Evidence based

La CBD et la migraine : Recherche et compréhension actuelles

Les migraines sont à la fois fréquentes et débilitantes. Ils peuvent transformer une journée normale en une perte totale. Malgré la fréquence des migraines, il existe très peu d’options thérapeutiques efficaces. Le pétrole CBD peut-il aider à soutenir les personnes souffrant de migraines ?

Article By
Justin Cooke , Posté 4 semaines depuis

La migraine est le trouble neurologique le plus répandu dans le monde occidental.

Il affecte chaque année environ 6% des hommes et 20% des femmes.

Malgré la fréquence de cette maladie, nous comprenons très mal la cause exacte de cette affection et nous manquons donc d’options de traitement efficaces.

La plupart des traitements pour cette condition apportent un soutien symptomatique plutôt qu’une cure de la cause sous-jacente.

Le CBD issu de la plante de marijuana est l’un des meilleurs candidats pour devenir un nouveau traitement efficace de la migraine.

Dans cet article, nous discuterons de l’étiologie de la migraine et de l’utilisation du CBD pour la prévenir et en traiter les symptômes.

  • Table des matières

Le CBD peut-il être utilisé contre la migraine ?

L’huile de CBD a de nombreuses vertus.

Elle est anti-inflammatoire, analgésique et neuroprotectrice. Elle réduit l’anxiété, allège la dépression et renforce le système immunitaire.

Mais peut-elle arrêter les migraines ?

Le cannabis est utilisé depuis des milliers d’années dans les civilisations du monde entier. Certaines de ses utilisations sont similaires, d’autres particulières à des tribus ou à des communautés spécifiques.

L’une des utilisations les plus universelles de la plante est le traitement des maux de tête.

En effet, la plante de cannabis et les cannabinoïdes qu’elle contient offrent de puissants bénéfices thérapeutiques contre des affections telles que la migraine, qu’il est notoirement difficile de traiter avec la médecine moderne.

La raison ?

Les cannabinoïdes n’ont pas qu’un seul effet, ils attaquent le problème de plusieurs façons à la fois.

Ces différentes actions de la plante se combinent pour calmer le système nerveux, stabiliser les processus inflammatoires et réguler la transmission de la douleur.

Lorsque vous combinez tous ces éléments, vous pouvez bénéficier d’incroyables effets thérapeutiques contre la migraine.

Pour obtenir ces avantages, il est important de prendre de l’huile de CBD sur de longues périodes et d’utiliser uniquement une huile de CBD de haute qualité.

Qu’est-ce que la migraine ?

Les migraines sont un type de maux de tête graves et récurrents.

Dans de nombreux cas, ces maux de tête n’affectent qu’un seul côté de la tête et provoquent des douleurs lancinantes.

Les migraines durent généralement de 2 à 8 heures, mais peuvent dans certains cas se prolonger jusqu’à 3 jours.

En plus des maux de tête, les migraineux présentent également d’autres symptômes tels que nausées, hyper sensibilité à la lumière, au son et aux odeurs, ainsi que des troubles de la vision.

Les 4 phases de la migraine

Les migraines ont tendance à se développer par phases distinctes. Ces phases ne sont pas toujours présentes et peuvent varier beaucoup d’un crise à l’autre.

Phase 1 : phase prodromique

Cette phase peut commencer quelques jours, heures ou minutes avant la phase 2.

Elle se manifeste par une grande variété de symptômes précurseurs d’une migraine.

Certains symptômes courants de la phase prodromique :

  • Irritabilité
  • Dépression
  • Euphorie
  • Douleur et raideur musculaires
  • Constipation ou diarrhée
  • Fatigue
  • Fringales
  • Sensibilité aux stimuli (lumière,son,odeur,goût,toucher)

Phase 2 : aura migraineuse

Au cours de la phase d’aura, les patients souffrent de changements étranges dans leur vision ou leur perception. L’aura migraineuse peut modifier l’apparence des couleurs, notre façon d’interpréter l’odeur et le goût et peut changer notre humeur de façon spectaculaire.

La phase de l’aura n’est que temporaire et dure généralement entre 1 et 2 heures.

Pour la plupart des personnes souffrant de migraines régulières, c’est l’indication la plus fiable qu’elles sont sur le point d’avoir une migraine. Certaines personnes peuvent même estimer la gravité de leur migraine à partir de la sévérité de la phase de l’aura.

Les symptômes de la phase de l’aura peuvent inclure :

  • Troubles de la vision
  • Changements dans la perception du goût, de la vue, de l’odorat, du son et du toucher
  • Problèmes d’élocution
  • Sensation de vertige
  • Faiblesses musculaires
  • Hallucinations auditives ou visuelles
  • Paranoïa
  • Fatigue

Phase 3 : phase douloureuse

C’est la phase principale, celle à laquelle on pense quand on parle de migraine.

La gravité de cette phase peut être très variable et elle est généralement très imprévisible, même chez les personnes qui souffrent régulièrement de migraines.

Dans la plupart des cas, la migraine n’affecte qu’un seul côté de la tête, mais elle peut également toucher les deux côtés. Certaines personnes ressentent la douleur à l’avant de la tête, d’autres à l’arrière et d’autres au centre.

Les symptômes de la phase douloureuse sont les suivants :

  • Douleur pulsante aiguë à la tête
  • Sensibilité aux informations sensorielles (vue, son, goût, odeur, toucher)
  • Nausée / vomissements
  • Vision floue
  • Difficulté à parler
  • Sensation de vertige
  • Miction fréquente
  • Peau pâle
  • Transpiration
  • Constipation ou diarrhée
  • Douleur au cou
  • Confusion
  • Irritabilité

Phase 4 : phase postdrome

La phase postdrome survient une fois que la migraine est passée.

Beaucoup de ceux qui en font l’expérience disent qu’elle ressemble à une gueule de bois qui peut durer plusieurs jours. Certains ressent également une pression ou une douleur légère dans les endroits affectés par la migraine.

Les patients peuvent se sentir fatigués et déprimés pendant plusieurs jours après la crise.

Dans d’autres cas au contraire, les personnes affectées peuvent au cours de cette phase avoir l’impression de se sentir exceptionnellement rafraîchies et lucides. Certains rapports suggèrent même un état euphorique qui peut se prolonger jusqu’à une semaine après l’événement.

Les causes de la migraine

La migraine échappe en grande partie à la compréhension des chercheurs. Elle est difficile à prédire et encore plus difficile à ramener à une cause précise.

Le stress, les taux d’hormones, les allergies et l’exposition aux produits chimiques sont tous considérés comme des facteurs et des causes potentielles, mais ils peuvent varier énormément d’une personne à l’autre.

On pense que les niveaux d’hormones sont l’un des principaux facteurs de la migraine.

En effet, les migraines sont plus courantes chez les jeunes garçons juste avant la puberté et deux fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. De plus, les migraines ont tendance à diminuer pendant la grossesse et après la ménopause.

Toutes ces variations peuvent être attribuées aux fluctuations des niveaux d’hormones, bien que les scientifiques ne sachent toujours pas exactement comment cela fonctionne.

Il y a plusieurs théories majeures sur la cause réelle des migraines :

1. Libération de sérotonine à partir des plaquettes

La sérotonine joue de nombreux rôles dans l’organisme. Elle régule une grande partie de nos émotions, de notre fonction sexuelle, de notre équilibre hormonal et de notre mémoire.

L’une des principales théories sur la cause des migraines est celle d’une libération excessive de sérotonine à partir de déclencheurs plaquettaires.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Une plaquette est un type de cellule qui flotte dans le sang et joue un rôle important dans la manière dont nous surveillons et contrôlons les inflammations dans le corps. Pour ce faire, elles libèrent de petites quantités de sérotonine.

Dans certains cas, ces plaquettes peuvent réagir de manière excessive à la situation et déverser de grandes quantités de sérotonine dans le sang. Cela met localement des parties de notre corps en état de choc. [1].

Lorsque cela se produit dans le cerveau, des symptômes tels qu’une douleur intense, une désorientation et une hypersensibilité aux stimuli sensoriels peuvent en résulter.

Par conséquent, si nous pouvons stopper la libération excessive de sérotonine par les cellules plaquettaires, nous pourrons peut-être arrêter ou prévenir les migraines.

2. Inflammation

Nous avons besoin de la réaction d’inflammation pour fonctionner.

L’inflammation nous aide à piéger et à détruire les bactéries et les virus envahissants, elle accélère la guérison et prévient les dommages futurs par la douleur et la rougeur qui nous rappellent de faire attention la partie du corps affectée.

Malheureusement, l’inflammation peut devenir problématique et causer de nombreux problèmes de santé.

Un tel problème est la migraine.

Une protéine présente dans les cellules, appelée facteur nucléaire kappa B (NF-kB en abrégé), est responsable de la régulation des composés inflammatoires dans les cellules.

Le NF-kB est un facteur majeur de la migraine. Lorsque cette protéine commence à devenir incontrôlable, elle peut entraîner une surabondance de messagers inflammatoires (IL-1B, IL-6 et TNF-a). Ces messagers déclenchent alors une vague d’inflammation et de douleur dans le système nerveux. [2]

Comme ces messagers ont une courte durée de vie, le problème disparaît généralement en quelques heures, ce qui entraîne la disparition progressive de la migraine.

Cette cause est particulièrement courante chez les personnes hyper réactives aux aliments et aux autres allergènes. Les personnes souffrant d’asthme, d’allergies alimentaires et du rhume des foins présentent un risque plus élevé de migraines causées par cet effet.

Par conséquent, si nous pouvons enrayer la suractivation de NF-kB, nous pourrons peut-être prévenir les migraines.

3. Spasmes musculaires des veines et des artères

Toutes nos artères sont parcourues par une fine couche de muscle.

Ces muscles sont conçus pour se détendre et se contracter afin de contrôler notre pression artérielle et de nous permettre de diriger le sang vers des organes vitaux comme le cerveau.

Un bon exemple de ce qui se passe est quand il fait froid.

Afin de préserver la température corporelle centrale, les vaisseaux sanguins de nos mains, de nos pieds et de notre nez se resserrent pour ralentir le flux sanguin dans ces zones. Cela permet de maintenir le sang chaud plus près des organes internes afin de les garder aussi chauds que possible.

Il y a d’autres raisons pour que le sang soit redirigé, par exemple après un repas lorsque nous avons besoin de plus de sang dans les organes digestifs, ou après une lésion traumatique lorsque nous avons besoin d’apporter de l’oxygène frais et des nutriments à la zone blessée.

Ce système est particulièrement sensible dans les délicates régions du cerveau, un organe vital parcouru par des millions de petites artères qui l’irriguent en profondeur.

Parfois, les muscles qui contrôlent ces artères peuvent avoir des spasmes et provoquer de graves migraines.

Par conséquent, si nous pouvons arrêter les spasmes vasculaires excessifs des artères irriguant le cerveau, nous pourrons arrêter les migraines.

Traitements contre les migraines

Le traitement des migraines procède avec beaucoup d’essais et d’erreurs.

En effet, les médicaments utilisés pour traiter chacune des trois causes de la migraine sont différents.

Si un médicament ne fonctionne pas, les médecins passeront généralement à un autre.

La plupart des personnes victimes de migraines utilisent des analgésiques en vente libre tels que le Tylenol, l’ibuprofène et l’aspirine. Toutefois, ceux-ci ne font que réduire l’intensité de la crise. Ils sont très peu efficaces pour faire passer la migraine et sont rarement assez puissants pour soulager complètement les symptômes.

Les médecins utiliseront une variété de médicaments différents pour essayer d’arrêter l’apparition des migraines, y compris :

  • Divalproex / Valproate de sodium
  • Élétriptan
  • Frovatriptan
  • Almotriptan
  • Metoprolol
  • Propranolol
  • Rizatriptan
  • Sumatriptan
  • Topiramate
  • Zolmitriptan

La plupart de ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires graves : crise cardiaque, dommages aux reins et accident vasculaire cérébral.

Pour cette raison, de nombreuses personnes souffrant de migraines récurrentes recherchent une alternative aux médicaments.

Phytothérapie pour traiter les migraines

La médecine conventionnelle présente des avantages évidents par rapport à la médecine à base de plantes, mais pas en ce qui concerne la migraine.

Il existe en réalité un certain nombre de plantes qui ont des vertus thérapeutiques bien établies pour le traitement et la prévention des migraines.

La grande camomille, par exemple, est une petite plante de la famille des pâquerettes qui apporte une amélioration directe des 3 processus supposés causer les migraines.

Le cannabis est une autre plante qui a montré des bénéfices significatifs dans le traitement des causes et des symptômes de la migraine.

De telles plantes contiennent souvent des dizaines, voire des centaines de produits chimiques différents. Contrairement aux produits pharmaceutiques, il est difficile de quantifier leurs effets avec précision, ce qui leur confère l’avantage supplémentaire de fournir ce que nous pourrions appeler une approche multi-facette du traitement.

Cela signifie que la série de produits chimiques contenus dans ces plantes offre pour le même état pathologique un certain nombre de bénéfices similaires, mais par le biais de multiples mécanismes différents.

Par exemple, la plante de cannabis contient dans ses feuilles et sa résine jusqu’à 80 cannabinoïdes et plus de 100 terpènes différents.

Certains de ces cannabinoïdes aident à arrêter les spasmes artériels, d’autres stabilisent les cellules immunitaires et plus encore.

En offrant plusieurs options de traitement pour une condition particulière, ils ont beaucoup plus de chances de résoudre le problème.

Il s’agit d’une technique courante utilisée par les oncologues pour lutter contre le cancer. En utilisant un cocktail de médicaments chimiothérapeutiques, chacun avec un mode d’action légèrement différent, nous avons une bien meilleure chance d’employer le bon médicament et de guérir le cancer.

Le cannabis contre la migraine

Le cannabis est utilisé pour traiter les maux de tête depuis au moins le 17ème siècle.

Il y parvient de plusieurs manières :

1. Il empêche la libération de sérotonine par les plaquettes

Nous savons depuis longtemps que le cannabis peut inhiber la libération de sérotonine par les plaquettes [4]. Le THC le fait directement, alors que le CBD le fait indirectement par le biais de l’endocannabinoïde naturel principal de l’organisme, appelé anandamide. [5]

Cet effet aide à prévenir et à traiter les migraines causées par une libération excessive de sérotonine par les plaquettes.

Fait intéressant, ce même effet sur la libération de sérotonine est également considéré comme l’un des principaux moyens par lesquels le CBD peut être utilisé pour traiter les nausées et les vomissements, qui sont également des symptômes couramment associés aux migraines.

2. Il est anti-inflammatoire

Une des manières dont la marijuana était utilisée dans le passé pour traiter les maux de tête consistait à envelopper les feuilles mouillées autour de la tête et du cou pendant plusieurs heures à la fois [6]. Le mécanisme d’action supposé en est le puissant effet anti-inflammatoire des feuilles de cannabis.

Cette pratique, principalement documentée chez les Sumériens, est très probablement le résultat direct de cet effet anti-inflammatoire.

Les traitements modernes de la migraine font souvent appel à des anti-inflammatoires tels que l’aspirine ou le Tylénol.

Il a été démontré que le CBD a une vaste gamme d’effets anti-inflammatoires. Il exerce son action par différentes voies inflammatoires, notamment l’adénosine [8], ainsi que par 2 des principaux composés inflammatoires liés au NF-kB [9], considéré comme l’une des principales causes potentielles de migraines.

3. Il arrête les spasmes vasculaires

Un nerf particulier, appelé nerf trijumeau, est le principal responsable des spasmes incontrôlés dans le système vasculaire cérébral.

L’hyperactivité du système NMDA / glutamate est l’une des raisons principales de ce phénomène. Ce système est responsable de nombreuses activités de stimulation du cerveau.

C’est comme la pédale d’accélérateur dans la voiture. Une fois activé, le régime augmente et la voiture va plus vite.

Dans le cerveau, c’est très similaire : lorsque le NMDA est actif, vos neurones s’activent de plus en plus vite.

Tout comme une voiture, le cerveau a aussi une pédale de frein, le système GABA. Celui-ci nous ralentit et nous aide à nous détendre en s’opposant directement aux effets du NMDA.

Dans certains cas, l’activité du NMDA devient incontrôlable, entraînant la perte de contrôle du nerf trijumeau qui dirige le système vasculaire cérébral. Il en résulte des migraines sévères, qui peuvent durer des heures.

Le CBD ralentit ce processus et en appuyant sur la pédale de frein (le GABA) [10] il ralentit l’ensemble du système et stoppe les spasmes du système artériel.

4. Il bloque la transmission de la douleur

L’une des principales actions du CBD est de bloquer la transmission de la douleur.

Le CBD est un maître modulateur. Cela signifie qu’il n’agit pas le long d’un seul chemin, se limitant à une direction ou à une autre.

Au lieu de cela, il renforce la capacité du corps à s’auto-réguler.

C’est comme donner aux forces de police accès à de meilleures armes, ou  permettre aux entreprises de construction d’avoir accès à de meilleurs outils. Elles font le même travail qu’avant, mais en mieux.

Bien sûr, il s’agit d’une simplification excessive de ce qui se passe, mais il est important de pouvoir comprendre comment le CDB bloque la douleur.

La douleur est utile au corps car elle nous avertit lorsque quelque chose ne va pas. Mais elle peut jouer contre nous lorsqu’elle devient tellement aiguë qu’elle nous oblige à ramper dans une pièce sombre et à gémir pendant des heures avant de diminuer.

Pour cette raison, le corps possède un certain nombre de mécanismes qui sont censés réguler la quantité de douleur que nous percevons réellement. Comme quand on joue avec le contrôle du volume de nos enceintes, ils augmentent la sensation de douleur lorsque nous avons besoin de la ressentir davantage et la diminuent lorsque cela commence à nous affecter négativement.

Avec la migraine, le volume de la douleur est amplifié au maximum.

Le CBD soutient les mécanismes censés contrôler cette situation (tels que les récepteurs TRPV1 et les récepteurs opioïdes) pour ramener le volume à un niveau approprié.

Comment utiliser l’huile de CBD contre les migraines

Maintenant que nous avons expliqué en détail l’étiologie des migraines et la façon d’utiliser le CBD et d’autres cannabinoïdes pour les prévenir ou les traiter, parlons de la meilleure manière d’utiliser efficacement votre huile de CBD.

Dosage de l’huile de CBD

Doser le CBD peut être un challenge, d’autant plus qu’il a tendance à agir différemment chez chacun.

Pour certaines personnes, une petite dose suffit à produire des effets, alors que d’autres nécessitent des doses beaucoup plus importantes. Cela peut rendre le dosage difficile au début, mais une fois que vous comprenez comment cela fonctionne pour votre corps, c’est en fait très simple.

Il y a des directives générales concernant la posologie du CBD que vous pouvez suivre pour déterminer la bonne dose de départ et la manière de la déterminer efficacement.

Cela dit, il est important de noter que les personnes sujettes aux migraines ont tendance à être plus sensibles aux produits chimiques. Pour cette raison, nous vous recommandons de commencer légèrement en dessous de la dose minimale recommandée pour votre poids et de n’accroître que lentement à partir de là.

Combien de temps dois-je utiliser l’huile de CBD pour traiter la migraine ?

La clé pour utiliser efficacement l’huile de CBD contre la migraine est d’en prendre régulièrement sur de longues périodes.

En prenant de petites doses d’huile tout au long de la journée, généralement une fois le matin et une fois le soir, vous améliorez la capacité naturelle du corps à maintenir son équilibre et vous lui évitez de basculer dans une grave crise de migraine.

De nombreuses personnes prenant de l’huile de CBD à cette fin augmentent ensuite la dose lorsqu’elles ressentent une crise de migraine, pour l’arrêter ou en réduire la gravité globale.

Par exemple, un migraineux pourra prendre chaque jour 5 mg de CBD le matin et 5 mg le soir. Lorsqu’il ressent une migraine, il prendra 5 mg supplémentaires toutes les 2 ou 3 heures, jusqu’à ce que la crise s’atténue.

Tout résumer

Les migraines sont beaucoup de choses. Elles sont communes, débilitantes et mystérieuses.

Les médecins et les neurologues n’ont toujours pas d’explication définitive quant à leurs causes ou à la manière de les arrêter.

Il existe cependant quelques bonnes théories par lesquelles commencer pour rechercher des traitements de la maladie.

L’huile de CBD a récemment pris la vedette comme traitement préventif et curatif de la migraine. Elle agit par plusieurs biais différents mais combinés sur les processus à l’origine des migraines.

Il est probable que cette utilisation du CBD et de l’huile de CBD deviendra dans les prochaines années un traitement standard de la migraine, au fur et à mesure que de nouvelles recherches révéleront les incroyables vertus de cet humble extrait de plante.

Achetez dès maintenant de l’huile de CBD de haute qualité.

References

  1. Cloutier, N., Allaeys, I., Marcoux, G., Machlus, K. R., Mailhot, B., Zufferey, A., … & Zhi, H. (2018). Platelets release pathogenic serotonin and return to circulation after immune complex-mediated sequestration. Proceedings of the National Academy of Sciences, 201720553.
  2. Bruno, P. P., Carpino, F., Carpino, G., & Zicari, A. (2007). An overview on immune system and migraine. European review for medical and pharmacological sciences, 11(4), 245.
  3. Solomon, S., Lipton, R. B., & Harris, P. Y. (1990). Arterial stenosis in migraine: spasm or arteriopathy?. Headache: The Journal of Head and Face Pain, 30(2), 52-61.
  4. Volfe, Z., Dvilansky, A., & Nathan, I. (1985). Cannabinoids block release of serotonin from platelets induced by plasma from migraine patients. International journal of clinical pharmacology research, 5(4), 243-246.
  5. Fan, P. (1995). Cannabinoid agonists inhibit the activation of 5-HT3 receptors in rat nodose ganglion neurons. Journal of neurophysiology, 73(2), 907-910.
  6. Russo, E. (2001). Hemp for headache: An in-depth historical and scientific review of cannabis in migraine treatment. Journal of Cannabis Therapeutics, 1(2), 21-92.
  7. Carrier, E. J., Auchampach, J. A., & Hillard, C. J. (2006). Inhibition of an equilibrative nucleoside transporter by cannabidiol: a mechanism of cannabinoid immunosuppression. Proceedings of the National Academy of Sciences, 103(20), 7895-7900.
  8. Ryberg, E., Larsson, N., Sjögren, S., Hjorth, S., Hermansson, N. O., Leonova, J., … & Greasley, P. J. (2007). The orphan receptor GPR55 is a novel cannabinoid receptor. British journal of pharmacology, 152(7), 1092-1101.
  9. Ribeiro, A., Ferraz-de-Paula, V., Pinheiro, M. L., Vitoretti, L. B., Mariano-Souza, D. P., Quinteiro-Filho, W. M., … & Hallak, J. E. (2012). Cannabidiol, a non-psychotropic plant-derived cannabinoid, decreases inflammation in a murine model of acute lung injury: Role for the adenosine A2A receptor. European journal of pharmacology, 678(1-3), 78-85.
  10. Consroe, P., Benedito, M. A., Leite, J. R., Carlini, E. A., & Mechoulam, R. (1982). Effects of cannabidiol on behavioral seizures caused by convulsant drugs or current in mice. European journal of pharmacology, 83(3-4), 293-298.
  11. Russo, E. (2001). Hemp for headache: an in-depth historical and scientific review of cannabis in migraine treatment. Journal of Cannabis Therapeutics, 1(2), 21-92.

Conditions qui répondent au cannabidiol