Evidence based

CBD & Syndrome Prémenstruel : Recherche et compréhension actuelles

La recherche a montré que cet extrait du cannabis avait des propriétés pouvant aider à soulager l’inconfort du syndrome prémenstruel — comme les crampes, les nausées et le dérèglement de l’humeur.

Article By
Evie Alexander , Posté 3 semaines depuis

Si vous faites partie des 95 % de femmes souffrant du syndrome prémenstruel, vous serez probablement agréablement surprise d’apprendre que le cannabidiol (CBD) peut soulager vos maux de tête, crampes, irritabilité, anxiété, insomnie et autres symptômes gênants [1].

Ce n’est pas un remède miracle, bien entendu, mais la recherche montre que le CBD peut s’avérer efficace en tant que supplément anti-douleur, anti-inflammatoire et anti-anxiété.

L’un des problèmes avec le SPM est qu’il est extrêmement complexe. Chaque femme (et chaque personne) dispose de niveaux d’hormones légèrement différents et d’une constitution génétique propre et unique.

Cet article couvrira tout ce qu’il vous faut savoir sur l’utilisation du CBD contre le syndrome prémenstruel. Nous traiterons des mécanismes du syndrome prémenstruel et des pistes suggérées par les recherches en cours pour traiter cette condition.

  • Table des matières

Rapide résumé : Utilisation du CBD contre le SPM

Le syndrome prémenstruel englobe un large éventail de symptômes et implique le flux de deux hormones reproductrices : l’œstrogène et la progestérone. En vérité, le CBD ne semble pas avoir beaucoup d’effets directs sur ces hormones, en dépit du lien intime existant entre le système reproducteur et le système endocannabinoïde (nous y reviendrons plus tard).

Cela dit, il y a quelques domaines clés où le CBD peut aider à gérer les symptômes :

  • Le CBD peut soulager les symptômes d’anxiété
  • Le CBD peut favoriser les troubles de l’humeur tels que la dépression
  • Il a été démontré que le CBD soulage la douleur
  • Le CBD peut soulager la tension musculaire à l’origine des crampes.
  • Le CBD favorise la survenue du sommeil

Comme il s’agit de symptômes associés au syndrome prémenstruel, le CBD peut être utile pour en traiter certains des effets les plus dérangeants.

Le cannabidiol et le syndrome prémenstruel : ce que dit la recherche

Le cannabidiol est un cannabinoïde extrait de la plante de cannabis (chanvre). Il n’est pas psychoactif, contrairement à l’autre cannabinoïde principal — le tétrahydrocannabinol (THC).

Le CBD exerce ses effets de manière indirecte. Il cible un sous-système distinct de l’organisme, qui prend ensuite la relève pour produire l’essentiel des effets de soulagement de la douleur et de relaxation musculaire, ainsi qu’une foule d’autres effets.

L’intermédiaire utilisé par le CBD pour atteindre ces autres systèmes corporels est appelé système endocannabinoïde (ECS) — un système de neurotransmetteurs régulant toutes les fonctions, du cycle reproducteur à l’activité cérébrale.

Penchons-nous sur certains des leviers principaux sur lesquels le CBD peut agir pour soulager les symptômes du SPM.

1. Stress et anxiété

Le CBD est considéré comme un modulateur non-allostérique — un terme sophistiqué qui signifie qu’il agit en inhibant indirectement certaines activités dans le cerveau. Il utilise le système endocannabinoïde comme intermédiaire pour prévenir l’excitation des cellules du cerveau, les empêchant ainsi d’envoyer des signaux.

Bien que la recherche sur le système endocannabinoïde soit encore en cours d’exploration, ce comportement inhibiteur pourrait expliquer pourquoi le cannabidiol est connu comme traitement anti-anxiété, anti-inflammatoire, anticonvulsif et antiépileptique [2].

2. Niveaux de sérotonine

Bien que le syndrome prémenstruel soit un trouble trop complexe pour qu’une seule thérapie puisse en guérir tous les maux, le cannabidiol pourrait être une bonne alternative pour traiter certains des symptômes liés à la sérotonine.

Puisque l’on pense que les niveaux de sérotonine sont affectés par les changements hormonaux au cours de la phase lutéale [3], l’interaction du cannabidiol avec les récepteurs sérotoninergiques devrait pouvoir aider à soulager certains des symptômes découlant d’un taux de sérotonine trop bas [4]. Plus précisément, la dépression et l’anxiété sont deux effets secondaires émotionnels négatifs sur lesquels la prise de cannabidiol pourrait avoir une action bénéfique.

3. Transmission de la douleur

Le cannabidiol s’est également révélé efficace pour soulager la douleur en bloquant la voie de signalisation de cette dernière [5].

Bien que la recherche actuelle porte principalement sur la gestion de la douleur liée au cancer et sur les problèmes osseux ou articulaires (arthrose), il n’est pas exagéré de penser que le cannabidiol peut également aider à soulager les douleurs musculaires résultant du SPM [6].

Le système endocannabinoïde régule à la fois les systèmes nerveux central et périphérique. Comme la douleur est transmise par ces nerfs, il a été démontré que l’ingestion de cannabidiol chez le rat aidait à réduire la douleur et l’inflammation [7].

Malheureusement, les expérimentations cliniques chez l’homme montrent des résultats contradictoires [8].

4. Inflammation

L’inflammation associée au syndrome prémenstruel pourrait également répondre favorablement au cannabidiol.

Cependant, l’inflammation est un processus immunologique complexe impliquant bon nombre de réactions chimiques, de boucles de rétroaction et de cellules diverses des systèmes immunitaires inné et adaptatif.

D’autres recherches, en particulier des études en double aveugle portant sur des groupes échantillons plus importants, doivent être menées pour déterminer si l’action anti-inflammatoire du cannabidiol [9, 10] est susceptible d’agir positivement sur les causes de l’inflammation liée au syndrome prémenstruel.

5. Crampes musculaires

La plupart des recherches dédiées aux effets du CBD sur le muscle se concentrent sur le traitement de la spasticité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. En se basant, une fois de plus, sur le fait que le CBD interagit avec le système endocannabinoïde et que les muscles sont contrôlés par les nerfs, il est logique de conclure que le CBD puisse contribuer à réduire les spasmes musculaires [11].

Ét   ant donné que l’utérus est l’objet de crampes et de spasmes avant et durant les menstruations, le CBD pourrait, en théorie, influencer et réduire les crampes dues au SPM.

Quelles sont les causes du SPM ?

Le syndrome prémenstruel survient avant la phase menstruelle (d’où son nom). Si vous n’êtes pas très familier des différentes phases du cycle menstruel, ne vous inquiétez pas, nous les décrirons plus tard en détail.

Les symptômes du SPM commencent habituellement à se manifester après l’ovulation, environ une semaine avant les règles.

Les scientifiques ne sont pas en mesure d’expliquer précisément pourquoi les changements hormonaux déclenchent cet ensemble de symptômes psychologiques et physiques, mais les causes seraient à rechercher du côté du lien existant entre l’œstrogène et la production de sérotonine dans le cerveau [12].

L’ensemble du cycle menstruel est une montagne russe d’hormones, les niveaux de chacune d’elles explosant tour à tour avant de retomber brutalement. Il s’agit d’une danse complexe et extrêmement bien chorégraphiée, qui vise à préparer le corps féminin à la fécondation.

Comment les changements hormonaux pourraient conduire au SPM

  1. Les niveaux de progestérone et d’œstrogène augmentent, puis chutent rapidement après l’ovulation.
  2. C’est au cours de cette hausse que vous commencez à ressentir des symptômes physiques, tels que la sensibilité mammaire. Vous pouvez interpréter cela comme une préparation du corps à l’état de grossesse.
  3. Parce que l’œstrogène et la sérotonine sont liées, la baisse d’œstrogène entraîne également une diminution du niveau de sérotonine.
  4. Les chutes de sérotonine (neurotransmetteur qui vous rend heureux) peuvent alors provoquer les symptômes psychologiques.

Les 3 étapes du cycle menstruel

Le cycle menstruel peut être décomposé en 3 phases : folliculaire, lutéale et menstruelle.

1. La phase folliculaire

Les œufs se développent dans de petits nids, appelés follicules, au cœur des ovaires. Durant la phase folliculaire, le follicule, qui finira par libérer un ovule mature, produit l’œstrogène. Ce follicule est stimulé par une hormone hypophysaire appelée hormone folliculo-stimulante (FSH) [13].

La FSH stimule également la production d’une autre hormone hypophysaire appelée hormone lutéinisante (LH), qui provoque la méiose (division cellulaire).

Au fur et à mesure que le taux d’œstrogènes augmente, parallèlement à la croissance du follicule, la paroi de l’utérus s’épaissit de tissus et vaisseaux sanguins pour se préparer à l’implantation d’un œuf fécondé, puis à la grossesse. Une fois que l’ovule est mature, un pic de LH survient et l’ovule est libéré du follicule — ceci marque le terme de l’ovulation. Le corps est maintenant prêt à concevoir un bébé.

Les niveaux d’œstrogène, de LH et de FSH commencent à baisser tandis que le taux de progestérone augmente, cette dernière hormone étant sécrétée par le follicule ayant précédemment libéré l’œuf.

2. La phase lutéale

Après la phase folliculaire ayant conduit à l’ovulation, débute la phase lutéale [14].

À ce moment-là, les niveaux d’œstrogène et de progestérone remontent, et la muqueuse utérine continue sa croissance. L’ovule quitte l’ovaire pour rejoindre l’utérus via les trompes de Fallope.

Si la fécondation devait se produire, elle aurait lieu durant cette période de 3-4 jours.

En l’absence de fécondation, il n’est pas nécessaire de conserver le tissu extrêmement dense et vascularisé de l’utérus (qui consomme une grande partie des ressources de l’organisme). Le corps jaune (corpus luteum) meurt et les taux d’œstrogènes et de progestérone diminuent de nouveau.

3. Règles / menstruations

La menstruation est le processus par lequel les cellules qui tapissent l’utérus s’acheminent vers la mort cellulaire programmée (apoptose) et se détachent [15].

Le sang et les tissus sont expulsés par le vagin, et les femmes peuvent souffrir de crampes, c’est-à-dire de contractions des muscles utérins visant à faciliter l’évacuation.

Signes et symptômes du SPM

Comme quatre hormones différentes sont à l’œuvre, le SPM peut revêtir diverses formes. Toutes les femmes ne ressentent pas l’ensemble des symptômes, et les symptômes ressentis ne sont pas nécessairement les mêmes d’un mois à l’autre. Le décalage horaire, le sommeil, l’alcool, le tabagisme et le stress peuvent influer sur le SPM.

Symptômes psychologiques du SPM

Les changements émotionnels qui interviennent après l’ovulation, au cours de la phase lutéale, peuvent être les suivants :

  • Dépression
  • Tension
  • Anxiété
  • Irritabilité
  • Fatigue
  • Sensibilité émotionnelle

Symptômes physiques du SPM

Parallèlement aux changements d’humeur, des symptômes physiques se manifestent également…

Ces symptômes comprennent :

  • Sensibilité mammaire
  • Ballonnements abdominaux
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Maux de tête
  • Inflammation [16]
  • Crampes

Options de traitement actuelles pour le SPM

Il existe de nombreuses façons de traiter les SPM d’intensité légère à sévère, comprenant les médicaments, l’hormonothérapie, l’acupuncture, les packs chauds, les suppléments et bien plus encore.

L’une des options les plus récentes vers laquelle les gens peuvent se tourner de nos jours est le CBD, mais nous verrons plus tard en détail de quoi il retourne.

Les preuves scientifiques soutenant les solutions telles que l’acupuncture et la phytothérapie sont limitées, et la plupart des conseils semblent dérisoires [17]. Même l’exercice, couramment conseillé pour soulager les symptômes du SPM, a montré des résultats inconsistants lors des tests. Certains groupes y ont répondu favorablement tandis que d’autres n’ont ressenti aucune amélioration significative en termes d’inconfort [18].

Les options hormonales consistent à recourir à des pilules d’œstradiol et/ou de progestérone dans le but de mieux réguler les fluctuations de ces hormones pendant la phase lutéale. Certaines études ont montré que cette méthode était efficace, alors que d’autres n’ont mis en lumière aucune différence dans le soulagement des symptômes du SPM [19, 20].

Que puis-je faire d’autre pour soulager les symptômes du SPM ?

Parallèlement à la prise de CBD, le maintien de votre taux de sérotonine à un niveau normal peut contribuer à atténuer les symptômes du SPM. L’exercice, le sommeil, le contrôle du stress et la consommation de chocolat noir sont autant de moyens d’éviter que votre taux de sérotonine ne chute trop bas.

Principales conclusions : CBD & PMS

Bien que la recherche sur l’utilisation du cannabidiol contre les symptômes du syndrome prémenstruel nécessite encore une exploration plus poussée, nous espérons que cet article vous aura donné un meilleur aperçu des causes du syndrome prémenstruel et de la manière dont le CBD peut être utilisé pour en soulager les symptômes.

Nous savons que le CBD ne traite pas le SPM de façon directe et globale. Cependant, certains symptômes, comme les crampes, l’anxiété et la douleur, peuvent être partiellement atténués par la prise de CBD.

Contrairement à d’autres affections, les symptômes du SPM et leur gravité varient d’un mois à l’autre en fonction du niveau de stress et d’autres aléas indépendants de notre volonté qui peuvent survenir de manière inattendue. Ainsi, bien qu’il soit impossible d’effacer complètement le SPM en raison de ses liens étroits avec les fluctuations des hormones reproductives, il est possible de cibler certains de ses symptômes au cas par cas.

Références

  1. Kwan, I., et Onwude, J. L. (2015). Syndrome prémenstruel. BMJ clinical evidence, 2015, 0806.
  2. Fernández-Ruiz, J., Sagredo, O., Pazos, M. R., García, C., Pertwee, R., Mechoulam, R., & Martínez-Orgado, J. (2013). Cannabidiol pour les maladies neurodégénératives : de nouvelles applications cliniques importantes pour ce phytocannabinoïde ? British journal of clinical pharmacology, 75(2), 323-333.
  3. Shah, N. R., Jones, J. B., Aperi, J., Shemtov, R., Karne, A., & Borenstein, J. (2008). Selective serotonin reuptake inhibitors for premenstrual syndrome and premenstrual dysphoric disorder : a meta-analysis. Obstétrique et gynécologie, 111(5), 1175-1182. doi:10.1097/AOG.0b013e31816fd73b
  4. National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine ; Health and Medicine Division ; Board on Population Health and Public Health Practice ; Committee on the Health Effects of Marijuana : Examen des données probantes et programme de recherche. The Health Effects of Cannabis and Cannabinoids : L’état actuel des données probantes et des recommandations de recherche. Washington (DC) : National Academies Press (États-Unis) ; 12 janvier 2017. 2, Cannabis. Disponible auprès de : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK425762/
  5. Philpott, H. T., OʼBrien, M., & McDougall, J. J. (2017). L’atténuation de l’inflammation en phase précoce par le cannabidiol prévient la douleur et les lésions nerveuses dans l’arthrose du rat. Douleur, 158(12), 2442-2451. doi:10.1097/j.pain.0000000000000000001052
  6. Blake A, Wan BA, Malek L, DeAngelis C, Diaz P, Lao N, Chow E, O’Hearn S. A selective review of medical cannabis in cancer pain management. Ann Palliat Med 2017;6(Suppl 2):S215-S222. doi : 10.21037/apm.2017.08.05
  7. Philpott, H. T., OʼBrien, M., & McDougall, J. J. (2017). L’atténuation de l’inflammation en phase précoce par le cannabidiol prévient la douleur et les lésions nerveuses dans l’arthrose du rat. Douleur, 158(12), 2442-2451. doi:10.1097/j.pain.0000000000000000001052
  8. Häuser, W., Fitzcharles, M. A., Radbruch, L., & Petzke, F. (2017). Cannabinoïdes dans la gestion de la douleur et la médecine palliative. Deutsches Arzteblatt international, 114(38), 627-634. doi:10.3238/arztebl.2017.0627
  9. Gold, E. B., Wells, C., & Rasor, M. O. (2016). The Association of Inflammation with Premenstrual Symptoms. Journal of women’s health (2002), 25(9), 865-874. doi:10.1089/jwh.2015.5529
  10. Fernández-Ruiz, J., Sagredo, O., Pazos, M. R., García, C., Pertwee, R., Mechoulam, R., & Martínez-Orgado, J. (2013). Cannabidiol pour les maladies neurodégénératives : de nouvelles applications cliniques importantes pour ce phytocannabinoïde ? British journal of clinical pharmacology, 75(2), 323-333. doi:10.1111/j.1365-2125.2012.04341.x
  11. Pozzilli, C. (2014). Aperçu de la spasticité associée à la SP. European Neurology, 71(s1), 1-3. doi : 10.1159/00035777739
  12. Hofmeister, S. et Bodden, S. (2016). Syndrome prémenstruel et trouble dysphorique prémenstruel. American Family Physician, 94(3), 236-240. Extrait de https://www.aafp.org/afp/2016/0801/p236.html
  13. Bowen, R. (2018). Gonadotrophines : Hormones lutéinisantes et folliculo-stimulantes. Extrait de http://www.vivo.colostate.edu/hbooks/pathphys/endocrine/hypopit/lhfsh.html
  14. Sohda, S., Suzuki, K., & Igari, I. (2017). Relation entre le cycle menstruel et le moment de l’ovulation révélé par les nouveaux protocoles : Analyse des données d’une application d’autosurveillance de la santé. Journal of medical Internet research, 19(11), e391. doi:10.2196/jmir.7468
  15. Maybin, J. A., et Critchley, H. O. (2015). Physiologie menstruelle : implications pour la pathologie de l’endomètre et au-delà. Reproduction humaine, 21(6), 748-761. doi:10.1093/humupd/dmv038
  16. Gold, E. B., Wells, C., & Rasor, M. O. (2016). The Association of Inflammation with Premenstrual Symptoms. Journal of women’s health (2002), 25(9), 865-874. doi:10.1089/jwh.2015.5529
  17. Jang, S. H., Kim, D. I., & Choi, M. S. (2014). Effects and treatment methods of acupuncture and herbal medicine for premenstrual syndrome/premenstrual dysphoric disorder : systematic review. BMC médecine complémentaire et alternative, 14, 11. doi:10.1186/1472-6882-14-14-11
  18. Kroll-Desrosiers, A. R., Ronnenberg, A. G., A. G., Zagarins, S. E., Houghton, S. C., Takashima-Uebelhoer, B. B., & Bertone-Johnson, E. R. (2017). L’activité physique récréative et le syndrome prémenstruel chez les jeunes femmes adultes : Une étude transversale. PloS one, 12(1), e0169728. doi:10.1371/journal.pone.0169728
  19. Yonkers, K. A., B. Cameron, B. Cameron, R. Gueorguieva, M. Altemus et S. G. Kornstein (2017). The Influence of Cyclic Hormonal Contraception on Expression of Premenstrual Syndrome. Journal of women’s health (2002), 26(4), 321-328. doi:10.1089/jwh.2016.5941
  20. Naheed, B., Kuiper, J. H., Uthman, O. A., O’Mahony, F. et O’Brien, P. M. (2017). Préparations non contraceptives contenant des œstrogènes pour contrôler les symptômes du syndrome prémenstruel. The Cochrane database of systematic reviews, 3(3), CD010503. doi:10.1002/14651858.CD010503.pub2

Conditions qui répondent au cannabidiol