Evidence based

CBD et Glaucome : Recherche et compréhension actuelles

Saviez-vous que la plante de cannabis, lorsqu’elle est fumée, peut aider contre le glaucome ? Il s’avère que le THC contenu dans cette plante pourrait avoir des bienfaits étonnants pour les personnes atteintes de glaucome.

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Le glaucome est la principale cause de cécité irréversible dans le monde. On estime que près de 80 millions de personnes seront atteintes de la maladie d’ici 2020 [1].

Souvent qualifié de « voleur de la vue sournois », de nombreuses personnes ne sont pas diagnostiquées – ce qui entraîne une perte de vision permanente et irréversible [2]. Il se caractérise par une pression accrue dans le globe oculaire, et réduire cette pression dans l’œil est le seul traitement connu pour ce trouble.

Bien que de nombreuses sources suggèrent le CBD comme moyen de traiter ce trouble, des preuves suggèrent le contraire.

Au lieu de cela, la recherche indique que le cannabis inhalé, en particulier le THC, et non le CBD, peut soulager le glaucome en réduisant la pression dans l’œil — cependant, le lien n’est pas fort et les traitements standard actuels sont toujours plus efficaces que l’utilisation de cannabis. [3].

Dans cet article, nous discuterons du glaucome et de ses traitements actuels, ainsi que des recherches en cours sur l’utilisation du CBD pour les symptômes du glaucome.

  • Table des matières

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome appartient à un groupe de maladies oculaires qui endommagent le nerf optique à l’arrière de l’œil. Il a tendance à s’aggraver progressivement avec le temps.

Le plus souvent, cela est dû à une pression accrue à l’intérieur de l’œil, appelée Pression intra-oculaire (PIO).

L’avant de l’œil produit ce que l’on appelle “l’humeur aqueuse”, un fluide qui est continuellement drainé de l’œil. Si ce liquide ne circule pas correctement hors de l’œil, il s’accumule, ce qui augmente la pression dans le globe oculaire.

Le glaucome peut également être causé par un mauvais apport sanguin aux fibres du nerf optique ou par une faiblesse de la structure nerveuse de l’œil. [4].

Il existe différents types de glaucome :

La plupart des cas de glaucome sont dus à la PIO, les deux types les plus fréquents étant :

1. Le glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert (GOA) est le type de glaucome le plus courant, représentant au moins 90% de tous les cas de glaucome [5].

Le GOA se produit lorsque l’humeur aqueuse (le liquide clair qui lubrifie et nourrit l’intérieur de l’avant de l’œil) se bloque et ne s’écoule pas correctement. Ce qui provoque une augmentation de la pression dans les yeux, ce qui finit par endommager le nerf optique.

Souvent, il n’y a pas de signes avant-coureurs et la perte de vision se produit graduellement sur plusieurs années, sans douleur ni inconfort.

Moyennant un dépistage précoce, vous pouvez traiter et ralentir l’évolution de la maladie.

2. Glaucome à angle fermé

Le glaucome à angle fermé (GAF) est différent du GOA en ce sens que la pression oculaire peut augmenter rapidement. C’est une forme rare de ce trouble.

L’ACG se produit lorsque la partie périphérique de l’iris — la partie colorée de l’œil — est bloquée par les canaux de drainage. La pupille s’agrandira trop ou trop rapidement.

Symptômes du glaucome

  • Vision floue
  • Voir des “halos” dans les yeux sous une lumière vive
  • Maux de tête
  • Nausée
  • Vomissements

Tous les patients atteints de glaucome n’ont pas nécessairement une pression intraoculaire élevée, mais ce qui a été constaté, c’est que pour chaque mmHg (mesure de la pression) où la pression intraoculaire est abaissée, cela réduit le risque de ce trouble de 10% [6].

N’importe qui peut contracter le glaucome, mais certaines personnes sont plus à risque que d’autres.

Facteurs de risque du glaucome

  • Antécédents familiaux de glaucome
  • Diabète
  • Âgés de 40 ans et plus
  • Blessures antérieures à l’œil
  • Hypertension
  • Haute pression oculaire
  • Myopie

Si vous ressentez un ou plusieurs des symptômes suivants vous devriez consulter votre spécialiste des yeux (ophtalmologiste) dès que possible :

  • Perte de vision
  • Perception de halos dans des lumières vives
  • Rougeur oculaire
  • Douleur oculaire
  • Vision brouillée
  • Nausées et vomissements

Il est important de noter que les symptômes peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre. Il se peut que vous ne présentiez aucun des symptômes mentionnés.

C’est pourquoi il est important de consulter régulièrement votre ophtalmologiste pour vous assurer que la maladie est détectée à un stade précoce.

Comment le glaucome est-il détecté ?

Étant donné que le glaucome provoque initialement une perte de vision périphérique (vision latérale) indétectable pour le patient, des examens réguliers de la vue, en particulier après 40 ans, sont essentiels pour dépister le glaucome et déterminer si un examen plus approfondi est nécessaire.

Un test du glaucome comprend généralement ce qui suit :

  • Vérification du nerf optique à l’aide d’un ophtalmoscope
  • Vérification de la pression oculaire (tonométrie)
  • Si nécessaire, une évaluation du champ visuel permet de tester la sensibilité de la vision latérale, où le glaucome commence initialement.

Traitements standard contre le glaucome

La plupart des traitements du glaucome à angle ouvert ont pour objectif d’abaisser et de contrôler la pression oculaire ou de réduire la production de liquide. Le traitement le plus courant consiste en des gouttes ophtalmiques spécialisées — un ophtalmologiste décide normalement du traitement à utiliser ou d’une combinaison de traitements.

1. Gouttes oculaires

Il s’agit de la forme initiale de traitement la plus courante. Elles sont classées en fonction de leur ingrédient chimique actif. Ceux-ci comprennent : les prostaglandines, les bêta-bloquants, les alpha-agonistes et les inhibiteurs de la rho kinase.

Effets secondaires des gouttes oculaires :

  • Les gouttes oculaires contenant des prostaglandines peuvent provoquer des picotements, des brûlures et un changement de couleur des yeux.
  • Les bêta-bloquants utilisés dans une variété de gouttes ophtalmiques contre le glaucome peuvent réduire la fréquence cardiaque et causer des effets secondaires indésirables chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques et pulmonaires comme l’emphysème, le diabète et la dépression.
  • Les gouttes ophtalmiques à base d’agonistes alpha peuvent provoquer des brûlures, des picotements, de la fatigue, des maux de tête et de la somnolence.

2. Médicaments oraux

Des médicaments tels que les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique (IAC) peuvent être utilisés conjointement avec des gouttes oculaires.

Les IAC peuvent causer des effets secondaires systémiques tels que la myopie transitoire, des mictions fréquentes, des picotements aux extrémités et des étourdissements.

3. Trabéculoplastie sélective au laser (SLT)

Les traitements au laser sont effectués si les gouttes ophtalmiques ne parviennent pas à contrôler la détérioration de la vision. Les effets du traitement au laser ne sont souvent pas permanents, et de nombreux patients devront reprendre le traitement.

Les effets secondaires de la trabéculoplastie au laser comprennent :

  • Les effets secondaires bénins comprennent des douleurs, une rougeur et une vision floue.
  • Pression oculaire élevée — dans certains cas, la pression oculaire peut augmenter après la procédure. Cette augmentation de la pression oculaire est généralement temporaire et peut être traitée avec des gouttes oculaires supplémentaires ou des médicaments par voie orale. Très rarement, cette augmentation de la pression oculaire peut persister et nécessiter des interventions chirurgicales plus invasives.
  • Synéchie antérieure périphérique — adhérence de l’iris à la cornée.
  • Inflammation et gonflement — Dans de rares cas, le SLT peut entraîner une inflammation persistante dans les yeux. Il s’agit d’une complication potentiellement grave pouvant entraîner d’autres problèmes oculaires.

4. Chirurgie (trabéculectomie)

La chirurgie est pratiquée si les gouttes pour les yeux, les médicaments ou le laser ne permettent pas de contrôler la pression dans les yeux. La chirurgie peut être efficace, cependant, il y a des risques.

Effets secondaires de la chirurgie :

  • Infection postopératoire
  • Paupière tombantes
  • Vision double
  • Gonflement
  • Saignement
  • Développement d’un trou près du site de l’opération
  • Cicatrices
  • PIO faible (hypotonie)

Dans certains cas graves, certaines personnes souffrent de :

  • Hémorragie intérieure de l’œil affecté
  • Détachement choroïde
  • Perte de vision
  • Perte de l’œil lui-même

S’il est traité et surveillé, le glaucome n’entraîne généralement pas la cécité. Seulement 5 % environ des patients atteints de glaucome subissent une perte de vision. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une affection qui peut être guérie, il existe de nombreuses options pour maintenir la PIO à un niveau normal. Ces options comprennent les médicaments, le laser et la chirurgie.

Comment le CBD peut-il aider avec le glaucome ?

Les personnes atteintes de glaucome utilisent de la marijuana à des fins médicales depuis des décennies pour atténuer les symptômes.

Des études menées dans les années 1970 ont montré que fumer de la marijuana peut effectivement réduire la PIO, mais sa durée est courte et ne dure que trois à quatre heures à la fois.

Si vous souffrez de glaucome, il est important de maintenir une pression oculaire plus basse 24 heures sur 24 ; mais fumer de la marijuana plusieurs fois par jour n’est pas une solution très pratique.

Des études ont montré que le THC est la molécule qui diminue le PIO. La CBD, en revanche, agit contre le THC. Par conséquent, si vous songez à utiliser des huiles de cannabis pour traiter le glaucome, il est préférable d’utiliser de l’huile à haute teneur en THC plutôt qu’à haute teneur en CBD.

Le THC a deux avantages principaux :

  1. Il réduit la pression intra-oculaire (PIO)
  2. Il favorise la santé du nerf optique

Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Les deux principaux cannabinoïdes présents dans le cannabis, le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), sont deux composés qui influencent le système endocannabinoïde (SEC) de l’organisme mais ils ont des effets très différents.

Lorsque les gens parlent de marijuana — un terme d’argot pour la plante de cannabis — ils pensent généralement aux effets du THC, qui est la partie du cannabis qui procure des sentiments euphorisants ou “planants”. Bien qu’il puisse également causer d’autres effets secondaires, tels que vertiges, perte de coordination, anxiété, paranoïa et augmentation du rythme cardiaque, le THC est fortement lié à la réduction de la PIO dans de nombreuses études. 

1. Le THC réduit la pression intra-oculaire

Il existe de nombreux récepteurs cannabinoïdes dans le SEC. Le THC interagit avec eux, bien que les mécanismes soient encore inconnus. Ce que l’on sait, c’est que cette interaction réduit la PIO tandis que le CBD, l’autre type de cannabinoïde présent dans le cannabis, interfère avec l’activité du THC.

On pense qu’il y a une forte concentration de récepteurs cannabinoïdes de type CB1 dans l’œil. C’est pourquoi fumer de la marijuana ou consommer des huiles et des aliments à base de THC peut aider à réduire la PIO.

2. Le THC entretient la santé du nerf optique

Dans le cas du glaucome, la réduction de la pression intraoculaire n’est pas toujours suffisante pour prévenir la perte de vision.

Un phénomène connu sous le nom de neurotoxicité induite par le glutamate semble également jouer un rôle important dans le glaucome.

Les personnes atteintes ont tendance à avoir un niveau élevé de glutamate — le principal neurotransmetteur présent dans l’œil — l’excès de glutamate s’accumule dans les cellules ganglionnaires de la rétine et endommage les neurones.

De nouvelles recherches ont montré que le CBD et le THC peuvent protéger contre cette mort cellulaire induite par le glutamate puisqu’ils sont tous deux des antioxydants.

Dans quel cas le CBD peut aider : Facteurs de risque du glaucome

Bien que le CBD ne puisse pas aider directement les personnes atteintes de glaucome, il peut toutefois aider à résoudre d’autres problèmes qui peuvent aggraver les problèmes de PIO existants. Examinons-les :

1. CBD et hypertension artérielle

L’huile de CBD est un moyen sûr et naturel de réduire la pression artérielle et de gérer le stress en raison de ses effets anxiolytiques et analgésiques [10].

Le CBD agit comme un vasodilatateur : il permet au sang de s’écouler plus librement en relaxant les cellules musculaires lisses des vaisseaux sanguins et en supprimant la pression exercée sur les artères.

2. CBD et diabète 

Le diabète est une cause majeure de deux types spécifiques de glaucome, le glaucome à angle ouvert (la forme la plus courante de la maladie) et le glaucome néovasculaire.

Il existe plusieurs théories sur les causes de ce phénomène, notamment l’inflammation de l’œil, la mort des cellules rétiniennes due à l’hyperglycémie et le développement de vaisseaux sanguins dysfonctionnels dans l’œil.

L’inflammation chronique due à la résistance à l’insuline est un facteur clé dans le développement du diabète de type 2. Les chercheurs ont découvert que les propriétés anti-inflammatoires du CBD traitent cette inflammation, améliorant ainsi le métabolisme de l’organisme et le contrôle glycémique [11].

Qu’est-ce que cela signifie ?

Le CBD peut réduire l’inflammation qui mène au développement du diabète de type 2, ce qui peut réduire les risques de glaucome d’origine diabétique.

3. CBD et inflammation

Les cannabinoïdes sont de très puissants agents anti-inflammatoires et immunosuppresseurs, principalement en raison de leurs interactions avec le Système EC.

Ils y parviennent en favorisant l’apoptose, en inhibant la prolifération cellulaire et en supprimant les cytokines inflammatoires [12].

Qu’est-ce que ça veut dire ?

En termes simples, le CBD peut réduire l’inflammation et influencer certaines cellules du système immunitaire.

Conseils sur l’utilisation d’huiles de cannabis avec le glaucome

Lorsque vous consommez du cannabis pour le glaucome,  il y a trois points principaux à ne pas perdre de vue :

  1. Les huiles riches en CBD ne sont pas recommandées si vous souffrez de glaucome — le THC est le seul cannabinoïde soutenu par la recherche comme traitement potentiel du glaucome.
  2. Suivez toujours les conseils d’un médecin — soyez ouvert à l’idée d’essayer des produits à base de cannabis pour soulager vos symptômes.
  3. Quand il s’agit de dosage, la clé est de commencer doucement et progressivement.

Il existe différentes méthodes pour traiter le glaucome avec du cannabis. Vous pouvez essayer des gouttes topiques pour les yeux ou le prendre sous forme de gouttes orales, de pâtes, de capsules, de thé ou de pastilles. Les concentrations varient considérablement d’un produit à l’autre et selon la façon dont il est préparé.

Comme nous sommes tous différents, la posologie varie d’une personne à l’autre. Nous vous recommandons de commencer par une petite dose, par exemple 10 mg d’extrait par jour, et de voir comment vous réagissez.

Comme tout le monde réagit différemment au cannabis, il se peut que vous deviez tâtonner pour obtenir la dose qui vous convient.

Tenez un journal quotidien des posologies, des heures d’administration et de tout symptôme. Cela vous aidera à trouver votre dose optimale personnelle.

Il est important de noter que des doses plus élevées (>40 mg) de CBD augmentent la PIO. Il est donc extrêmement important de lire l’étiquette du produit que vous utilisez.

Utilisez des huiles de cannabis, ne fumez pas de marijuana. Il n’est pas recommandé de fumer de la marijuana à long terme pour traiter le glaucome en raison de sa courte durée d’action et du risque de lésions pulmonaires au fil du temps.

L’huile de CBD est-elle sans danger ?

Vous ne pouvez pas faire une overdose de CBD.

Cela dit, la qualité compte.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’huile de CBD à l’état pur ne présente aucun danger ou de potentiel d’abus, même à fortes doses [13].

La recherche dont nous avons parlé ici est basée sur l’utilisation de CBD de haute qualité. Il est important de vous assurer que vous utilisez un produit CBD de haute qualité, exempt de contaminants et d’additifs artificiels.

Verdict final : utilisation du CBD pour le glaucome

La plupart des recherches effectuées jusqu’à présent montrent que le THC est efficace pour réduire la PIO, tandis que la CBD interfère avec l’activité du THC. Le THC est un antioxydant qui peut aider à prévenir l’apoptose des cellules ganglionnaires de la rétine chez le faible pourcentage de personnes qui continuent de perdre la vue même après avoir contrôlé leur PIO.

Malheureusement, comme le CBD ne soulage pas la PIO, il faudrait trouver une huile riche en THC et éviter les huiles de CBD spéifiquement. Bien entendu, vous devriez également continuer à suivre le programme posologique prescrit par votre ophtalmologiste. Pour prévenir toute interaction médicamenteuse, consultez toujours votre médecin avant de commencer tout traitement complémentaire.

References

  1. Tham, Y. C., Li, X., Wong, T. Y., Quigley, H. A., Aung, T., & Cheng, C. Y. (2014, November 1). Global prevalence of glaucoma and projections of glaucoma burden through 2040: A systematic review and meta-analysis. Ophthalmology. Elsevier. https://doi.org/10.1016/j.ophtha.2014.05.013
  2. Glaucoma Treatment, Symptoms & Diagnosis. (n.d.). Retrieved December 12, 2018, from https://www.lei.org.au/services/eye-health-information/glaucoma/
  3. Lederer C. M. (2012). The use of marijuana to treat glaucoma. Missouri medicine, 109(2), 95. Retrieved August 22, 2019, from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6181747/
  4. Weinreb, R. N., Aung, T., & Medeiros, F. A. (2014). The pathophysiology and treatment of glaucoma: a review. JAMA, 311(18), 1901–1911. doi:10.1001/jama.2014.3192
  5. Types of Glaucoma | Glaucoma Research Foundation. (n.d.). Retrieved December 13, 2018, from https://www.glaucoma.org/glaucoma/types-of-glaucoma.php
  6. Cairns, E. A., Baldridge, W. H., & Kelly, M. E. M. (2016, January 12). The Endocannabinoid System as a Therapeutic Target in Glaucoma. Neural Plasticity. Hindawi. https://doi.org/10.1155/2016/9364091
  7. Tomida, I., Pertwee, R. G., & Azuara-Blanco, A. (2004). Cannabinoids and glaucoma. The British journal of ophthalmology, 88(5), 708–713. doi:10.1136/bjo.2003.032250
  8. Philpott, H. T., OʼBrien, M., & McDougall, J. J. (2017). Attenuation of early phase inflammation by cannabidiol prevents pain and nerve damage in rat osteoarthritis. Pain, 158(12), 2442–2451. doi:10.1097/j.pain.0000000000001052
  9. Kokona, D., Georgiou, P.-C., Kounenakis, M., Kiagiadaki, F., & Thermos, K. (2016). Endogenous and Synthetic Cannabinoids as Therapeutics in Retinal Disease. Neural Plasticity, 2016, 8373020. https://doi.org/10.1155/2016/8373020
  10. Jadoon, K. A., Tan, G. D., & O’Sullivan, S. E. (2017). A single dose of cannabidiol reduces blood pressure in healthy volunteers in a randomized crossover study. JCI Insight, 2(12). https://doi.org/10.1172/jci.insight.93760
  11. Horváth, B., Mukhopadhyay, P., Haskó, G., & Pacher, P. (2012). The endocannabinoid system and plant-derived cannabinoids in diabetes and diabetic complications. The American Journal of Pathology, 180(2), 432–42. https://doi.org/10.1016/j.ajpath.2011.11.003
  12. Mecha, M., Feliú, A., Iñigo, P. M., Mestre, L., Carrillo-Salinas, F. J., & Guaza, C. (2013). Cannabidiol provides long-lasting protection against the deleterious effects of inflammation in a viral model of multiple sclerosis: A role for A2A receptors. Neurobiology of Disease, 59, 141–150. https://doi.org/10.1016/j.nbd.2013.06.016
  13. World Health Organization. (2017). WHO | Cannabidiol (compound of cannabis). WHO. Retrieved from http://www.who.int/features/qa/cannabidiol/en/

Conditions qui répondent au cannabidiol