Evidence based

La CBD et la douleur : Recherche et compréhension actuelles

La douleur peut nuire à votre qualité de vie. Voici comment le CBD peut être utilisé pour soulager la douleur et aider à gérer les causes courantes de la douleur chronique.

Article By
Justin Cooke , Posté 4 semaines depuis

La douleur chronique est un problème invalidant pour des millions de personnes dans le monde. Malgré des avancées significatives dans le domaine des médicaments antidouleur, il peut s’avérer difficile de soulager efficacement la douleur sans recourir à des médicaments provoquant une dépendance.

Au cours des deux dernières années, le CBD et d’autres extraits de cannabis ont donné des résultats impressionnants en matière de gestion de la douleur, sans provoquer d’effets secondaires indésirables.

Voici un guide détaillé sur la manière dont le CBD est utilisé pour traiter la douleur chronique ou aiguë. Nous verrons comment ce produit fonctionne, quelle quantité on peut en prendre et pourquoi autant de personnes se sont mis à utiliser une plante autrefois décriée pour améliorer leur qualité de vie.

  • Table des matières

Résumé : utilisation du CBD contre la douleur

Le corps humain est programmé pour faire face au danger grâce à de nombreux mécanismes intelligents. La douleur est la réponse vitale du corps, elle avertit le cerveau du dommage qui est fait au corps et elle lui envoie l’ordre de supprimer la cause de ce dommage pour en éviter d’autres.

Malheureusement, lorsqu’un dommage survient, la douleur peut persister pendant des semaines, voire des mois. À ce stade, le signal de douleur n’a plus d’utilité et peut au contraire causer une dégradation grave de la qualité de vie de la personne touchée.

Le CBD soulage la douleur :

  • En bloquant la transmission de la douleur dans la moelle épinière et le cerveau — par le biais des récepteurs vanilloïdes et opioïdes
  • En réduisant l’inflammation — l’une des principales causes de douleur dans le corps humain
  • En soulageant les effets secondaires habituels de la douleur — parmi lesquels l’insomnie, la dépression et l’anxiété
  • En réduisant les causes sous-jacentes de la douleur liée à l’arthrite — l’une des causes de douleur les plus courantes
  • En luttant contre la croissance des cellules cancéreuses — réduisant ainsi la douleur provoquée par les tumeurs lorsqu’elles grossissent

Dans la plupart des cas de douleur chronique, la dose doit être suffisamment élevée pour être efficace. Nous présenterons plus loin un tableau pour un dosage de départ simple, en fonction du poids et de la puissance d’effet souhaitée.

Pour les douleurs durables, chroniques, il est probable qu’il soit nécessaire de prendre la dose forte pour tirer tout le bénéfice de l’extrait – c’est pourquoi, une huile de CBD de puissance élevée donnera le meilleur résultat thérapeutique.

Pour la gestion de la douleur mineure, telle que celle provoquée par l’arthrite de basse intensité ou par des lésions traumatiques mineures, une dose plus faible peut suffire.

Conseils pour tirer le meilleur parti de votre CBD en cas de douleur

  1. Si la cause de la douleur est inconnue, demandez toujours conseil à un médecin avant d’essayer de supprimer la douleur par automédication.
  2. Si vous prenez d’autres médicaments contre la douleur, consultez votre médecin avant d’utiliser le CBD pour éviter toute interaction médicamenteuse nocive.
  3. Titrez votre dose – commencez par une dose assez faible et augmentez-la de jour en jour jusqu’à atteindre l’effet recherché.
  4. Combinez la prise de compléments au  CBD avec d’autres méthodes antidouleur – comme la physiothérapie, l’exercice modéré, ou ajoutez à votre CBD des plantes et compléments.

Définir la douleur

Qu’est-ce que la douleur ? D’où vient-elle ?

Le corps humain est rempli de capteurs dont le rôle spécifique est de détecter les dommages ou les dysfonctionnements – on les appelle les nocicepteurs. Chaque fois que ces nocicepteurs détectent une  anomalie, ils transmettent au cerveau des signaux que nous percevons comme une douleur.

Les nocicepteurs nous avertissent lorsque nous sommes en danger et ils aiguillent notre attention sur les zones blessées de notre corps pour que nous puissions les soigner.

Dans la plupart des cas, la douleur est une bonne chose. Sans elle, nous pourrions facilement causer des dommages irréversibles à notre corps sans même le savoir.

Le problème avec la douleur, c’est que parfois les signaux envoyés par les nocicepteurs sont inutiles (aucun dommage réel ne se produit), excessifs (les signaux sont beaucoup plus élevés que nécessaire) ou durent trop longtemps.

C’est dans ces cas-là que nous souhaiterions stopper la douleur afin de rendre notre quotidien plus confortable.

Fonctionnement de la douleur

Le processus de la douleur est complexe et implique l’interaction de nombreuses cellules, neuro-transmetteurs et capteurs spécifiques. Voici un aperçu rapide de ce processus :

Étape 1:  le stimulus douloureux

C’est la cause de la douleur. Des récepteurs spécifiques de la peau et des organes internes sont activés chaque fois qu’un dommages est causé à une zone du corps. Ils sont à l’origine de la transmission d’un signal de douleur au cerveau par l’intermédiaire des nerfs périphériques.

Étape 2: le signal de douleur passe dans la corne dorsale de la moelle épinière

Le système nerveux périphérique est relié à la moelle épinière, point de départ du système nerveux central. Le signal de douleur doit traverser une région appelée corne dorsale. C’est la région où des composés tels que les endorphines et les médicaments opiacés sont utilisés pour limiter l’intensité du signal.

Étape 3: le signal de douleur est envoyé au cerveau

Tout signal de douleur qui dépasse la corne dorsale se dirige vers le thalamus, à la base du cerveau, où il est traité et envoyé vers les régions cérébrales supérieures. Ce sont ces régions du cerveau supérieur qui perçoivent la douleur.

Notre classement des différents types de douleur :

1. Douleur aiguë

La douleur aiguë apparaît brutalement. C’est le type de douleur que nous éprouvons quand nous nous coupons le doigt ou nous écrasons l’orteil. La douleur aiguë peut être de courte durée ou se transformer en douleur chronique si elle persiste plus de 6 mois.

2. Douleur chronique

La douleur chronique est une douleur durable. Elle est généralement le signe d’un dysfonctionnement sous-jacent du tissu impliqué et peut durer de 6 mois à plusieurs années. La douleur chronique est courante et peut être débilitante. Plus la douleur persiste, plus elle risque de devenir résistante aux techniques de gestion de la douleur.

3. Autres classifications de la douleur

Il existe d’autres méthodes de classification de la douleur, en fonction de la localisation :

  • Douleur osseuse — douleur dans les os
  • Douleur des tissus mous — douleur dans les tissus mous tels que les muscles et les ligaments
  • Douleur nerveuse — douleur provenant de lésions ou de dysfonctionnements nerveux
  • Douleur référée — douleur ressentie dans des zones éloignées de la lésion
  • Douleur fantôme — douleur dans un membre ou un organe qui a été enlevé
  • Douleur psychosomatique — douleur provenant d’un dysfonctionnement psychologique
  • Douleur par accès — douleur chronique ou aiguë survenant entre les prises d’un médicament administré à heure fixe.

Causes de la douleur

  • Virus du zona (varicelle-zona)
  • Névralgie du trijumeau
  • Neuropathie périphérique diabétique
  • Syndrome complexe de douleur locale
  • Syndrome de douleur centrale
  • Fibromyalgie
  • Cancer
  • Arthrite
  • Lésion traumatique
  • Lésion de la moelle épinière
  • Sclérose en plaques

Utilisation du CBD contre la douleur

Le CBD est un excellent analgésique, mais seulement s’il est pris à la bonne dose.

La plupart des recherches sur le CBD en matière de gestion de la douleur concluent à la nécessité de prendre de fortes doses du composé ou de combiner le CBD avec d’autres antalgiques connus.

1. CBD pour douleur chronique

La douleur chronique a de multiples causes – la principale étant l’inflammation.

L’inflammation est une réaction chimique complexe dans le corps humain. Son rôle est de diminuer les temps de régénération des organes ou tissus lésés et d’aider à éliminer du corps les agents infectieux ou nocifs. L’inflammation peut parfois atteindre un état d’auto-perpétuation. Lorsque cela se produit, les processus inflammatoires endommagent les tissus, ce qui déclenche une inflammation supplémentaire – perpétuant le cycle.

Cela peut entraîner des douleurs chroniques ressenties pendant des années.

En 2008, un article publié dans une revue portait sur les effets du CBD et du THC sur les douleurs chroniques qui ne répondent pas aux autres médicaments. Les chercheurs de cette étude ont conclu que le CBD était un excellent outil de gestion de la douleur chronique, sans aucun effet secondaire indésirable [2].

2. CBD pour douleur arthritique

Il existe deux principaux types d’arthrite, l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. Bien que ces deux formes de l’arthrite aient des causes sous-jacentes différentes, toutes deux déclenchent une douleur chronique qui peut passer du stade de douleur légère et sporadique au stade de douleur intense et débilitante.

Le CBD réduit la douleur associée aux deux formes de l’arthrite, d’une part en bloquant le processus inflammatoire à l’origine du problème et d’autre part grâce à ses effets analgésiques au niveau de la moelle épinière et du cerveau.

Pour de meilleurs résultats, il est recommandé d’utiliser le CBD à la fois par voie interne et en application locale sur les articulations touchées.

Quelle forme de CBD devrais-je utiliser pour traiter la douleur ?

Des formes différentes de CBD offriront les avantages qui leur sont propres en matière de gestion de la douleur.

1. Huiles et teintures à base de CBD

Les huiles et teintures à base de CBD sont une excellente option pour gérer la douleur. Elles ont des effets relativement rapides, ont une longue durée de conservation et les doses sont facilement ajustables aux besoins individuels de l’utilisateur.

Pour prendre vos huiles et vos teintures à base de CBD, il vous suffit de mesurer la dose souhaitée à l’aide du compte-gouttes fourni et de placer le produit sous votre langue pour un effet rapide, ou de l’avaler pour un effet plus durable.

En général, pour la gestion de la douleur, une huile ou une teinture de CBD de haute puissance sont recommandées.

2. Capsules de CBD

Les capsules de CBD sont une autre méthode prisée de consommation du CBD. Elles sont pratiques, ont une durée d’effet étendue et vous les trouvez à pratiquement tous les taux de puissance dont vous pourriez avoir besoin.

Les gélules sont plus pratiques que les huiles, mais ont tendance à coûter plus cher car leur fabrication requiert des étapes supplémentaires.

3. Topiques de CBD

Les topiques de CBD sont plus adaptés au traitement de la douleur des muscles, des ligaments et de la peau. Ils délivrent les cannabinoïdes directement à la source de la douleur. Le principal problème des topiques à base de CBD, c’est que, souvent, ils ne sont pas assez puissants pour produire les effets analgésiques des cannabinoïdes.

Recherchez toujours des topiques de CBD très puissants si vous les utilisez pour des lésions traumatiques, des affections de la peau ou des lésions musculaires / ligamentaires / osseuses.

Quelle quantité de CBD devrais-je prendre ?

La plupart des recherches sur les effets du CBD en matière de gestion de la douleur concluent à la nécessité de prendre des doses élevées. Des doses assez faibles peuvent procurer un certain bienfait, mais on ne peut pas compter sur elles pour gérer efficacement la douleur.

Par conséquent, il est préférable d’utiliser des doses de force moyenne ou élevée pour traiter les états douloureux. Pour des douleurs particulièrement rebelles, des doses largement plus élevées peuvent être nécessaires. Dans ces cas-là, il reste bénéfique d’utiliser le CBD mais en complément d’autres techniques de gestion de la douleur.

Indications générales de dosage du CBD pour les états douloureux

Faible puissance Puissance moyenne Forte puissance
• Douleur musculaire légère
• Douleur psychosomatique
• Début d’arthrite
• Douleur musculaire modérée
•Fracture
• Douleurs abdominales
•Arthrite
• Sclérose en plaques
• Maladie de Charcot
• Lésion ligamentaire
• Douleur cancéreuse
• Douleur osseuse
• Douleur musculaire sévère
• Arthrite

Calcul de dosage du CBD en fonction du poids et de la puissance

Unité de quantitéFaible MoyenneForte
Impérial (livres)1 mg / 10 lbs3 mg / 10 lbs6 mg / 10 lbs
Métrique (kg)1 mg / 4,5 kg6mg / 4,5 kg12 mg / 4,5 kg

A l’aide de ces lignes directrices, vous êtes à même de déterminer à peu près la dose avec laquelle vous pouvez espérer atteindre le niveau anti-inflammatoire que vous recherchez.

Il est important de noter que ce ne sont que des recommandations et que votre dose individuelle peut varier —  de beaucoup.

Par conséquent, ces indications ne visent qu’à vous fournir une estimation approximative de la dose dont vous avez besoin et à vous placer dans un contexte.

Après avoir déterminé la puissance dont vous aurez probablement besoin, tenez compte de votre poids pour calculer la quantité de CBD qui vous est nécessaire quotidiennement (en mg).

N’oubliez pas qu’il s’agit de doses de CBD pur – vous pouvez utiliser les chiffres ci-après pour déterminer la quantité d’huile de CBD, des gélules ou de produits comestibles que vous devez prendre pour obtenir la bonne quantité de CBD.

Doses quotidiennes de CBD en fonction du poids et de la puissance (en mg) :

Poids (kg)Faible résistanceForce moyenneHaute résistance

45 kg

10 mg

30 mg

60 mg

57 kg

13 mg

38 mg

75 mg

68 kg

15 mg

45 mg

90 mg

80 kg

17 mg

52 mg

105 mg

90 kg

20 mg

60 mg

120 mg

100 kg

22 mg

67 mg

135 mg

114 kg

25 mg

75 mg

150 mg

Effets secondaires potentiels du CBD

Bien qu’il ait été prouvé à maintes reprises que le CBD est absolument sûr, il est important de connaître ses effets secondaires potentiels. Chacun est différent et ce qui marche pour une personne ne marche pas forcément de la même façon pour une autre.

Voici quelques uns des effets secondaires les plus courants du CBD :

  • Perte de l’appétit
  • Diarrhée
  • Somnolence
  • Bouche sèche
  • Vertiges
  • Baisse du rythme cardiaque
  • Sédation

Conclusion : le CBD est-il efficace contre la douleur ?

Le CBD est une excellente option pour les personnes connaissant des états douloureux d’origine multiple. Il est particulièrement utile pour traiter la douleur causée par les processus inflammatoires, mais il l’est aussi pour la douleur en général.

Le CBD joue un rôle à presque tous les stades de la transmission de la douleur : directement au point de lésion, dans la corne dorsale où sont situés les récepteurs opioïdes, dans le cerveau par le biais des récepteurs opioïdes et vanilloïdes de celui-ci.

La plupart des recherches portant sur le CBD en matière de traitement de la douleur suggèrent que l’effet dépend de la dose : plus la dose que vous prenez est élevée, plus elle inhibe la sensation de douleur.

Pour de meilleurs résultats, il vous est recommandé d’associer au CBD d’autres méthodes et compléments anti-douleur.

Références

  1. Rubin, J. J. (2005). Psychosomatic pain: new insights and management strategies. Southern medical journal, 98(11), 1099-1111.
  2. Russo, E. B. (2008). Cannabinoids in the management of difficult to treat pain. Therapeutics and clinical risk management, 4(1), 245.
  3. Johnson, J. R., Burnell-Nugent, M., Lossignol, D., Ganae-Motan, E. D., Potts, R., & Fallon, M. T. (2010). Multicenter, double-blind, randomized, placebo-controlled, parallel-group study of the efficacy, safety, and tolerability of THC: CBD extract and THC extract in patients with intractable cancer-related pain. Journal of pain and symptom management, 39(2), 167-179.
  4. Russo, E. B., Guy, G. W., & Robson, P. J. (2007). Cannabis, pain, and sleep: lessons from therapeutic clinical trials of Sativex®, a cannabis‐based medicine. Chemistry & biodiversity, 4(8), 1729-1743.
  5. Ware, M. A., Wang, T., Shapiro, S., Robinson, A., Ducruet, T., Huynh, T., … & Collet, J. P. (2010). Smoked cannabis for chronic neuropathic pain: a randomized controlled trial. Canadian Medical Association Journal, 182(14), E694-E701.

Conditions qui répondent au cannabidiol