Evidence based

CBD et troubles de l'humeur : Recherche et compréhension actuelles

Les troubles de l’humeur décrivent un certain nombre de conditions affectant notre capacité à réguler notre humeur. Il a été démontré que le CBD joue un rôle important dans les neurotransmetteurs et les régions du cerveau associées au contrôle de notre humeur. Voici comment ça marche.

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Il est naturel que notre humeur change au fil de la journée. Mais, dans certains cas, ces fluctuations deviennent si extrêmes qu’elles se mettent à perturber notre capacité à agir normalement. Dans d’autres cas, notre humeur peut être trop élevée ou trop basse.

Le terme générique décrivant cette incapacité à contrôler l’humeur est appelé trouble de l’humeur.

De nombreuses formes de troubles de l’humeur peuvent nous affecter, de la dépression à l’anxiété, jusqu’à la manie et à la psychose.

Selon la cause de notre trouble, le CBD peut potentiellement être un puissant soutien, susceptible de nous aider à reprendre le contrôle de nos humeurs.

Nous allons explorer le rôle du CBD et de certains autres cannabinoïdes dans la régulation de notre humeur et le traitement de certaines des causes sous-jacentes des troubles de l’humeur.

Allons-y.

  • Table des matières

Résumé : utilisation du CBD pour les troubles de l’humeur

Le CBD et d’autres cannabinoïdes peuvent prendre en charge différents troubles de l’humeur. Ce qui rend le CBD si efficace et particulièrement pour ces affections, c’est qu’il exerce son effet par le biais des multiples composants du cerveau chargés de réguler la santé nerveuse et l’humeur.

Concernant la dépression, le CBD a le pouvoir d’augmenter les niveaux de sérotonine par un mécanisme similaire à celui des antidépresseurs courants (ISRS) et par une réduction de la neuroinflammation, considérée comme la cause primaire de la dépression [25].

Il a également été démontré que le CBD améliorait l’état de l’hippocampe, chargé du contrôle des émotions dans le cerveau [15]. Des études ont montré que les patients souffrant d’anxiété, de dépression et de divers autres troubles de l’humeur présentaient souvent des lésions de l’hippocampe, susceptibles d’entraver leur capacité à gérer efficacement leurs émotions. Il en résulte des épisodes de dépression, d’apathie et d’anxiété.

Les bienfaits du CBD sur les troubles de l’humeur :

  • Augmente le flux sanguin vers le cerveau [6]
  • Augmente les niveaux de sérotonine dans le cerveau [2]
  • Réduit la neuroinflammation [13]
  • Aide le cerveau à récupérer
  • Protège le cerveau des dommages oxydatifs [12]
  • Augmente l’activité du GABA dans le cerveau [14 ]
  • Réduit la réponse au stress [4]

Conseils pour optimiser les effets du CBD sur les troubles de l’humeur :

  1. Optez pour la limite supérieure du spectre pour la plupart des troubles de l’humeur, mais augmentez progressivement la dose au fil du temps si vous débutez avec le CBD
  2. Recherchez des produits de première qualité uniquement — des processus de fabrication médiocres conduisent souvent à la présence de contaminants dans les huiles, ce qui peut aggraver les troubles de l’humeur
  3. Évitez les produits à base de CBD contenant plus de 0,2 % de THC — cela pourrait aggraver les symptômes de l’anxiété
  4. Utilisez le CBD en association avec d’autres traitements, ainsi qu’avec des changements de régime alimentaire et de mode de vie pour de meilleurs résultats
  5.  Avant d’utiliser le CBD en association avec d’autres antidépresseurs ou antipsychotiques, parlez-en à votre médecin pour éviter les interactions nocives.

Les troubles de l’humeur en bref

Les troubles de l’humeur, également appelés troubles affectifs, se présentent sous de multiples formes. L’humeur peut être anormalement excitée (manie et hypomanie) ou trop basse (dépression). D’autres affections se manifestent par des fluctuations entre ces deux états (trouble bipolaire).

Dans tous les cas, une incapacité à réguler notre humeur peut entraîner la diminution de notre qualité de vie et transformer les activités quotidiennes en véritable défi.

Voici les types les plus fréquents de troubles de l’humeur :

1. Trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est un trouble neurologique qui se manifeste par des changements excessifs de l’humeur. Celle-ci passe de périodes de profonde dépression à des périodes d’euphorie maniaque en passant par toutes les étapes intermédiaires.

Il n’existe pas de traitement curatif du trouble bipolaire et l’efficacité des médicaments est une sorte de “quitte ou double”.

Un vaste essai clinique est actuellement en cours pour étudier les avantages potentiels de l’utilisation du CBD dans le cadre d’un plan de traitement de la maladie. Bien que l’étude ne doive pas se terminer avant 2020, les résultats sont prometteurs concernant le CBD.

Le CBD pourrait être efficace en matière de trouble bipolaire. Cependant, le trouble bipolaire affecte chacun différemment. Ce qui pourrait convenir à une personne pourrait aggraver les symptômes d’une autre. Il est donc important de discuter de l’utilisation du CBD avec votre médecin ou votre psychologue avant de vous lancer.

Si vous décidez d’utiliser le CBD, commencez toujours par la dose la plus petite possible et  augmentez votre dose progressivement pour voir comment le CBD interagit avec vos symptômes personnels.

2. Dépression

La dépression est le trouble de l’humeur le plus répandu – affectant jusqu’à 300 millions de personnes dans le monde chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Il existe différents types de dépression – caractérisés chacun par la présence de certains symptômes et par la durée de la maladie. Toutes les formes de dépression se manifestent par une tristesse et un manque de motivation chroniques. La fatigue, la douleur chronique, l’insomnie, l’anxiété ou une faible libido sont d’autres symptômes de la dépression.

Le CBD peut être utilisé pour soulager la dépression pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce qu’il a des vertus anti-inflammatoires et agit en particulier sur la neuroinflammation (inflammation du cerveau) laquelle est considérée comme l’une des causes les plus fréquentes de la dépression [25].

Le CBD protège également l’hippocampe. Ce dernier est chargé de réguler notre humeur et c’est l’une des premières régions du cerveau à montrer des signes d’altération chez les personnes déprimées.

Un faible taux d’anandamide (l’un des principaux endocannabinoïdes) est associé aux symptômes de dépression [22]. Le CBD augmente les niveaux d’anandamide dans le cerveau en inhibant les enzymes responsables de la décomposition de ce composé.

3. Manie

La manie (aussi appelée syndrome maniaque) est une affection grave se traduisant par un dynamisme anormalement élevé, un sentiment d’euphorie et des crises d’anxiété fréquentes. C’est le contraire de la dépression, mais elle peut être tout aussi débilitante.

Le syndrome maniaque peut générer une propension accrue à la violence, à l’agressivité, à l’irritabilité et au délire. Cette affection peut être dangereuse, rendant les personnes  imprudentes et leur faisant courir un risque plus élevé de blessures.

Le CBD doit être utilisé avec une extrême prudence en cas de manie en raison des risques d’aggravation de la maladie. La manie est une maladie grave qui nécessite les soins de professionnels de la santé formés.

L’origine de la manie varie d’une personne à l’autre et bien que de nombreux cas de personnes utilisant le CBD avec succès pour ce symptôme aient été signalés, il existe aussi de nombreuses retours d’informations selon lesquels les produits à base de cannabis aggraveraient les symptômes.

4. Hypomanie

L’hypomanie ressemble à la manie mais se traduit par des symptômes plus bénins. Elle se situe quelque part entre la dépression et la manie.

Les symptômes de l’hypomanie comprennent de longues périodes d’euphorie et de désinhibition mais ils ne sont pas aussi graves que ceux de la manie.

Le CBD peut être utilisé pour prendre en charge certains des effets secondaires de l’hypomanie, tels que l’insomnie et l’anxiété. Comme dans le cas de la manie, le CBD doit être utilisé avec précaution pour cette affection. Commencez toujours avec une petite dose et augmentez la progressivement.

Une fois que vous savez comment vous réagissez personnellement et que vous avez l’assurance que la dose prise n’aggrave pas les symptômes, vous pouvez essayer de de prendre une dose plus forte.

5. Trouble affectif saisonnier

La dépression saisonnière est un trouble de l’humeur provoqué par le manque d’exposition au soleil. On le qualifie de “ saisonnier “ parce que il est particulièrement courant sous les climats nordiques pendant les mois d’hiver, lorsque le nombre d’heure de lumière naturelle est au plus bas. Pendant cette période, le froid qui règne dans ces régions incite en outre les habitants à couvrir la majeure partie de leur corps, ce qui limite encore davantage l’exposition de la peau aux rayons ultraviolets.

Lorsque la lumière du soleil frappe la peau, elle déclenche une réaction enzymatique qui produit de la vitamine D, un régulateur clé de notre humeur.

Le meilleur traitement contre la dépression saisonnière est l’exposition régulière au soleil ou à une autre source d’UV et la supplémentation en vitamine D.

Le CBD et le THC peuvent tous deux être utiles dans le traitement de cette maladie car ils atténuent bon nombre des effets secondaires associés à la maladie, tels que l’insomnie ou l’anxiété. Cependant une supplémentation en vitamine D et une exposition aux rayons ultraviolets restent nécessaires pour un effet optimal.

Causes des troubles de l’humeur

  • Toxicomanie
  • Stress chronique
  • Deuil
  • Effets secondaires de médicaments
  • Troubles neurodégénératifs
  • Carences nutritionnelles
  • Prédisposition génétique
  • Événement traumatique ancien

Le système endocannabinoïde et l’humeur

Tous les mammifères possèdent un système endocannabinoïde – un système de récepteurs spécifiques présents dans pratiquement tous les organes du corps humain. Le système endocannabinoïde intervient dans le maintien de l’homéostasie (équilibre) dans l’ensemble du corps.

Il existe deux principaux types de récepteurs dans le système endocannabinoïde, les récepteurs CB1 présents dans le cerveau et la moelle épinière et les récepteurs CB2 très nombreux dans la peau, les organes internes et les cellules immunitaires.

Le système endocannabinoïde – en particulier les récepteurs CB1 – s’est avéré jouer un rôle majeur dans la régulation de l’homéostasie émotionnelle. Les études comportant l’élimination des récepteurs endocannabinoïdes chez la souris révèlent souvent un développement de troubles de l’humeur. Cela a conduit de nombreux chercheurs à penser que l’une des principales causes de troubles de l’humeur est un système endocannabinoïde dysfonctionnel.

Le CBD, le THC et le système endocannabinoïde

L’un des effets les plus importants du CBD est sa capacité à inhiber les enzymes responsables de la dégradation de nos endocannabinoïdes naturels (anandamide et 2-AG). En limitant la dégradation de ces composés, nous pourrions être en mesure de remédier aux carences du système endocannabinoïde à l’origine des troubles de l’humeur.

Le THC, par ses effets euphorisants, est également utile dans le traitement des troubles de l’humeur qui se manifestent par un état dépressif. L’effet euphorisant peut cependant déclencher des épisodes maniaques ou hypomaniaques et leur cortège de problèmes. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour mieux cerner tout cela.

En règle générale, de faibles doses de THC semblent avoir des effets bénéfiques sur l’humeur tandis que des doses plus importantes sont le plus souvent associées à des effets négatifs [24].

Guide d’utilisation du CBD pour les troubles de l’humeur

Le CBD peut être utilisé dans le traitement d’une variété de différents troubles de l’humeur — mais pas tous. Il s’agit d’un domaine de recherche sur le cannabis qui connaît une croissance rapide, avec beaucoup de complexité qui peut rendre son étude très difficile.

Nous passerons en revue quelques-unes des recherches actuellement disponibles sur ce sujet et nous plongerons dans certains des trucs et astuces que les experts recommandent souvent lorsqu’ils utilisent le CBD pour divers troubles de l’humeur.

Que dit la recherche ?

Il existe quelques études — principalement sur des animaux — qui étudient les effets de la CBD sur divers troubles de l’humeur. Il existe une petite collection d’essais cliniques chez l’homme qui explorent l’innocuité de l’utilisation d’extraits de CBD et de cannabis avec dépression, trouble bipolaire et autres troubles de l’humeur courants.

A) Chez les animaux

Des études animales impliquant des modèles de dépression ont montré que la supplémentation quotidienne en CBD chez la souris a entraîné une réduction significative des scores de dépression par rapport aux placebos[3].

Une autre étude a examiné les détails de la façon dont la CBD exerce ses effets antidépresseurs et a constaté que la CBD inhibait la recapture de la sérotonine dans le cerveau des souris [2]. C’est le même mécanisme que les antidépresseurs courants – les ISRS – utilisent pour traiter la dépression.

Des études animales ont également étudié le rôle de la CBD dans le trouble obsessionnel — compulsif — mesuré à l’aide d’un test sur les habitudes d’enfouissement des billes chez la souris [10].

B) Chez les humains

L’étude humaine la plus importante sur le cannabis et la dépression a porté sur l’utilisation de la plante pour voir si elle était une cause potentielle de dépression. Avec plus de 45 000 participants, l’étude a conclu que le cannabis n’était pas susceptible de causer la dépression [1].

Des études humaines ont également montré que la supplémentation en CBD réduisait l’anxiété lors de simulations d’allocutions publiques (dose de 400 mg) [5], et l’exposition à des expressions faciales effrayantes (dose de 600 mg) [7, 8]. Il a également été démontré qu’il améliore l’humeur chez les patients souffrant de troubles anxieux généralisés [9].

Conseils pour l’utilisation efficace de la CBD pour les troubles de l’humeur

Étape 1 : trouver la meilleure huile de CBD pour les troubles de l’humeur

Le CBD se présente sous plusieurs formes différentes, il y a donc un produit pour chacun de nous.

En ce qui concerne le traitement des troubles de l’humeur, toute forme contenant des cannabinoïdes est bénéfique. Vous devez seulement  faire attention à la puissance du produit.

Dans les études, la dose efficace pour le traitement des troubles de l’humeur est généralement très élevée, de sorte qu’une gomme à base de CBD à 10 mg ne fera pas l’affaire dans la plupart des cas.

Pour plus d’informations sur la recherche des meilleurs produits à base de CBD, consultez nos guides :

Étape 2 : évaluer le dosage de départ optimal

La plupart des recherches scientifiques sur le rôle du CBD dans le traitement des troubles de l’humeur ont montré qu’une amélioration nécessitait des doses élevées du composé (400 mg à 600 mg par jour pendant plusieurs semaines).

Ceci est très au-dessus de posologie courante pour le CBD.

Bien sûr, nous sommes tous différents, et vous n’aurez peut-être pas besoin d’une dose aussi élevée pour obtenir des résultats, mais gardez cela présent à l’esprit.

Même si nous recommandons des doses élevées pour les troubles de l’humeur, il est important de commencer par une très petite dose lors de la première utilisation de CBD. Ceci afin de vous assurer que vous ne faites pas une mauvaise réaction à l’huile de CBD ou à d’autres composés du mélange. L’objectif est de commencer très bas (10 mg par jour ou moins) et d’augmenter petit à petit sur un laps de temps d’une semaine ou deux.

Puissance recommandée pour les troubles de l’humeur : Forte

Dose quotidienne de CBD en fonction du poids et de la puissance souhaitée (en mg)

Poids (kg)Faible résistanceForce moyenneHaute résistance

45 kg

10 mg

30 mg

60 mg

57 kg

13 mg

38 mg

75 mg

68 kg

15 mg

45 mg

90 mg

80 kg

17 mg

52 mg

105 mg

90 kg

20 mg

60 mg

120 mg

100 kg

22 mg

67 mg

135 mg

114 kg

25 mg

75 mg

150 mg

Etape 3 : surveiller les effets du CBD

Cette étape ne doit pas être négligée.

Les troubles de l’humeur sont incroyablement complexes et une multitude de facteurs interviennent dans ce type d’affection. Le CBD et certains des autres cannabinoïdes peuvent avoir des effets secondaires non souhaités concernant cette maladie.

C’est pourquoi il est utile de prendre et de conserver des notes détaillées sur vos symptômes pendant toute la durée de votre supplémentation en CBD. Tout changement, qu’il soit bon ou mauvais, doit être signalé à votre médecin ou à votre psychiatre.

Nous vous recommandons de prendre des notes avant d’utiliser le CBD et pendant toute la durée du traitement.

Sur un journal de bord, un document Word, ou tout autre support, écrivez la liste des symptômes que vous éprouvez et attribuez leur une note sur une échelle de 1 à 10 (10 étant le plus grave).

Au bout d’une semaine, répondez de nouveau à ces mêmes questions sans relire votre première série de réponses. Ensuite, comparez les deux séries de réponses. Vous pouvez également choisir de faire cela tous les jours si vous souhaitez suivre journellement vos progrès.

Répétez ce processus chaque semaine pendant les premières semaines de votre supplémentation pour suivre l’effet du CBD sur votre humeur.

Répondez aux questions suivantes dans votre journal de bord :

  • Quel est votre niveau d’énergie ? (échelle de 1 à 10)
  • Quels autres effets secondaires ressentez-vous ?
  • Quelle est votre humeur sur une échelle de 1 à 10 ?
  • Votre humeur fluctue-t-elle ou reste-t-elle à peu près la même ?
  • Avez-vous des douleurs physiques ? Si oui, quelle est l’intensité de la douleur sur une échelle de 1 à 10 ?

La CBD prendra probablement environ un mois d’utilisation régulière avant que des changements notables ne soient notés – parfois plus longtemps. Soyez patient et persévérant avec votre supplémentation en CBD.

Références

  1. Manrique-Garcia, E., Zammit, S., Dalman, C., Hemmingsson, T., & Allebeck, P. (2012). Cannabis use and depression: a longitudinal study of a national cohort of Swedish conscripts. BMC Psychiatry, 12(1), 112.
  2. Banerjee, S. P., Snyder, S. H., & Mechoulam, R. A. P. H. A. E. L. (1975). Cannabinoids: influence on neurotransmitter uptake in rat brain synaptosomes. Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics194(1), 74-81.
  3. Réus, G. Z., Stringari, R. B., Ribeiro, K. F., Luft, T., Abelaira, H. M., Fries, G. R., … & Crippa, J. A. (2011). Administration of cannabidiol and imipramine induces antidepressant-like effects in the forced swimming test and increases brain-derived neurotrophic factor levels in the rat amygdala. Acta neuropsychiatrica, 23(5), 241-248.
  4. Campos, A. C., Moreira, F. A., Gomes, F. V., Del Bel, E. A., & Guimaraes, F. S. (2012). Multiple mechanisms involved in the large-spectrum therapeutic potential of cannabidiol in psychiatric disorders. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences367(1607), 3364-3378.
  5. Zuardi, A. W., Cosme, R. A., Graeff, F. G., & Guimarães, F. S. (1993). Effects of ipsapirone and cannabidiol on human experimental anxiety. Journal of psychopharmacology, 7(1), 82-88.
  6. de Souza Crippa, J. A., Zuardi, A. W., Garrido, G. E., Wichert-Ana, L., Guarnieri, R., Ferrari, L., … & McGuire, P. K. (2004). Effects of cannabidiol (CBD) on regional cerebral blood flow. Neuropsychopharmacology29(2), 417.
  7. Hsiao, Y. T., Yi, P. L., Li, C. L., & Chang, F. C. (2012). Effect of cannabidiol on sleep disruption induced by the repeated combination tests consisting of open field and elevated plus-maze in rats. Neuropharmacology, 62(1), 373-384.
  8. Fusar-Poli, P., Allen, P., Bhattacharyya, S., Crippa, J. A., Mechelli, A., Borgwardt, S., … & Zuardi, A. W. (2010). Modulation of effective connectivity during emotional processing by Δ9-tetrahydrocannabinol and cannabidiol. International journal of neuropsychopharmacology, 13(4), 421-432.
  9. Crippa, J. A. S., Derenusson, G. N., Ferrari, T. B., Wichert-Ana, L., Duran, F. L., Martin-Santos, R., … & Filho, A. S. (2011). Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary report. Journal of Psychopharmacology25(1), 121-130.
  10. Casarotto, P. C., Gomes, F. V., Resstel, L. B., & Guimarães, F. S. (2010). Cannabidiol inhibitory effect on marble-burying behaviour: involvement of CB1 receptors. Behavioural pharmacology, 21(4), 353-358.
  11. Esposito, G., De Filippis, D., Maiuri, M. C., De Stefano, D., Carnuccio, R., & Iuvone, T. (2006). Cannabidiol inhibits inducible nitric oxide synthase protein expression and nitric oxide production in β-amyloid stimulated PC12 neurons through p38 MAP kinase and NF-κB involvement. Neuroscience letters, 399(1-2), 91-95.
  12. Esposito, G., Scuderi, C., Valenza, M., Togna, G. I., Latina, V., De Filippis, D., … & Steardo, L. (2011). Cannabidiol reduces Aβ-induced neuroinflammation and promotes hippocampal neurogenesis through PPARγ involvement. PloS one, 6(12), e28668.
  13. Ludányi, A., Erőss, L., Czirják, S., Vajda, J., Halász, P., Watanabe, M., … & Katona, I. (2008). Downregulation of the CB1 cannabinoid receptor and related molecular elements of the endocannabinoid system in epileptic human hippocampus. Journal of Neuroscience, 28(12), 2976-2990.
  14. Samuels, B. A., & Hen, R. (2011). Neurogenesis and affective disorders. European Journal of Neuroscience, 33(6), 1152-1159.
  15. Hill, M. N., & Gorzalka, B. B. (2009). The endocannabinoid system and the treatment of mood and anxiety disorders. CNS & Neurological Disorders-Drug Targets (Formerly Current Drug Targets-CNS & Neurological Disorders)8(6), 451-458., 8(6), 451-458.
  16. Huestis, M. A., Gorelick, D. A., Heishman, S. J., Preston, K. L., Nelson, R. A., Moolchan, E. T., & Frank, R. A. (2001). Blockade of effects of smoked marijuana by the CB1-selective cannabinoid receptor antagonist SR141716. Archives of general psychiatry, 58(4), 322-328.
  17. Wise, R. A., & Bozarth, M. A. (1985). Brain mechanisms of drug reward and euphoria. Psychiatric medicine, 3(4), 445-460.
  18. Cheer, J. F., Wassum, K. M., Sombers, L. A., Heien, M. L., Ariansen, J. L., Aragona, B. J., … & Wightman, R. M. (2007). Phasic dopamine release evoked by abused substances requires cannabinoid receptor activation. Journal of Neuroscience, 27(4), 791-795.
  19. Cippitelli, A., Bilbao, A., Hansson, A. C., Del Arco, I., Sommer, W., Heilig, M., … & De Fonseca, F. R. (2005). Cannabinoid CB1 receptor antagonism reduces conditioned reinstatement of ethanol‐seeking behavior in rats. European Journal of Neuroscience, 21(8), 2243-2251.
  20. Cohen, C., Perrault, G., Griebel, G., & Soubrié, P. (2005). Nicotine-associated cues maintain nicotine-seeking behavior in rats several weeks after nicotine withdrawal: reversal by the cannabinoid (CB 1) receptor antagonist, rimonabant (SR141716). Neuropsychopharmacology, 30(1), 145.
  21. Hill, M. N., Miller, G. E., Ho, W. S. V., Gorzalka, B. B., & Hillard, C. J. (2008). Serum endocannabinoid content is altered in females with depressive disorders: a preliminary report. Pharmacopsychiatry, 41
  22. Parolaro, D., Realini, N., Vigano, D., Guidali, C., & Rubino, T. (2010). The endocannabinoid system and psychiatric disorders. Experimental neurology, 224(1), 3-14.
  23. Viveros, M. P., Marco, E. M., & File, S. E. (2005). Endocannabinoid system and stress and anxiety responses. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 81(2), 331-342.
  24. Hurley, L. L., & Tizabi, Y. (2013). Neuroinflammation, neurodegeneration, and depression. Neurotoxicity research, 23(2), 131-144.

conditions qui répondent au cannabidiol