Evidence based

CBD et l'asthme : Recherche et compréhension actuelles

Le CBD s’est avéré être un traitement d’appoint utile pour cette maladie grâce à ses puissants effets anti-inflammatoires. Voici comment commencer.

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Le CBD est monté en première ligne dans le traitement de nombreuses affections inflammatoires, conduisant les chercheurs à explorer les bienfaits que ce phyto-cannabinoïde polyvalent avait à offrir aux patients souffrant d’asthme.

En 2015, 358 millions de personnes souffraient d’asthme dans le monde [1].

Trois décennies plus tôt, seulement 183 millions de personnes étaient diagnostiquées comme asthmatiques.De tels chiffres révèlent une progression de l’asthme.

Cette maladie débilitante devenant de plus en plus courante au fil des années, les chercheurs en médecine recherchent frénétiquement de nouveaux traitements efficaces pour traiter la maladie.

Ici, nous allons passer en revue les recherches en cours sur le CBD et le rôle que peut jouer celui-ci en matière d’asthme. Notre propos est d’examiner la manière d’utiliser le CBD de façon efficace et ce que vous pouvez faire pour optimiser les bienfaits de ce produit.

  • Table des matières

Résumé : utilisation du CBD pour l’asthme

L’asthme est une maladie inflammatoire des voies respiratoires entraînant des difficultés respiratoires. En fonction de sa gravité, l’asthme peut nuire à la qualité de vie des personnes touchées. Il peut même devenir mortel dans les cas graves.

L’asthme provoqué par des allergies est particulièrement dangereux car il entraîne une production excessive de mucus dans les poumons, empêchant, par voie de conséquence, l’air de pénétrer dans les poumons.

Le CBD et d’autres phyto-cannabinoïdes réduisent la gravité de l’asthme de différentes manières.

Les effets du CBD sur l’asthme :

  • Il inhibe la réponse inflammatoire dans l’asthme allergique comme dans l’asthme non-allergique.
  • Il combat la migration de cellules immunitaires dans le tissu des voies respiratoires enflammées.
  • Il soulage les symptômes corrélés comme l’insomnie, l’anxiété et les troubles de l’humeur.
  • Il détend les muscles des voies respiratoires et du thorax, réduisant ainsi les symptômes de l’asthme

D’autres cannabinoïdes, tels que le THC, procurent de puissants bienfaits en matière d’asthme. Entre autres effets sur l’asthme, le THC :

  • Détend les voies respiratoires, entraînant un meilleure circulation de l’oxygène (bronchodilatateur).
  • Réduit plusieurs marqueurs inflammatoires liés à l’asthme
  • Détend les muscles du thorax et des voies respiratoires, réduisant ainsi les symptômes.

Conseils pour tirer le meilleur parti de l’usage du CBD et de l’extrait de cannabis pour l’asthme :

  1. Consultez toujours votre médecin avant d’utiliser le CBD pour traiter l’asthme.
  2. Si les symptômes de l’asthme s’aggravent, il est important de ne pas miser uniquement sur le CBD pour les soulager. Consultez toujours un médecin en cas d’urgence.
  3. Commencez avec une très faible dose de CBD et augmentez progressivement la dose pour vous assurer que vous n’êtes pas allergique à un composant quelconque du produit à base de CBD.
  4. Utilisez toujours le CBD comme complément à d’autres méthodes telle qu’un changement de régime alimentaire ou de mode de vie.
  5. Si vous utilisez du CBD pour un enfant, consultez toujours un pédiatre avant de commencer une supplémentation en CBD et utilisez des extraits de CBD issus d’isolat uniquement.
  6. Utilisez le CBD par voie orale uniquement – évitez de fumer ou de vapoter pour prendre votre dose de CBD.

Qu’est-ce que l’asthme ?

L’asthme est une affection qui, en causant une inflammation des voies respiratoires supérieures, entraîne des difficultés respiratoires.

Les symptômes de l’asthme peuvent être légers, mais ils peuvent aller jusqu’à engager le pronostic vital. L’asthme peut être chronique ou apparaître sous forme de crises sporadiques. L’activité physique ou des allergies sont par exemple susceptibles de déclencher une crise d’asthme.

L’asthme allergique est considéré comme une affection atopique, à laquelle s’associent d’autres affections liées à l’allergie, telles que la dermatite et les allergies alimentaires.

Les personnes atopiques ont tendance à être hyper-réactives à un ensemble de composés environnementaux et à certains aliments. C’est un problème fréquent dans les pays développés – ne touchant pas moins d’1 personne sur 5 [4].

Il n’y a pas de guérison définitive pour l’asthme. Le traitement vise à réduire l’intensité et la fréquence des crises et à en identifier les déclencheurs pour les éliminer.

Les crises d’asthme

Les crises d’asthme correspondent à des moments d’augmentation des symptômes. Dans la plupart des cas, quelque chose déclenche la crise, poussière, fumée de cigarette, activité physique ou allergie alimentaire.

Au cours d’une crise d’asthme, au fur et à mesure que les voies respiratoires s’enflamment, la masse d’air réussissant à traverser les bronchioles se réduit, ce qui augmente l’effort nécessaire pour apporter à l’organisme l’oxygène dont il a besoin.

Les crises peuvent durer de quelques secondes à quelques jours.

Symptômes de l’asthme

  • Essoufflement
  • Sifflement
  • Compression de la poitrine
  • Toux chronique
  • Fatigue
  • Réveil difficile

Les signaux d’urgence lors d’une crise d’asthme

  • Apparition soudaine des symptômes
  • Incapacité à parler
  • Respiration bruyante
  • Souffle court
  • Absence de bruit thoracique
  • Inhalateur inopérant
  • Lèvres bleues

Bien que tout asthme s’accompagne d’une inflammation des voies respiratoires, il existe plusieurs types d’asthme selon l’origine de l’affection.

Les différents types d’asthme

1. L’asthme allergique

Les allergies sont causées par la réaction de notre système immunitaire à des composés particuliers. Nous pouvons développer des symptômes d’asthme à partir des mêmes  allergènes qui font que notre nez coule, que nos yeux larmoient et que notre peau démange.

Lorsque nous sommes exposés à ces composés, notre système immunitaire les identifie et envoie un signal d’alarme. Les cellules spécialisées, appelées mastocytes, libèrent alors des neurotransmetteurs, tels que l’histamine, qui sont à l’origine de la plupart des effets indésirables.

Nos voies respiratoires supérieures sont très riches de ces cellules immunitaires. Le rôle de ces dernières consiste à empêcher qu’un organisme infectieux ne s’infiltre dans nos poumons pour y  proliférer et nous rendre malades. Durant une crise d’asthme allergique, ce sont ces cellules immunitaires, dont le rôle était de nous protéger, qui font empirer notre état.

L’histamine, libérée par les mastocytes, envahit nos voies respiratoires et celles-ci ne laissent plus passer suffisamment d’air.

2. L’asthme non allergique (asthme intrinsèque)

D’autres formes d’asthme peuvent apparaître, sans activation des mastocytes au cours d’une réaction allergique.

Nos voies respiratoires sont contrôlées via le système nerveux central. Lorsque nous faisons de l’exercice physique par exemple, le système nerveux central élargit nos voies respiratoires pour qu’une plus grande quantité d’air pénètre dans nos poumons. Puis il contracte ces voies lorsque nous n’avons plus besoin d’un apport d’air supplémentaire, pour éviter une perte de chaleur et empêcher le plus possible les organismes infectieux de pénétrer dans nos poumons.

Dans certains cas d’asthme non allergique, la cause de l’affection est en relation avec le dysfonctionnement du système nerveux central, dysfonctionnement qui entraîne un rétrécissement des voies respiratoires. Certains médicaments ou l’exercice physique peuvent être à l’origine de cette forme d’asthme.

Causes de l’asthme non allergique (asthme intrinsèque) :

  • Asthme induit par l’aspirine
  • Asthme induit par l’obstruction des voies respiratoires
  • Asthme induit par l’exercice physique
  • Asthme de type toux
  • Asthme professionnel
  • Asthme nocturne
  • Asthme lié à l’obésité

Déclencheurs fréquents de l’asthme

  • Poils d’animaux
  • Drogues / médicaments
  • Exercice
  • Froid / grippe
  • Sulfites
  • Inhalation de fumée
  • Poussière
  • Pollen
  • Air froid
  • Aéroallergènes
  • Allergènes alimentaires

Mesurer la gravité de l’asthme

Les médecins mesurent souvent la gravité des symptômes de l’asthme selon une échelle à 4 niveaux.

Étape 1 : asthme intermittent

Les symptômes de l’asthme se manifestent moins de deux jours par semaine et n’interrompent pas les activités quotidiennes. A ce niveau, les crises sont en général de courte durée et ne présentent que rarement des symptômes nocturnes.

Étape 2 : asthme persistant léger

Les symptômes surviennent plus de deux jours par semaine, mais ne gênent que légèrement les activités normales. Ce niveau d’asthme peut ou non occasionner des crises nocturnes.

Étape 3 : asthme persistant modéré

Les symptômes se manifestent quotidiennement et nuisent aux activités courantes. Ce niveau d’asthme s’accompagne de fréquentes crises nocturnes et diurnes et nécessite généralement un traitement médicamenteux pour lutter contre les symptômes.

Étape4 : asthme persistant sévère

Les symptômes se manifestent tout au long de la journée et peuvent fortement perturber les activités quotidiennes. Les asthmatiques qui présentent les symptômes de ce niveau ont souvent des difficultés à pratiquer une activité physique et souffrent souvent de crises nocturnes.

Options de traitement de l’asthme :

  • Corticostéroïdes
  • Agonistes des récepteurs adrénergiques (Salbutamol)
  • Médicaments anticholinergiques (bromure d’ipratropium)
  • Épinéphrine
  • Antagonistes des récepteurs des leucotriènes
  • Stabilisateurs des mastocytes

Guide d’utilisation du CBD pour l’asthme

Il existe de nombreuses causes différentes de l’asthme, mais la cause sous-jacente des symptômes est toujours sensiblement la même : une inflammation et une production excessive de mucus dans les voies respiratoires supérieures.

Par conséquent, le traitement est le même pour les différents types d’asthme, l’une des principales options de traitement étant l’administration d’anti-inflammatoires. Le CBD est un anti-inflammatoire particulièrement puissant, il a des effets bénéfiques sur de nombreux types d’inflammation.

À ce jour, aucune étude clinique sur les effets du CBD sur les patients asthmatiques ne permet de confirmer l’efficacité du CBD sur des patients, mais de nombreuses études mettent en évidence les messagers inflammatoires spécifiques inhibés par le CBD qui jouent un rôle dans la régulation des crises d’asthme (nous vous en dirons plus à ce sujet dans la section suivante).

Le CBD est un complément prometteur pour diminuer les causes sous-jacentes de l’asthme.

Il est important de parler à votre médecin avant d’utiliser du CBD et d’éviter de fumer ou de vapoter du cannabis en tant que source de CBD. Optez, pour votre usage, pour d’autres formes de CBD telles que gélules, huiles, teintures et comestibles.

Que dit la recherche ?

En 2015, une étude sur l’animal a été publiée. Il s’agissait d’une étude sur des souris asthmatiques traitées avec 5 mg / kg de CBD pendant deux jours. Une fois le traitement terminé, les chercheurs ont mesuré l’activité inflammatoire chez la souris. Tous les marqueurs inflammatoires, à l’exception de l’IL-10, avaient été considérablement réduits, ce qui prouve que le CBD est apte à réduire les facteurs inflammatoires à l’origine des symptômes de l’asthme [3].

L’asthme dû à une réaction allergique entraîne une augmentation du nombre de cellules immuno-réactives spécifiques (cytokines Th2) [5]. Les recherches ont montré que le CBD cible spécifiquement de nombreuses cytokines Th2, notamment : IL-6 [6], IL-2, TNF-a, IFN-c, IL-6, IL-12 et IL-17 [7].

Messager inflammatoiresRôle dans la réaction asthmatiqueEffets du CBD
TNF-aFortement impliqué dans les réactions asthmatiques sévères↓↓↓
IL-6Stimule l’activité de la T-celle↓↓↓
IL-4Stimule l’activité de l’IgE↓↓↓
IL-13Augmente la production de mucus↓↓↓

Cela démontre les effets anti-inflammatoires du CBD à différents niveaux de la réponse inflammatoire. Une telle approche thérapeutique, intervenant à plusieurs niveaux de la réponse inflammatoire, est beaucoup plus efficace que les traitements se limitant à un seul aspect de l’inflammation.

Les traitements conventionnels, eux-mêmes, utilisent plusieurs types de traitements tels que les traitements stéroïdiens (inhalateurs) et les médicaments par voie orale.

Combien de CBD devrais-je prendre ?

Déterminer la bonne dose de CBD à utiliser pour gérer les symptômes d’asthme nécessite un certain nombre d’essais et erreurs. En effet, chacun réagit différemment au CBD.

La plupart des personnes prennent une dose moyenne ou élevée de CBD pour soulager leurs symptômes.

Cependant, il est sage de commencer par une dose assez faible au départ, puis d’augmenter progressivement au fil du temps pour éviter toute allergie au produit que vous utilisez – ce qui pourrait aggraver les symptômes de l’asthme.

Si vous êtes particulièrement sujet aux allergies, il est recommandé d’aller plus loin et de commencer par placer une goutte de l’huile, de la teinture ou du liquide électronique sur le dos de votre main. Après une heure environ, si vous ne présentez aucun signe d’allergie, vous pouvez prendre une très petite quantité de CBD par voie buccale. Si aucun effet secondaire ou allergie ne se produit après une heure supplémentaire, vous pouvez passer à une dose de faible concentration.

Au cours des jours suivants, essayez d’augmenter progressivement la dose jusqu’à ce que vos symptômes soient soulagés.

Calcul des doses de CBD en fonction du poids

Unité de quantité FaibleMoyenne Forte
Système impérial (livres)1 mg  / 10 livres3mg  / 10 livres6 mg / 10 livres
Système métrique (kilogrammes)1 mg /  4,5 kg6mg / 4,5 kg12 mg / 4,5 kg

Dose quotidienne de CBD en fonction du poids et de la puissance (en mg)

Poids (kg)Faible résistanceForce moyenneHaute résistance

45 kg

10 mg

30 mg

60 mg

57 kg

13 mg

38 mg

75 mg

68 kg

15 mg

45 mg

90 mg

80 kg

17 mg

52 mg

105 mg

90 kg

20 mg

60 mg

120 mg

100 kg

22 mg

67 mg

135 mg

114 kg

25 mg

75 mg

150 mg

Effets secondaires potentiels du CBD

Bien qu’il ait été prouvé à maintes reprises que le CBD est extrêmement sûr, il est important de connaître ses effets secondaires potentiels. Chacun est différent et ce qui fonctionne pour une personne ne fonctionne pas forcément de la même manière pour une autre.

Voici quelques-uns des effets secondaires les plus fréquents du CBD :

  • Perte de l’appétit
  • Diarrhée
  • Somnolence
  • Bouche sèche
  • Étourdissements
  • Baisse du rythme cardiaque
  • Sédation

Verdict final : utilisation du CBD pour l’asthme

Bien qu’il existe de nombreuses causes différentes de l’asthme, celui-ci se manifeste toujours par une inflammation des voies respiratoires et une diminution de la quantité d’air pénétrant dans les poumons.

Le CBD est un complément utile pour les asthmatiques en raison du rôle qu’il joue dans l’arrêt de l’inflammation à différents niveaux de la chaîne inflammatoire.

Nous vous recommandons de discuter de la complémentation en CBD avec votre médecin avant de  prendre vous-même du CBD. Il est également important de vous assurer que vous n’avez pas d’allergies, ni de réaction indésirable au CBD, avant d’augmenter les doses. Commencez doucement et augmentez la dose progressivement au fil du temps.

Références

  1. Vos, T., Allen, C., Arora, M., Barber, R. M., Bhutta, Z. A., Brown, A., … & Coggeshall, M. (2016). Global, regional, and national incidence, prevalence, and years lived with disability for 310 diseases and injuries, 1990–2015: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2015. The Lancet, 388(10053), 1545-1602.
  2. Lozano, R., Naghavi, M., Foreman, K., Lim, S., Shibuya, K., Aboyans, V., … & AlMazroa, M. A. (2012). Global and regional mortality from 235 causes of death for 20 age groups in 1990 and 2010: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2010. The lancet, 380(9859), 2095-2128.
  3. Vuolo, F., Petronilho, F., Sonai, B., Ritter, C., Hallak, J. E., Zuardi, A. W., … & Dal-Pizzol, F. (2015). Evaluation of serum cytokines levels and the role of cannabidiol treatment in animal model of asthma. Mediators of inflammation, 2015.
  4. Laughter, D., Istvan, J. A., Tofte, S. J., & Hanifin, J. M. (2000). The prevalence of atopic dermatitis in Oregon schoolchildren. Journal of the American Academy of Dermatology, 43(4), 649-655.
  5. Holgate, S. T. (2008). Pathogenesis of asthma. Clinical & Experimental Allergy, 38(6), 872-897.
  6. Burstein, S. (2015). Cannabidiol (CBD) and its analogs: a review of their effects on inflammation. Bioorganic & medicinal chemistry, 23(7), 1377-1385.
  7. Hegde, V. L., Nagarkatti, P. S., & Nagarkatti, M. (2011). Role of myeloid-derived suppressor cells in amelioration of experimental autoimmune hepatitis following activation of TRPV1 receptors by cannabidiol. PloS one, 6(4), e18281.

Conditions qui répondent au cannabidiol