Evidence based

CBD et douleur neuropathique : Recherche et compréhension actuelles

La douleur neuropathique est notoirement difficile à traiter, avec seulement 40 à 60 % des patients capables de trouver un soulagement partiel de leurs symptômes grâce aux traitements conventionnels. Il a été démontré que le CBD offre de nombreux avantages contre la douleur neuropathique de différentes façons.

Article By
Justin Cooke , Posté 4 semaines depuis

Le corps humain est plein de capteurs connectés au cerveau. Ils détectent la température, le contact, les dommages aux tissus et transmettent ces informations au cerveau où elles peuvent être traitées.

La douleur neuropathique peut provenir d’une lésion des nerfs ou de ces capteurs de douleur.

Il n’existe pas beaucoup de traitements efficaces de la douleur neuropathique en dehors des analgésiques puissants qui peuvent avoir des effets secondaires nocifs et risquent de créer une forte dépendance. Ce type de douleur est notoirement difficile à traiter. 40 à 60% seulement des personnes atteintes obtiennent un soulagement partiel de leurs symptômes [1].

Le CBD est récemment devenu un traitement courant de la douleur neuropathique car il agit de la même manière que les analgésiques mais ne provoque pas de dépendance et n’a, pris à des doses normales, que peu ou pas d’effets secondaires.

Nous verrons ce qui rend le CBD si utile dans le traitement de la douleur neuropathique, comment l’utiliser efficacement et quelles autres mesures prendre pour avoir les meilleures chances de soulager la douleur.

Sans plus tarder, entrons dans le sujet.

  • Table des matières

Résumé : utilisation du CBD pour la douleur neuropathique

Le CBD et d’autres cannabinoïdes permettent de réduire la souffrance causée par divers types de douleur neuropathique chez l’homme [2, 3].

Bien que des recherches restent nécessaires pour comprendre pleinement l’utilité du CBD en matière de douleur neuropathique, il existe des interactions bien connues entre ce composé et la santé des cellules nerveuses.

Tout d’abord, le CBD interagit principalement avec le système endocannabinoïde – la série de récepteurs et les eicosanoïdes (appelés endocannabinoïdes) qui régulent l’homéostasie dans tout le corps. Des récepteurs endocannabinoïdes sont présents sur pratiquement tous les organes du corps humain, avec une concentration la plus élevée dans le système nerveux central.

Le système endocannabinoïde fonctionne comme l’ « accusé de lecture » utilisé pour les mails.

Lorsque les nerfs envoient un message, la cellule nerveuse réceptrice utilise le système endocannabinoïde pour informer le nerf expéditeur que le message a été reçu. Ce système maintient l’ensemble du système nerveux en contact constant avec lui-même et évite d’envoyer le même message plusieurs fois – ce qui se passe justement avec la douleur neuropathique.

Le CBD renforce le système endocannabinoïde en empêchant les principaux composés endocannabinoïdes de se décomposer trop rapidement. Cela rend le système endocannabinoïde plus efficace et réduit les chances d’envoyer de faux signaux de douleur au cerveau.

Parmi les autres avantages du CBD, citons le blocage direct de la douleur par les récepteurs vanilloïde de la douleur [4], ainsi que le soulagement des symptômes associés tels que la dépression, l’inflammation et l’anxiété.

Qu’est-ce que la douleur neuropathique ?

La douleur neuropathique est un type de douleur provoquant des atteintes ou un dysfonctionnement des nerfs et des capteurs somatiques présents dans tout le corps.

Tout dommage ou dysfonctionnement des nerfs et des tissus sensoriels risque d’envoyer des signaux de douleur au cerveau. Ces signaux avertissent le corps de dommages réels ou d’un dysfonctionnement, mais ils peuvent également être causés par des messages trompeurs envoyés au cerveau. Ces messages avertissent le cerveau de dommages qui peuvent ou non exister. Cela rend la douleur neuropathique difficile à traiter, surtout lorsque la cause sous-jacente ne peut pas être identifiée.

Il existe quelques types de douleurs neuropathiques selon les nerfs affectés.

1. Douleur neuropathique centrale

Le système nerveux central est une partie du système nerveux située à l’intérieur du cerveau et de la moelle épinière. Celle-ci est séparée du système nerveux périphérique par une barrière semi-perméable appelée barrière hémato-encéphalique.

La douleur neuropathique centrale est donc une douleur provenant de nerfs situés à l’intérieur du système nerveux central.

Elle est causée par des affections telles que :

2. Douleur neuropathique périphérique

Le système nerveux périphérique, c’est toute la partie du système nerveux située à l’extérieur du cerveau et de la moelle épinière. Il comprend tous les nerfs des membres supérieurs, de la cavité abdominale, des jambes et du visage.

Souvent, lorsqu’un nerf est endommagé, le processus de réparation ne se déroule pas comme prévu. Le nerf, au lieu de retrouver son état antérieur, devient exceptionnellement sensible et envoie des signaux de douleur au cerveau quand il ne le devrait pas.

Les dommages initiaux peuvent avoir de nombreuses causes différentes, principalement des lésions traumatiques ou une infection par des virus spécifiques qui ciblent directement les cellules nerveuses, tels que le virus de l’herpès ou le zona.

Ce type de douleur est causée par les affections suivantes :

3. Douleur neuropathique mixte – périphérique et centrale

La douleur neuropathique mixte est une douleur provenant à la fois des nerfs du système nerveux central et des nerfs du système nerveux périphérique.

Les causes de douleur neuropathique mixte sont les suivantes :

  • Cancer
  • Chimiothérapie
  • VIH et autres infections virales
  • Toxicité liée aux métaux lourds

Causes de la douleur neuropathique

  • Sclérose en plaques
  • Varicelle, Zona
  • Infection par le virus Epstein Barr (EBV)
  • Lésions traumatiques
  • Névralgie du trijumeau

Traitements de la douleur névralgique

  • Antidépresseurs (ISRS, SNRI), antidépresseurs tricycliques
  • Médicaments opiacés contre la douleur (morphine, fentanyl, tramadol, méthadone)
  • Chirurgie (cas graves uniquement)
  • Capsaïcine
  • Topiques analgésiques (lidocaïne)

Quelle forme de CBD devrais-je utiliser ?

Le CBD se présente sous différentes formes – toutes ne seront pas la meilleure pour toutes les affections.

1. Huiles et teintures à base de CBD

Les huiles et les teintures à base de CBD sont parmi les méthodes les plus simples de prise de CBD. Tout ce que vous avez à faire est de mesurer la dose désirée (plus de détails là-dessus ultérieurement) et de la fourrer dans votre bouche. Vous pouvez choisir de garder l’huile / la teinture sous votre langue pour une absorption plus rapide ou de l’avaler immédiatement – les deux méthodes fonctionnent bien.

2. Capsules de CBD

Les capsules de CBD sont une autre excellente solution de dosage. Les capsules sont petites et faciles à transporter, elle délivrent des doses normalisées de CBD et ont une grande biodisponibilité. Elles constituent également une excellente option pour les personnes qui ne souhaitent pas sentir le goût de l’huile de CBD – qui peut avoir un goût terreux et désagréable dans certains cas.

3. Produits topiques de CBD

Le topique de CBD est une autre bonne solution, mais uniquement si la source de votre douleur neuropathique est proche de la surface de la peau. Et même si vous utilisez un topique de CBD pour ces affections, il vous est recommandé de prendre en même temps du CBD par voie interne sous forme de gélule, produit comestible ou huile. En effet, les cannabinoïdes contenus dans les produits topiques à base de CBD n’atteignent pas la moelle épinière et le cerveau, d’où provient en grande partie le soulagement de la douleur en cas de traitement d’une douleur neuropathique.

4. Comestibles au CBD

Les comestibles, et parmi eux les bonbons gélifiés ou les pâtisseries, sont certainement une façon amusante de prendre du CBD – mais ils sont souvent incompatibles avec un dosage précis (à l’exception des bonbons gélifiés). Les dosages indiqués sont des estimations et la teneur réelle en CBD peut varier considérablement.

Pour cette raison, nous ne vous recommandons pas de vous fier aux produits comestibles à base de CBD en matière de dose quotidienne de CBD d’entretien pour le traitement de la douleur neuropathique.

Combien de CBD devrais-je prendre ?

Lorsqu’il s’agit de traiter la douleur neuropathique, un type de douleur notoirement difficile à atténuer, une concentration assez élevée de CBD est généralement recommandée. La plupart des recherches montrant les bienfaits du CBD ont mis en évidence la nécessité d’une dose anormalement élevée du composé pour obtenir un résultat.

Pour cette raison, il est judicieux d’ajuster la dose vous-même afin de déterminer la dose optimale pour vous et vos symptômes.

Commencez petit et augmentez la dose tous les jours jusqu’à ce que les symptômes disparaissent (ce qui signifie que vous ayez trouvé votre dose) ou jusqu’à ce que vous ressentiez des effets indésirables. Si vous souffrez d’effets indésirables, vous devriez peut-être revenir à la dernière dose sans effets secondaires associés. Si vous n’obtenez toujours pas de réduction des symptômes de douleur avec cette dose, vous devriez peut-être associer le CBD à d’autres formes de traitement de la douleur – après avoir consulté un médecin.

Néanmoins, voici quelques recommandations posologiques générales pour ceux qui ne savent pas comment entamer leur programme de dosage:

Dosage du CBD en fonction du poids et de la puissance souhaitée

Unité de quantitéFaibleMoyenneForte
Impérial (en livres)1 mg / 10 lbs3 mg / 10 lbs6 mg / 10 lbs
Métrique (kilogrammes)1 mg / 4,5 kg6mg / 4,5 kg12 mg / 4,5 kg

Ces directives générales vous permettent de déterminer approximativement la dose dont vous risquez d’avoir besoin pour obtenir le niveau de soulagement inflammatoire souhaité.

Il est important de noter que ce ne sont que des recommandations et que votre dose individuelle peut varier – de beaucoup. Il n’est pas rare que les personnes utilisant le CBD contre la douleur neuropathique prennent des doses allant jusqu’à 600 mg par jour.

Doses quotidiennes de CBD en fonction du poids et de la puissance (en mg) :

Poids (kg)Faible résistanceForce moyenneHaute résistance

45 kg

10 mg

30 mg

60 mg

57 kg

13 mg

38 mg

75 mg

68 kg

15 mg

45 mg

90 mg

80 kg

17 mg

52 mg

105 mg

90 kg

20 mg

60 mg

120 mg

100 kg

22 mg

67 mg

135 mg

114 kg

25 mg

75 mg

150 mg

Effets secondaires potentiels du CBD

Bien qu’il ait été prouvé à maintes reprises que le CBD est extrêmement sûr, il est important de connaître ses effets secondaires potentiels. Chacun est différent et ce qui fonctionne bien chez une personne ne fonctionne pas toujours de la même manière chez une autre.

Voici quelques-uns des effets secondaires les plus courants du CBD :

  • Suppression de l’appétit
  • Diarrhée
  • Somnolence
  • Bouche sèche
  • Vertige
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Sédation

Verdict final : utilisation du CBD pour la douleur neuropathique

Les causes de la douleur neuropathique peuvent aller des troubles neurologiques, tels que sclérose en plaques ou AVC, aux carences nutritionnelles et au diabète.

Peu importe la cause de la douleur neuropathique, les bienfaits du CBD restent sensiblement les mêmes.

Le CBD peut soulager la douleur neuropathique de diverses manières :

  • Augmente les niveaux d’anandamide
  • Active les récepteurs vanilloïdes
  • Inhibe l’inflammation pouvant être à l’origine de la douleur neuropathique
  • Active légèrement les récepteurs opioïdes de la moelle épinière et du cerveau

S’agissant de traiter la douleur neuropathique, une dose assez élevée est généralement recommandée. Toutefois, cela peut varier d’une personne à l’autre. Lorsque vous utilisez du CBD pour la première fois, il est sage de commencer par une dose faible et d’augmenter progressivement jusqu’à ce que vous obteniez les résultats que vous recherchez.

Références

  1. Dworkin, R. H., O’connor, A. B., Backonja, M., Farrar, J. T., Finnerup, N. B., Jensen, T. S., … & Portenoy, R. K. (2007). Pharmacologic management of neuropathic pain: evidence-based recommendations. Pain, 132(3), 237-251.
  2. Leung, L. (2011). Cannabis and its derivatives: review of medical use. The Journal of the American Board of Family Medicine, 24(4), 452-462.
  3. Grotenhermen, F., & Müller-Vahl, K. (2012). The therapeutic potential of cannabis and cannabinoids. Deutsches Ärzteblatt International, 109(29-30), 495.
  4. Bisogno, T., Hanuš, L., De Petrocellis, L., Tchilibon, S., Ponde, D. E., Brandi, I., … & Di Marzo, V. (2001). Molecular targets for cannabidiol and its synthetic analogues: effect on vanilloid VR1 receptors and on the cellular uptake and enzymatic hydrolysis of anandamide. British journal of pharmacology, 134(4), 845-852.

Conditions qui répondent au cannabidiol