Evidence based

CBD et trouble de stress post-traumatique : Recherche et compréhension actuelles

Des études ont démontré de nombreux effets positifs du Cannabidiol (CBD) sur les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (TSPT). Alors, comment ça marche ? Est-il efficace ?

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Le TSPT affecte au moins 10% des personnes à un moment donné de leur vie [1].

La plupart d’entre nous ont vécu des traumatismes d’une manière ou d’une autre. Cela peut prendre de nombreuses formes : maltraitance, guerre, accidents, catastrophes ou pertes traumatiques. Cela peut nous submerger et affecter notre capacité à faire face.

La réponse aux traumatismes peut avoir des conséquences dévastatrices. Si une personne se sent en détresse, déconnectée ou isolée après avoir vécu ou assisté à un événement mettant sa vie en danger, elle peut avoir un TSPT.

Les méthodes de traitement actuelles sont souvent infructueuses et certaines ont des effets secondaires indésirables.

Des études récentes ont confirmé la capacité du cannabidiol (CBD), un composant de Cannabis sativa, à être extrêmement bénéfique pour l’amélioration des symptômes du TSPT.

Nous discutons ici du TSPT, de ses symptômes et de son traitement, et de la façon dont l’huile de CBD peut contribuer à la guérison des traumatismes.

Commençons.

  • Table des matières

Qu’est-ce que le TSPT ?

Le TSPT est un état psychologique chronique qui peut se développer après un événement traumatique.

Vous vous demandez peut-être si vous, ou une personne qui vous est chère, êtes atteinte du TSPT.

Souvent, les gens ne croient pas qu’ils répondent aux critères ou qu’ils ont le « droit » de souffrir du TSPT, car il est habituellement associé aux secouristes et aux anciens combattants.

Cependant, le TSPT peut toucher n’importe qui.

Qu’est-ce qu’un événement traumatique ?

Les événements traumatisants peuvent englober le fait de vivre ou d’être témoin de tout événement mettant la vie en danger et qui suscite une peur intense ou une menace pour la sécurité.

Exemples de traumatismes :

  • Violence ou maltraitance domestiques
  • Être témoin de la mort ou de graves blessures
  • Survivre à un accident de voiture/ train /bus ou d’avion
  • Survivre à une crise cardiaque ou à un diagnostic médical sérieux
  • Être victime de viol ou d’agression sexuelle
  • Être victime d’un crime, enlèvement, harcèlement criminel ou torture
  • Faire l’expérience d’un événement qui change la vie, comme un divorce, le chômage ou la mort d’un être cher
  • Vivre une catastrophe naturelle comme un incendie, un tremblement de terre, une inondation
  • Expérience de la guerre, d’un conflit civil ou d’une attaque terroriste

 Quels sont les symptômes du TSPT ?

Les personnes qui vivent avec le TSPT présentent souvent de multiples symptômes alors que leur corps et leur esprit tentent de faire face à cet événement traumatisant.

Le TSPT peut se manifester de plusieurs manières – allant de l’anxiété et de la dépression à un comportement imprudent. Les problèmes intestinaux, les migraines, les maux de tête et une immunité affaiblie sont également des symptômes courants associés au TSPT.

L’Anxiety and Depression Association of America [2] identifie les symptômes les plus courants des TSPT comme suit :

  1. Flashbacks du traumatisme
  2. Symptômes physiques (tels que battement de coeur, transpiration, brouillard au cerveau)
  3. Troubles du sommeil
  4. Altérations émotionnelles excessives, sautes d’humeur (telles que rage, honte, négativité)
  5. Détachement émotionnel
  6. Croyances et sentiments négatifs
  7. Pensées et souvenirs intrusifs
  8. Hypervigilance/ anxiété
  9. Sentiment permanent de peur
  10. Cauchemars et rêves étranges
  11. Difficulté à conserver son emploi
  12. Difficulté à se concentrer
  13. Évitement et isolement social
  14. Toxicomanie

Les symptômes du TSPT peuvent durer de quelques mois à plusieurs années après l’événement – devenant parfois une maladie chronique.

Les victimes ont souvent le sentiment d’être sur leurs gardes, comme si quelque chose allait toujours mal se passer ; elles se sentent épuisées et craintives, souvent de nombreuses années après l’événement.

Des symptômes corporels d’essoufflement, de tremblements, d’augmentation du rythme cardiaque, de perte de mémoire et de manque de concentration peuvent rendre incapable de mener une vie saine.

Les facteurs de risque des TSPT

L’angoisse et la peur sont des réponses adaptatives normales qui nous permettent de faire face aux menaces qui pèsent sur notre survie. Toutes les personnes qui subissent un événement traumatique ne développeront pas de TSPT, mais certains facteurs peuvent influer sur leur probabilité de le développer.

Certains facteurs de risque du TSPT incluent :

  • Un traumatisme prolongé ou intense (comme la maltraitance dans l’enfance ou la violence domestique)
  • Les carrières de secouriste ou de militaire qui exposent davantage à des événements traumatiques
  • Anxiété et dépression existantes
  • Antécédents familiaux d’anxiété et de dépression

Pour les victimes de traumatismes, il peut être extrêmement difficile et frustrant d’essayer de comprendre les changements psychologiques et physiques qui se produisent – et de trouver ce qui peut être fait pour les soulager.

Comment diagnostique-t-on le TSPT ?

Un médecin peut effectuer un examen physique et une évaluation psychologique à l’aide du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5).

Le TSPT est identifié par des signes et des symptômes dans les trois catégories suivantes pendant une période d’un mois [3] :

  1. Rappels de l’exposition — Flashbacks, cauchemars, pensées intrusives
  2. Activation — Hyperexcitation, agitation, insomnie, irritabilité, agressivité, impulsivité
  3. Désactivation — Engourdissement, isolement, évitement, confusion, anxiété, dépression

Comment le TSPT affecte le système nerveux

Le système nerveux est un système complexe de nerfs et de cellules, appelées neurones, qui transmettent les signaux du cerveau aux différentes parties du corps .

Lorsque le cerveau subit un quelconque événement négatif dans une situation stressante ou dangereuse, l’adrénaline, une hormone du stress, déclenche via le système nerveux sympathique la réponse « combat ou fuite », réaction naturelle et intrinsèque au stress.

Cependant, dans le TSPT, la réponse au stress est excessive et au lieu de revenir à la normale peu de temps après la fin de la menace, elle est poussée au-delà de ses limites et se retrouve « bloquée ».

Le système nerveux perd alors sa capacité à s’autoréguler, entraînant détresse psychologique et physique.

C’est un état connu sous le nom d’hypervigilance, où le corps est constamment en vigilance accrue pour éviter les dangers. Ses victimes peuvent facilement sursauter, avoir une transpiration accrue, un rythme cardiaque et une respiration rapides.

Traitements traditionnels du TSPT

Le traitement conventionnel recommande généralement une psychothérapie et peut également inclure des médicaments, tels que des antidépresseurs, pour améliorer les symptômes.

La clinique Mayo présente les symptômes, les causes, le diagnostic actuel et le traitement destiné au traitement des enfants et des adultes atteints du TSPT.

Les personnes souffrant de symptômes de TSPT ressentent souvent que leur seule option est une vie condamnée aux médicaments et aux traitements pharmaceutiques. Les médicaments ont leur place et peuvent sauver la vie, mais sont souvent inefficaces.

Malheureusement, la rémission chez les patients atteints de TSPT est relativement faible. Ces médicaments peuvent également avoir des effets secondaires indésirables [4] :

  • Nausées
  • Sécheresse de la bouche
  • Prise de poids
  • Dysfonction sexuelle
  • Insomnie
  • Constipation / diarrhée
  • Vertiges
  • Mal de tête
  • Aggravation des symptômes dépressifs

Les opioïdes sont également prescrits aux patients atteints de TSPT, mais ce sont des médicaments qui créent une forte dépendance et les victimes de TSPT peuvent présenter un risque plus élevé de développer une addiction aux opioïdes par rapport aux patients sans TSPT.

Heureusement, le CBD offre une option de traitement sans danger pour les personnes souffrant de TSPT –  sans les effets secondaires.

Si vous songez à essayer l’huile de CBD, il est important que vous n’arrêtiez pas de prendre vos autres médicaments avant de parler d’abord avec votre médecin.

En association avec un traitement conventionnel, les thérapies naturelles peuvent aussi être très bénéfique pour aider à la récupération du stress post-traumatique avec les modifications de style de vie utiles telles que :

1. Yoga et méditation

La recherche a montré que le yoga améliore la régulation émotionnelle, la variabilité du rythme cardiaque et réduit l’anxiété et le stress [5 ].

2. Bon sommeil et hygiène

S’assurer de suffisamment de sommeil de qualité et de repos en adoptant des habitudes de sommeil saines. Des exercices de relaxation et l’amélioration de votre environnement de sommeil pour le rendre reposant et confortable vous aideront.

3. Tirer parti des liens sociaux et des relations de proches

Utilisez des réseaux de soutien tels que la famille et les amis ou des organisations locales. Selon l’endroit où vous vivez, il existe probablement des groupes de soutien pour les autres victimes de TSPT. Meetup est un autre excellent moyen de rencontrer des personnes partageant les mêmes soucis.

4. Exercice

La façon naturelle et bon marché pour améliorer l’humeur, l’appétit et le sommeil est de trouver une façon agréable de s’exercer chaque jour – même si c’est tout simplement faire une promenade, de préférence dans la nature.

5. Manger une alimentation saine et équilibrée

Limitez la caféine et l’alcool qui peuvent augmenter les symptômes d’anxiété [6]. Une mauvaise alimentation, riche en sucre et en aliments transformés, peut entraîner une humeur maussade, de la fatigue, une anxiété accrue et un gain de poids.

Bien que le TSPT ne soit pas curable, il n’est pas obligé de diriger votre vie.

C’est là que l’huile de CBD peut aider.

Quels sont les avantages d’utiliser l’huile de CBD pour le TSPT ?

Les chercheurs ont découvert de nombreux avantages prometteurs de la CBD pour soulager les symptômes associés à ce trouble — en particulier chez les personnes qui n’ont pas bien répondu aux traitements conventionnels.

1. Arrête les cauchemars

Des essais cliniques ont montré que le CBD fait cesser ou réduit de manière significative les flashbacks, cauchemars et souvenirs persistants chez les patients atteints de TSPT [7].

2. Il empêche la formation de souvenirs de peur

Le CBD perturbe le traitement du sentiment de peur par la mémoire à long terme, réduisant ainsi le stress et l’anxiété [8].

3. Réduit les symptômes d’anxiété et de dépression

Le CBD a de nombreuses actions apaisantes dans le traitement des troubles anxieux, notamment la réduction de l’anxiété, des attaques de panique, de la compulsivité et des effets à long terme du stress [9].

4. Il aide à supprimer l’insomnie

Le CBD améliore la quantité et la qualité du sommeil et réduit les sueurs nocturnes [10].

Alors, comment fonctionne exactement l’huile de CBD ?

Les deux principaux cannabinoïdes présents dans le cannabis, le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), sont deux composés qui influent sur le système endocannabinoïde de l’organisme (SEC) mais ils ont des effets très différents.

Des chercheurs ont récemment insisté sur l’importance du système endocannabinoïde (SEC) comme système régulateur émotionnel crucial utilisé par le corps pour maintenir l’homéostasie, c’est-à-dire le maintien de « l’équilibre » dans l’environnement interne du corps, en dépit des modifications de l’environnement externe.

Le SEC joue un rôle clé dans les fonctions du cerveau et du système nerveux et participe à la modulation de nombreuses fonctions, notamment l’appétit, le sommeil, la douleur et les fonctions cognitives [9].

Les chercheurs pensent que le stress chronique, ou un événement indésirable, peut altérer la capacité du SEC à transmettre des signaux dans le cerveau, entraînant la série de symptômes décrits ci-dessus.

L’une de ses caractéristiques les plus uniques, en ce qui concerne les victimes de TSPT, est que le système SEC fait partie intégrante de la régulation du comportement émotionnel, de l’apprentissage et des réactions aux événements traumatiques.

Pour le dire simplement, il existe deux types de récepteurs dans le SEC, appelés récepteurs CB1 et CB2, que ciblent les cannabinoïdes comme le CBD.

Les récepteurs CB1 régulent le cerveau et le système nerveux

On les trouve dans le cerveau et le système nerveux. Les récepteurs CB1 jouent un rôle dans la formation des souvenirs de peur, de l’appétit, de la tolérance à la douleur et de l’humeur. L’anandamide, neurotransmetteur qui améliore l’humeur, active le CB1 et, lorsque les niveaux d’anandamide sont bas, une déficience en récepteurs CB1 entraîne une augmentation des niveaux de stress et d’anxiété.

Les récepteurs CB2 régulent la douleur et l’inflammation

Les récepteurs CB2 régulent l’inflammation, l’une des principales causes de nombreuses maladies.

Des concentrations élevées de récepteurs CB2 se trouvent dans le système immunitaire et gastro-intestinal. Les récepteurs CB2 se lient au CBD et régulent l’appétit, l’immunité, l’inflammation et la douleur.

Il est supputé que chez les victimes de TSPT, la signalisation SEC est perturbée en raison de carences ou d’excès endocannabinoïdes – entraînant anxiété accrue, peur, et souvenirs désagréables.

La plupart des cannabinoïdes agissent à la fois sur les récepteurs CB1 et CB2 et les aident à retrouver un fonctionnement normal.

C’est pourquoi le CBD est si utile pour les patients atteints de TSPT.

CBD versus THC dans le traitement du TSPT

Le CBD est le principal composant non psychoactif du cannabis. Il a une action anti-inflammatoire, neuroprotectrice, anxiolytique et anti-psychotique. Il est très différent du THC qui est le principal composé psychoactif du cannabis et qui produit des effets d’altération de la conscience dont vous devez avoir fréquemment entendu parler : le fameux « high ».

Le CBD ne donne pas de « high » – d’où sa popularité comme agent thérapeutique.

Un autre avantage par rapport aux autres agents (tels que le THC), car le CBD entraîne moins de complications, même à fortes doses [1].

La recherche soutient l’utilisation du CBD dans le traitement du TSPT

Des recherches prometteuses montrent que le CBD atténue efficacement certains des principaux symptômes du TSPT par la prévention de la consolidation des souvenirs de peur, par la réduction de l’anxiété et par l’amélioration du sommeil.

Dans une récente étude réalisée en 2018, les chercheurs ont découvert que le CBD offrait une alternative thérapeutique sûre pour le traitement du TSPT, avec des améliorations significatives de ces symptômes, notamment par la réduction de la rétention des souvenirs déplaisants [1].

D’autres recherches ont confirmé que les cannabinoïdes présents dans le CBD étaient efficaces pour bloquer les cauchemars liés aux traumatismes chez les patients qui ne répondaient pas aux traitements traditionnels [8].

Alors que l’acceptation du CBD se généralise, de plus en plus de pays ont approuvé l’utilisation de cannabis de qualité médicale pour le traitement du TSPT. Le CBD est reconnu comme une option de traitement appropriée grâce à sa capacité à réduire l’anxiété et la dépression, à améliorer le sommeil et à éliminer les retours de flamme – le tout sans risque d’effets secondaires graves.

Dosage de l’huile de CBD dans le traitement du TSPT

Si vous envisagez d’essayer l’huile de CBD pour la première fois, il est important de commencer par une petite dose et d’augmenter progressivement.

La dose recommandée varie et dépend du produit que vous choisissez.

La méthode la plus courante de prise d’huile de CBD est sous forme de gouttes ou de capsules. Placez la dose sous la langue où elle est facilement absorbée et avalez-la après 30 secondes à une minute.

L’huile de CBD est également disponible sous diverses formes telles que les produits d’actualité, les boissons comme le thé et le café, les capsules molles, les comprimés et les teintures.

De combien d’huile de CBD avez-vous besoin ?

Comme les concentrations de CBD varient en fonction du produit et du type de préparation, la posologie dépendra des besoins de l’individu.

Des études ont montré que des doses élevées allant de 300 mg à 600 mg de CBD peuvent considérablement réduire les symptômes d’anxiété, agissant dans les 1-2 heures suivant l’ingestion orale [1].

Cependant, nous suggérons de commencer avec une petite dose – comme 25 mg par jour – et d’augmenter de 5 à 10 mg jusqu’à atteindre les effets souhaités.

Comme tout le monde réagit différemment à l’huile de CBD, il peut être nécessaire de procéder par essais et erreurs pour déterminer la bonne dose pour vous.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) affirme que l’huile de CBD, à l’état pur, n’est pas nocive ni susceptible de créer de dépendance, de sorte que vous pouvez augmenter votre dose en toute confiance au besoin [11].

La clé est de commencer doucement et d’aller lentement.

Soyez patient. Tenez un journal quotidien du dosage, des horaires et des symptômes. Cela vous aidera à trouver votre limite supérieure personnelle et facilitera grandement l’ajustement de la dose qui vous convient.

Bien entendu, la recherche est basée sur l’utilisation d’huiles de CBD pures de la plus haute qualité et ne contenant ni additifs, ni charges ou agents de conservation.

Conclusion : Utilisation de la CBD pour le TSPT

Le TSPT peut être une condition débilitante avec laquelle il faut apprendre à vivre.

Pourtant, même s’il n’y a pas de remède, il y a un espoir.

Utilisé conjointement avec d’autres traitements, les recherches nous ont montré que le CBD était capable de soulager de nombreux symptômes liés au TSPT en prodiguant réduction de l’anxiété, de la dépression, de l’insomnie et prévention des cauchemars et des flashbacks.

L’huile de CBD offre un un traitement sûr et efficace pour réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Références

  1. Bitencourt, R. M., & Takahashi, R. N. (2018). Cannabidiol as a therapeutic alternative for post-traumatic stress disorder : From bench research to confirmation in human trials. Frontiers in Neuroscience. Frontiers Media SA. https ://doi.org/10.3389/fnins.2018.00502
  2. Posttraumatic Stress Disorder (PTSD) | Anxiety and Depression Association of America, ADAA. (n.d.). Retrieved November 26, 2018, from https ://adaa.org/understanding-anxiety/posttraumatic-stress-disorder-ptsd
  3. Sherin, J. E., & Nemeroff, C. B. (2011). Post-traumatic stress disorder : the neurobiological impact of psychological trauma. Dialogues in Clinical Neuroscience, 13(3), 263–78. Retrieved from http ://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22034143
  4. Farach, F. J., Pruitt, L. D., Jun, J. J., Jerud, A. B., Zoellner, L. A., & Roy-Byrne, P. P. (2012). Pharmacological treatment of anxiety disorders : current treatments and future directions. Journal of Anxiety Disorders, 26(8), 833–43. https ://doi.org/10.1016/j.janxdis.2012.07.009
  5. Gallegos, A. M., Crean, H. F., Pigeon, W. R., & Heffner, K. L. (2017, December). Meditation and yoga for posttraumatic stress disorder : A meta-analytic review of randomized controlled trials. Clinical Psychology Review. NIH Public Access. https ://doi.org/10.1016/j.cpr.2017.10.004
  6. Rehm, J., Gmel, G. E., Gmel, G., Hasan, O. S. M., Imtiaz, S., Popova, S., … Shuper, P. A. (2017). The relationship between different dimensions of alcohol use and the burden of disease-an update. Addiction (Abingdon, England), 112(6), 968–1001. https ://doi.org/10.1111/add.13757
  7. Fraser, G. A. (2009). The Use of a Synthetic Cannabinoid in the Management of Treatment-Resistant Nightmares in Posttraumatic Stress Disorder (PTSD). CNS Neuroscience & Therapeutics,15(1), 84–88. https ://doi.org/10.1111/j.1755-5949.2008.00071.x
  8. Jetly, R., Heber, A., Fraser, G., & Boisvert, D. (2015). The efficacy of nabilone, a synthetic cannabinoid, in the treatment of PTSD-associated nightmares : A preliminary randomized, double-blind, placebo-controlled cross-over design study. Psychoneuroendocrinology,51, 585–588. https ://doi.org/10.1016/j.psyneuen.2014.11.002
  9. Blessing, E. M., Steenkamp, M. M., Manzanares, J., & Marmar, C. R. (2015, October). Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. Neurotherapeutics. Springer. https ://doi.org/10.1007/s13311-015-0387-1
  10. Russo, E. B., Guy, G. W., & Robson, P. J. (2007, August 1). Cannabis, pain, and sleep : Lessons from therapeutic clinical trials of sativexρ, a cannabis-based medicine. Chemistry and Biodiversity. Wiley-Blackwell. https ://doi.org/10.1002/cbdv.200790150
  11. WHO. (2017). WHO | Cannabidiol (compound of cannabis). WHO. Retrieved from http ://www.who.int/features/qa/cannabidiol/en/

Conditions qui répondent au cannabidiol