à rester endormi. Elle peut être causée par de nombreux facteurs tels que la douleur, les affections respiratoires chroniques, les médicaments, la caféine, l’alcool, et des troubles psychiatriques comme la dépression et l’anxiété. Parfois, même le stress peut causer des crises d’insomnie.

2. Ronflement

Les ronflements se déclenchent lorsque les muscles respiratoires se détendent et se relâchent, ce qui provoque une vibration dans la gorge. Le surpoids augmente le risque de ronflements. Plus les voies respiratoires sont étroites, plus les ronflements sont puissants.

3. L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une maladie grave causant des arrêts respiratoires de 10 secondes pendant votre sommeil. Les signes et symptômes comprennent la sécheresse bucale, des maux de gorge ou des maux de tête le matin. Consultez votre médecin si vous pensez souffrir d’apnée du sommeil.

Que se passe-t-il lorsque nous manquons de sommeil ?

Le manque de sommeil cause une foule de problèmes, notamment une diminution de la capacité d’attention, des problèmes de mémoire à court terme et l’incapacité d’imiter les émotions. Ces activités sont liées à diverses régions du cerveau, où il y a une diminution de l’activité cérébrale liée à la planification de tâches.

La perturbation du sommeil affecte également l’hypothalamus, qui est la partie du cerveau responsable du maintien du rythme circadien. Les problèmes de sommeil à long terme peuvent entraîner des problèmes métaboliques, cardiovasculaires et immunitaires.

Conséquences d’un mauvais sommeil sur la santé

En 2014, le CDC (“Centres américain de contrôle et de prévention des maladies”) a rapporté qu’environ 35,1% de tous les adultes dormaient moins de 7 heures de sommeil par nuit. Cela s’ajoute à d’autres études qui indiquent une corrélation étroite entre la quantité de sommeil et les problèmes de santé — il n’est pas étonnant que le manque de sommeil puisse contribuer à l’augmentation du taux de mortalité.

Les facteurs de risque d’un mauvais sommeil peuvent inclure :

  • Gain de poids et obésité
  • Diabète
  • Hypertension artérielle
  • Maladies cardiaques
  • Dépression et troubles de l’humeur
  • Démence
  • Fonction immunitaire affaiblie
  • Douleur accrue
  • Diminution de la fonction et de la performance cognitives
  • Augmentation du nombre d’erreurs 
  • Risque accru d’accidents

Affections chroniques associées à un manque de sommeil

  • Diminution de la vivacité d’esprit
  • Mauvaise fonction cognitive et mauvaise mémoire
  • Dépression
  • Faible libido
  • Vieillissement de la peau
  • Gain de poids
  • Augmentation du taux de mortalité

En plus de tous ces problèmes, le manque de sommeil augmente le risque de problèmes cardiaques, de problèmes de tension artérielle et de diabète (probablement à cause du gain de poids et du stress).

Options de traitement des troubles du sommeil

Si vous pensez souffrir d’un trouble du sommeil, tenez un journal du sommeil et discutez de vos symptômes avec votre médecin.

Les troubles graves du sommeil doivent faire l’objet d’un examen plus approfondi et peuvent nécessiter un traitement dans un centre de recherche sur le sommeil.

Les benzodiazépines, les barbituriques et les antagonistes des récepteurs de la mélatonine sont des médicaments souvent prescrits contre les troubles du sommeil.

Ils ont tendance à n’être efficaces qu’à court terme, et beaucoup perdent leurs effets bénéfiques en quelques semaines seulement. De plus, les benzodiazépines créent une forte dépendance. Voici quelques conseils pour vous aider à développer de bonnes habitudes de sommeil, en plus de toute autre suggestion de votre médecin.

Conseils pour mieux dormir

1. Soyez régulier avec les horaires 

Couchez-vous et levez-vous à peu près à la même heure tous les jours — Même le week-end ! Cela régulera votre horloge biologique (rythme circadien) selon un cycle naturel.

2. Pratiquez une routine du sommeil

Créez votre propre petit cérémonial de préparation au sommeil. Prendre un bain chaud avec des flocons de magnésium, faire des exercices de méditation, de respiration, lire, …etc. Toutes ces activités peuvent être pour le corps le signal qu’il est l’heure de dormir.

3. Optimisez les conditions de sommeil

Gardez votre chambre à coucher fraîche, calme et confortable. Utilisez des rideaux opaques pour rendre la pièce obscure. Les bouchons d’oreilles sont une bonne idée pour neutraliser les bruits indésirables.

4. Évitez les stimulants

Évitez l’alcool, les boissons énergisantes et la caféine au minimum 4 à 6 heures avant d’aller au lit car ce sont des stimulants, et ils peuvent perturber le sommeil profond (cela se produit très souvent même si la caféine n’a pas cet effet sur tout le monde).

5. Faites de l’exercice physique régulièrement

Une activité physique régulière peut vous aider à bien dormir la nuit — mais veillez à ne pas pratiquer d’activité physique intense trop près du coucher, cela pourrait avoir l’effet inverse.

6. Mangez sainement

Avoir un régime alimentaire sain et équilibré, manger à heure régulière, peut favoriser un bon sommeil. Évitez de manger 2 à 3 heures avant de vous coucher car manger tard ou prendre de gros repas au dîner peut provoquer des pics de glycémie.

Les aliments contenant du tryptophane (amandes, graines de tournesol, graines de citrouille) sont des aides naturels à l’endormissement.

7. Limiter la durée d’exposition aux écrans

La qualité du sommeil souffre de l’exposition à la lumière bleue émise par les appareils électroniques. Plutôt que de faire défiler Facebook avant d’aller au lit, lisez un livre ou un magazine, et évitez de regarder un écran. Vous pouvez également activer le réglage “mode nuit” sur votre téléphone, ce qui diminue la quantité de lumière bleue et donne à l’écran une couleur jaunâtre la nuit.

Conseils sur l’utilisation efficace de l’huile de CBD pour le sommeil

La façon de réagir au CBD varie grandement d’une personne à une autre, si bien qu’il vous saura sans doute nécessaire de tâtonner pour obtenir la bonne dose pour vous.

1. Commencez doucement et progressivement

En règle générale, nous vous recommandons de commencer par une petite dose et d’augmenter graduellement jusqu’à l’obtention des effets désirés.

2. Utilisez de plus grosses doses

Il est intéressant de noter que le CBD peut aider à la fois à s’endormir et à rester éveillé. Le CBD n’est pas considéré comme un sédatif à faibles doses, mais il l’est à de plus fortes doses (300 mg ou plus)

3. Essayez différents formats

Le CBD peut être pris sous forme d’huile ou des capsules. Il est également disponible sous forme de teintures, de gélules molles et de pastilles. Les doses varient selon le produit, il est donc essentiel de lire l’étiquette et de commencer par la plus petite dose recommandée.

4. Enregistrez vos progrès

Tenez un journal quotidien des doses, des périodes et des symptômes. Cela vous aidera à trouver votre dose optimale et à déterminer si le CBD vous aide à soulager vos symptômes du sommeil au fil du temps.

L’huile de CBD est-elle sans danger ?

Le CBD est généralement bien toléré et ses effets secondaires sont minimes, tels que sécheresse de la bouche, somnolence, étourdissement et hypotension artérielle.

Vous ne pouvez pas faire une overdose de CBD. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’huile de CBD, à l’état pur, est sans danger et n’est pas susceptible de créer des dommages, même à fortes doses [10].

En revanche, la qualité compte.

Les recherches dont nous avons parlé ici sont basées sur l’utilisation de CBD de haute qualité. Il est important de vous assurer que vous utilisez un produit CBD de haute qualité, exempt de contaminants et d’additifs synthétiques.

Réflexions finales : le CBD pour les troubles du sommeil

Au fur et à mesure que l’acceptation du CBD se popularise et que de nouvelles recherches voient le jour, nous continuons à mieux comprendre les effets positifs que le CBD peut avoir sur les troubles du sommeil.

Si vous souffrez d’un manque de sommeil de qualité, l’ajout d’huile de CBD de haute qualité pourrait vous aider à obtenir le repos dont votre corps a besoin en préparant votre système nerveux à ralentir et à se détendre lorsque vient le temps d’aller au lit.

Pour de meilleurs résultats, il est important de prendre le temps de trouver la meilleure dose pour votre corps. Commencez par une petite dose, puis augmentez graduellement au fil du temps jusqu’à ce que vous obteniez les résultats que vous recherchez.

Nous recommandons également de trouver des produits spécialement conçus pour vous aider à dormir — ces suppléments contiennent souvent de la mélatonine, du tryptophane ou divers suppléments à base de plantes médicinales pour soutenir les effets du CBD sur le sommeil.

Références

  1. Watson, N. F., Badr, M. S., Belenky, G., Bliwise, D. L., Buxton, O. M., Buysse, D., … Tasali, E. (2015). Recommended Amount of Sleep for a Healthy Adult: A Joint Consensus Statement of the American Academy of Sleep Medicine and Sleep Research Society. Sleep, 38(6), 843–4. https://doi.org/10.5665/sleep.4716
  2. Murillo-Rodriguez, E., Pastrana-Trejo, J. C., Salas-Crisóstomo, M., & de-la-Cruz, M. (2017). The Endocannabinoid System Modulating Levels of Consciousness, Emotions and Likely Dream Contents. CNS & Neurological Disorders – Drug Targets, 16(4). https://doi.org/10.2174/1871527316666170223161908
  3. Mendiguren, A., Aostri, E., & Pineda, J. (2018). Regulation of noradrenergic and serotonergic systems by cannabinoids: relevance to cannabinoid-induced effects. Life Sciences, 192, 115–127. https://doi.org/10.1016/j.lfs.2017.11.029
  4. Crippa, J. A., Guimarães, F. S., Campos, A. C., & Zuardi, A. W. (2018). Translational Investigation of the Therapeutic Potential of Cannabidiol (CBD): Toward a New Age. Frontiers in Immunology, 9. https://doi.org/10.3389/FIMMU.2018.02009
  5. Russo, E. B., Guy, G. W., & Robson, P. J. (2007, August 1). Cannabis, pain, and sleep: Lessons from therapeutic clinical trials of sativexρ, a cannabis-based medicine. Chemistry and Biodiversity. Wiley-Blackwell. https://doi.org/10.1002/cbdv.200790150
  6. Blessing, E. M., Steenkamp, M. M., Manzanares, J., & Marmar, C. R. (2015, October). Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. Neurotherapeutics. Springer. https://doi.org/10.1007/s13311-015-0387-1
  7. Jetly, R., Heber, A., Fraser, G., & Boisvert, D. (2015). The efficacy of nabilone, a synthetic cannabinoid, in the treatment of PTSD-associated nightmares: A preliminary randomized, double-blind, placebo-controlled cross-over design study. Psychoneuroendocrinology,51, 585–588. https://doi.org/10.1016/j.psyneuen.2014.11.002
  8. Babson, K. A., Sottile, J., & Morabito, D. (2017). Cannabis, Cannabinoids, and Sleep: a Review of the Literature. Current Psychiatry Reports, 19(4), 23. https://doi.org/10.1007/s11920-017-0775-9
  9. Baron, E. P., Lucas, P., Eades, J., & Hogue, O. (2018). Patterns of medicinal cannabis use, strain analysis, and substitution effect among patients with migraine, headache, arthritis, and chronic pain in a medicinal cannabis cohort. The Journal of Headache and Pain, 19(1), 37. https://doi.org/10.1186/s10194-018-0862-2
  10. WHO. (2017). WHO | Cannabidiol (compound of cannabis). WHO. Retrieved from http://www.who.int/features/qa/cannabidiol/en/

Conditions qui répondent au cannabidiol