Evidence based

CBD et SCI : Recherche et compréhension actuelles

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble médical courant et débilitant qui offre peu d’options thérapeutiques. Le CBD a récemment gagné en popularité en tant que nouvelle option thérapeutique pour le SII. Nous verrons plus en détail comment cela fonctionne ici.

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

Le syndrome du côlon irritable ne met pas la vie en danger, mais peut diminuer profondément la qualité de vie des personnes touchées.

Environ 1 personne sur 10, dans les pays développés, présente des symptômes en rapport avec le SCI [3].

Malgré la fréquence de cette maladie, le SCI n’est pas bien cerné. En conséquence, il existe peu d’options de traitement efficace.

Le meilleur traitement pour le SCI est de loin un changement de régime. Il existe peu de traitements médicaux pour cette maladie, en dehors de la gestion des symptômes et des effets secondaires.

Le CBD, cependant, est une alternative exceptionnelle pour les personnes confrontées au SCI. Sa popularité ne cesse de grandir en tant qu’option de traitement de cette maladie et cela pour plusieurs raisons.

Nous allons voir ici comment le CBD prend en charge un diagnostic de SCI, comment l’utiliser et comment en tirer le meilleur parti.

  • Table des matières

Résumé : utilisation du CBD pour le SCI

Il existe de nombreuses causes potentielles du SCI, mais la plupart des facteurs qui déclenchent la maladie demeurent inconnus. On présage que le principal déclencheur serait une rupture d’équilibre dans le tube digestif : l’équilibre soigneusement orchestré entre digestion, assimilation, défense immunitaire et excrétion est compromis.

Le cannabidiol (CBD) aide à résoudre ce problème car il permet d’équilibrer différentes parties du corps. Pour ce faire, il améliore la communication inter cellulaire grâce à un système appelé système endocannabinoïde.

Voici comment le CBD peut aider en cas de SCI :

  • Il soulage les carences en anandamide [13]
  • Il réduit l’inflammation [7, 8]
  • Il inhibe l’hyperactivité des muscles digestifs et raréfie les crampes [5, 6]
  • Il réduit l’appétit [9]

Le CBD agira différemment sur la maladie selon la forme sous laquelle elle se présente

Le SCI avec diarrhée retirera probablement le plus de profit du CBD car le cannabis ralentit les contractions musculaires dans le tube digestif.

Le SCI avec constipation peut aussi tirer parti du CBD en raison de ses effets anti-inflammatoires, coupe-faim et en tant que stimulant immunitaire.

Nous aborderons ultérieurement les différentes formes de SCI et la manière dont le CBD est utilisé pour les prendre en charge.

Optimiser les effets du CBD sur le SCI

Le CBD ne devrait pas être utilisé seul pour traiter le SCI. Cette affection est très complexe, faisant intervenir plusieurs systèmes d’organes.

D’autres formes de traitement, notamment des modifications de l’alimentation et de l’activité physique, sont essentielles. Si ces choses ne changent pas, le CBD n’aura probablement aucun effet.

Vous pouvez assimiler le CBD à un chauffeur de taxi : il conduit le véhicule et ses occupants vers une destination, mais ils ne pourront pas l’atteindre si la voiture n’est pas en état de marche et si son réservoir est vide.

Le CBD est  utilisé au mieux comme outil pour aider à atténuer les symptômes désagréables du SCI et pour aider le corps à retrouver son homéostasie (équilibre).

Quelle forme de CBD devrais-je utiliser ?

Le CBD se présente sous de multiples formes. Vous pouvez acheter des huiles, des teintures, des capsules, des suppositoires et des isolats.

En ce qui concerne le SCI, les options les plus populaires sont les huiles, les gélules et les suppositoires.

Les huiles de CBD et les capsules sont faciles à prendre, se conservent longtemps et peuvent être dosées avec précision.

Les suppositoires ont l’avantage de délivrer le CBD directement dans la zone touchée. Ceci est préférable pour la forme  sévère du SCI (plus de détails ci-dessous), mais peut également être bénéfique pour d’autres formes de SCI.

Combien de CBD devrais-je prendre ?

Doser le CBD peut être un défi car chacun réagit différemment.

Certaines personnes prennent 50 mg de CBD par jour, alors que d’autres ont besoin de plus ou de moins de CBD

La dose dépend également de la forme de CBD que vous prenez. L’huile de CBD et les suppositoires ont les faveurs des personnes atteintes de SCI, mais les doses des uns et des autres sont très différentes.

Si vous utilisez des huiles ou des gélules, le meilleur moyen de trouver la bonne dose de départ est de consulter notre guide de dosage de l’huile de CBD.

Voici un tableau comme point de départ en fonction du poids, de la puissance désirée et du nombre de mg de CBD :

Poids (kg)Faible résistanceForce moyenneHaute résistance

45 kg

10 mg

30 mg

60 mg

57 kg

13 mg

38 mg

75 mg

68 kg

15 mg

45 mg

90 mg

80 kg

17 mg

52 mg

105 mg

90 kg

20 mg

60 mg

120 mg

100 kg

22 mg

67 mg

135 mg

114 kg

25 mg

75 mg

150 mg

Pour le SCI, nous vous recommandons de commencer par une puissance faible et d’augmenter progressivement pour voir quelle est votre réaction personnelle au CBD.

Il vous faudra probablement environ deux ou trois semaines d’utilisation régulière du CBD avant de commencer à ressentir de réels effets positifs pour cette maladie.

Si vous utilisez des suppositoires de CBD, il est préférable de suivre les instructions spécifiques données par le fournisseur sur l’emballage. Les concentrations peuvent varier beaucoup d’un suppositoire au CBD à un autre.

Qu’est-ce donc que le CBD ?

CBD signifie cannabidiol. C’est l’un des principaux cannabinoïdes de la plante de cannabis.

La plupart des huiles de CBD actuellement sur le marché proviennent de la plante de chanvre (Cannabis sativa) qui est une variété de cannabis naturellement pauvre en THC, le principal cannabinoïde psychoactif.

La plupart des produits à base de CBD sur le marché n’ont donc aucun effet psychoactif.

Le CBD est utilisé comme complément de santé pour un large éventail d’affections. Il doit en grande partie sa capacité de protéger la santé à son action sur un système, appelé système endocannabinoïde, naturellement présent dans le corps humain.

Le système endocannabinoïde régule l’homéostasie dans le corps. Cela concerne les systèmes immunitaire, digestif, neurologique, musculo-squelettique et tégumentaire (peau).

Qu’est-ce-que le syndrome du côlon irritable (SCI) ?

Le syndrome du côlon irritable est classé dans la catégorie des syndromes plutôt que dans celle des maladies car il se manifeste par un ensemble de symptômes qui ne peuvent pas être reliés à une cause particulière.

Le SCI est, en bref, un « dysfonctionnement généralisé du tube digestif ».

Parmi les symptômes on citera les ballonnements, les douleurs abdominales, l’indigestion et les modifications du transit intestinal (la constipation ou la diarrhée pouvant être graves).

Les symptômes du SCI sont très semblables à ceux de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). La différence est que dans le cas de la MICI l’inflammation présente dans le tractus gastro-intestinal est patente. Grâce à des analyses et à une exploration par caméra spéciale insérée dans le tube digestif, l’inflammation est décelée et un diagnostic de maladie inflammatoire chronique de l’intestin est posé.

Si aucune inflammation ne permet de poser un diagnostic de MICI, le diagnostic du SCI est donné.

Plusieurs critères de diagnostic ont été mis en place par différentes personnes, mais aucun d’entre eux n’est définitif et tous les médecins n’utilisent pas l’ensemble de ces critères pour poser un diagnostic de SCI.

Les critères les plus fréquemment utilisés par les médecins sont les critères de Rome III.

Diagnostic de SCI : liste de contrôle des critères de Rome III

Pour pouvoir poser un diagnostic de SCI, le patient doit présenter les symptômes suivants :

1. Douleur ou malaise abdominaux récurrents au moins 3 jours par mois pendant 3 mois

2. Symptômes comportant au moins deux des caractéristiques suivantes:

  • Amélioration des symptômes après défécation
  • Début associé à un changement de la fréquence des selles
  • Début associé à un changement de la forme des selles

Si ces critères sont remplis et qu’aucune autre explication de leur cause n’est trouvée (telle qu’une inflammation, des lésions traumatiques ou une maladie infectieuse), le diagnostic de SCI est posé pour le patient.

Symptômes du syndrome du côlon irritable :

  • Nausée
  • Douleurs abdominales
  • Gaz, ballonnements
  • Sensation de “gonflement”
  • Constipation / Diarrhée
  • Mucus dans les selles
  • Incontinence fécale
  • Fatigue
  • Gain / perte de poids

3 Types de SCI et comment le CBD agit dessus

20-50% des visites chez un gastro-entérologue aboutissent à un diagnostic de SCI [3], ce qui en fait le trouble fonctionnel du système digestif le plus fréquent.

Les gastro-entérologues classent ensuite les types de  SCI en fonction des symptômes prédominants:

1. SCI à prédominance de diarrhée (SCI-D)

Il s’agit du SCI se manifestant principalement par de la diarrhée.

Les symptômes du SCI-D attestent que les intestins se remplissent d’eau, ce qui laisse envisager des désordres causés par une alimentation trop riche en sel, un mauvais état de la paroi intestinale et une hyperactivité musculaire dans le tube digestif.

A cause de la présence d’aliments riches en sel dans le tube digestif et du mauvais contrôle des membranes, l’eau s’accumule dans les zones remplies d’aliments salés. Cela est dû à un principe de biophysique appelé osmose. Lorsque les intestins se remplissent d’eau, des symptômes tels que la diarrhée se manifestent.

En outre, de nombreux patients atteints de SCI ont une hyperactivité musculaire dans le tractus intestinal. Lorsque les muscles deviennent spastiques, nous avons des crampes, des douleurs abdominales et des ballonnements. Le tube digestif pousse trop rapidement les aliments sans les décomposer et les assimiler correctement. Les aliments non digérés se mettent à fermenter dans le gros intestin, provoquant de douloureux ballonnements, des nausées et de la diarrhée.

Le CBD est utile pour ce type de SCI car il peut réduire l’activité musculaire spasmodique de l’intestin, lui permettant de digérer et d’assimiler correctement les aliments. Il est préférable d’associer le CBD à un régime pauvre en sodium et à une bonne source de fibres dans ce cas de SCI.

2. Constipation-Dominant IBS (IBS-C)

Il s’agit du SCI se manifestant principalement par de la constipation.

Ce type de SCI marque une faible activité dans le tube digestif. Les enzymes pancréatiques, la bile et l’acide gastrique doivent  tous être en dessous de la normale. Ces enzymes aident à décomposer notre nourriture et à stimuler le muscle lisse qui tapisse nos intestins. Cette stimulation provoque la dilatation et la contraction des muscles, entraînant le déplacement des aliments le long du tube digestif.

S’il y a dysfonctionnement de la sécrétion d’enzymes digestives ou du mouvement musculaire dans le tractus intestinal, nous sommes constipés.

Cela peut être extrêmement désagréable et provoquer des symptômes tels que ballonnement grave, sensation de satiété, nausée, fatigue et gonflement du ventre.

Bien que rien ne puisse apporter autant de bénéfices qu’un changement de régime, le CBD a des atouts uniques pour cette forme de SCI.

Le CBD est particulièrement utile pour cette forme de SCI, en raison de sa capacité à augmenter l’anandamide, un endocannabinoïde d’origine naturelle responsable du ralentissement des mouvements intestinaux, de la lutte contre l’inflammation et du contrôle de la diversité du microbiome.

3. SII alternant (SII-A) ou SII mixte (SII-M)

Cette forme de SCI se manifeste par une alternance d’épisodes de diarrhée et de constipation.

Les causes potentielles de ce type de SCI sont beaucoup plus variables et peuvent faire intervenir des facteurs des deux SCI. Pendant plusieurs mois, une personne peut souffrir de diarrhée constante, puis avoir plusieurs mois de constipation grave. Les changements soudains du transit intestinal peuvent être dus à des facteurs diététiques, neurologiques ou immunologiques, ce qui rend la cause difficile à isoler et à traiter.

Le CBD est utile pour ce type de SCI, car il ne pousse pas la fonction digestive dans une direction spécifique. Au lieu de cela, il améliore la capacité du corps à réguler l’homéostasie. Avec d’autres traitements pour gérer les symptômes, le corps a plus de chance de retrouver un meilleur état de santé. 

Quelles sont les causes du SCI ?

La cause exacte du SCI n’est pas encore connue – mais il existe certaines théories partagées par la communauté médicale.

Causes présumées du SCI :

1. Le régime alimentaire

Les pays occidentaux, notamment le Canada, les États-Unis et la Suède, affichent les taux de SCI les plus élevés au monde [11, 12]. Aux États-Unis, environ 1 personne sur 10 est atteinte de SCI.

Les populations de ces pays ont souvent des régimes riches en aliments transformés. Les aliments ultra transformés ont généralement un contenu nutritionnel médiocre (en matière de vitamines, antioxydants, minéraux) et sont hautement caloriques (sous forme de graisse ou de sucre).

Les aliments ultra transformés contiennent souvent des sucres fermentescibles, peu de fibres et de nutriments. Lorsque nous mangeons ces aliments, ils ont tendance à se déplacer lentement dans notre tube digestif en raison de leur faible teneur en fibres et de leur volume important.

Les mouvements lents et la teneur élevée en sucre causent, dans le tube digestif, la fermentation de ces aliments par les bactéries qui vivent là. Dans ce contexte, la fermentation est nocive pour notre fonctionnement digestif – elle provoque des ballonnements, des douleurs et la modification des selles.

L’un des principaux traitements diététiques du SCI est  un régime qui élimine ces types d’aliments. On l’appelle le régime FODMAP, il est à base d’aliments riches en fibres et pauvres en sucre.

La fermentation fréquente des sucres transformés peut au fil du temps menacer l’intégrité structurelle de la muqueuse digestive, entraînant une accumulation de liquide et de la diarrhée (SCI-D) ou une paresse des muscles de l’intestin grêle et du gros intestin, cause de constipation (SCI-C) .

2. Les infections virales

Les infections virales peuvent causer beaucoup de dégâts dans l’organisme. De nombreuses personnes rapportent que leurs symptômes de SCI se sont déclenchés peu de temps après avoir eu des problèmes intestinaux à l’étranger. Après quelques jours de maladie, ils avaient l’air d’aller mieux, mais leur intestin semble ne jamais avoir complètement guéri.

Les virus perturbent les fonctions cellulaires, détournant nos cellules de leur rôle pour leur faire fabriquer plus de virus au lieu de faire leur travail. Ils peuvent causer des ravages sur tout un organe en très peu de temps.

La muqueuse digestive abrite un écosystème complexe de bactéries et d’espèces fongiques appelé le microbiome. Le microbiome a un rôle important dans la digestion et l’assimilation dans le tube digestif. Lorsque nous sommes victimes d’une maladie virale, cela peut avoir de graves conséquences pour  le microbiome et provoquer des effets secondaires à long terme comme le SCI.

3. Dysfonctionnement neurologique

Le mouvement du tractus intestinal (appelé péristaltisme) est un ensemble complexe de mouvements orchestrés en vue de déplacer les aliments dans le tractus intestinal. Cela nécessite une bonne innervation localement et une collaboration avec le cerveau.

Beaucoup de personnes constatent que boire du café stimule leur transit intestinal. Ceci est une bonne illustration de la façon dont le système nerveux agit sur le tube digestif.

Si notre système nerveux est dans un état de stimulation constante, nous allons avoir de la diarrhée (SCI-D).

Si au contraire la stimulation est insuffisante, nous risquons plutôt d’avoir de la constipation (SCI-C).

En nous référant à l’activité neurologique, nous pouvons comparer les types de SCI à d’autres effets secondaires qui affectent souvent en même temps les patients atteints du SCI.

Caractéristiques neurologiques des SCI et des effets secondaires associés :

 Activité du système nerveux Effets secondaires connexes
SCI-DTrop stimuléAnxiété
Crise de panique
Insomnie
Palpitations cardiaques
SCI-CPas assez stimuléFatigue
Dépression
SCI-ATrop ou pas assez stimuléAnxiété
Crise de panique
Insomnie
Palpitations cardiaques
Fatigue
Dépression
Déficit immunitaire

4. Inflammation

Bien que, par définition, le diagnostic de SCI ne nécessite aucune inflammation visible ou décelable, de nombreuses études ont montré que les personnes atteintes de SCI avaient une inflammation de basse intensité de la paroi intestinale [2]. Cette inflammation peut être trop légère pour être détectée par des analyses de sang ou une exploration visuelle par coloscopie ou endoscopie.

Utilisation du CBD pour le SCI

De  nombreuses études ont démontré que le CBD avait des atouts en matière de traitement du SCI.

En régulant la motilité intestinale, la sécrétion d’enzymes digestives, les signaux de douleur, l’inflammation, la santé du microbiome et les désordres neurologiques ou psychosociaux, le CBD offre de profonds avantages pour les symptômes et les causes sous-jacentes de SCI.

Le système endocannabinoïde et le SCI

On pense que le système endocannabinoïde joue un rôle majeur dans le SCI [10].

Les récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2 ont pour rôle de réguler dans le corps humain différents processus, dont beaucoup sont présents dans le tube digestif.

(Source de l’image: Storr, et al., 2008 [10])

Le CBD pour d’autres troubles fonctionnels

Le SCI est considéré comme un trouble fonctionnel, ce qui revient à dire qu’il existe un problème évident dans le fonctionnement de l’organe, mais aucune cause apparente.

La fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique, d’autres affections de la même catégorie que le SCI, sont toutes deux améliorées par l’utilisation régulière de CBD. La nature mystérieuse de ces affections fait qu’il est difficile de déterminer exactement pourquoi le CBD est si utile pour les traiter – mais l’explication probable est le rôle que le CBD joue sur l’homéostasie.

L’homéostasie est le processus que le corps utilise pour maintenir l’équilibre. Elle concerne pratiquement tous les aspects du vivant – depuis la température du corps humain à la sécrétion d’enzymes digestives. Tout problème d’homéostasie peut affecter notre santé.

Le CBD est un bon outil pour réguler l’homéostasie, d’où les multiples avantages de ce composé.

Conclusion : utilisation  du CBD pour le SCI

Bien que le SCI ne soit pas bien cerné et qu’il soit probablement en relation avec un dysfonctionnement de plusieurs systèmes d’organes, avec un mode de vie et un régime alimentaire, le CBD offre de nombreux avantages pour différentes formes de la maladie.

Il est préférable d’utiliser du CBD sous forme d’huile, de gélule ou de suppositoire pour obtenir les meilleurs résultats. Il est également important de prendre l’huile de CBD pendant de longues périodes pour qu’elle produise ses effets. Le CBD peut demander un certain temps pour commencer à procurer des  bienfaits pour cette affection car de nombreux facteurs sont en jeu.

Grâce à une complémentation durable en CBD, des changements dans le régime alimentaire et le mode de vie et grâce à de la persévérance, les symptômes de SCI peuvent être jugulés  pour de longues périodes.

Références

  1. Russo, E. B. (2008). Clinical endocannabinoid deficiency (CECD): can this concept explain therapeutic benefits of cannabis in migraine, fibromyalgia, irritable bowel syndrome and other treatment-resistant conditions?. Neuroendocrinology letters, 29(2), 192-200.
  2. Sinagra, E., Pompei, G., Tomasello, G., Cappello, F., Morreale, G. C., Amvrosiadis, G., … & Raimondo, D. (2016). Inflammation in irritable bowel syndrome: Myth or new treatment target?. World journal of gastroenterology, 22(7), 2242.
  3. Stamboldjiev, T. (2011). Management of Irritable Bowel Syndrome in Primary Care.
  4. Saito, Y. A., Schoenfeld, P., & Locke III, G. R. (2002). The epidemiology of irritable bowel syndrome in North America: a systematic review. The American journal of gastroenterology, 97(8), 1910-1915.
  5. Pertwee, R. G. (2001). Cannabinoids and the gastrointestinal tract. Gut, 48(6), 859-867.
  6. Hornby, P. J., & Prouty, S. M. (2004). Involvement of cannabinoid receptors in gut motility and visceral perception. British journal of pharmacology, 141(8), 1335-1345.
  7. Ribeiro, A., Ferraz-de-Paula, V., Pinheiro, M. L., Vitoretti, L. B., Mariano-Souza, D. P., Quinteiro-Filho, W. M., … & Hallak, J. E. (2012). Cannabidiol, a non-psychotropic plant-derived cannabinoid, decreases inflammation in a murine model of acute lung injury: Role for the adenosine A2A receptor. European journal of pharmacology, 678(1-3), 78-85.
  8. De Petrocellis, L., Orlando, P., Moriello, A. S., Aviello, G., Stott, C., Izzo, A. A., & Di Marzo, V. (2012). Cannabinoid actions at TRPV channels: effects on TRPV3 and TRPV4 and their potential relevance to gastrointestinal inflammation. Acta physiologica, 204(2), 255-266.
  9. Mechoulam, R., & Hanus, L. (2001). The cannabinoids: an overview. Therapeutic implications in vomiting and nausea after cancer chemotherapy, in appetite promotion, in multiple sclerosis and in neuroprotection. Pain Research and Management, 6(2), 67-73.
  10. Storr, M. A., Yüce, B., Andrews, C. N., & Sharkey, K. A. (2008). The role of the endocannabinoid system in the pathophysiology and treatment of irritable bowel syndrome. Neurogastroenterology & Motility, 20(8), 857-868.
  11. Sperber, A. D., Dumitrascu, D., Fukudo, S., Gerson, C., Ghoshal, U. C., Gwee, K. A., … & Bolotin, A. (2017). The global prevalence of IBS in adults remains elusive due to the heterogeneity of studies: a Rome Foundation working team literature review. Gut, 66(6), 1075-1082.
  12. Lovell, R. M., & Ford, A. C. (2012). Global prevalence of and risk factors for irritable bowel syndrome: a meta-analysis. Clinical gastroenterology and hepatology, 10(7), 712-721.
  13. Russo, E. B. (2016). Clinical endocannabinoid deficiency reconsidered: current research supports the theory in migraine, fibromyalgia, irritable bowel, and other treatment-resistant syndromes. Cannabis and cannabinoid research, 1(1), 154-165.

conditions qui répondent au cannabidiol