Evidence based

Cinq suppléments que vous devriez prendre avec votre CBD

CBD a beaucoup à offrir, mais pourquoi arrêter? Là où la CBD fait défaut, d’autres suppléments peuvent prendre le relais. Voici 5 suppléments en même temps.

Article By
Justin Cooke , Posté 3 semaines depuis

  • Table des matières

Le cannabidiol (CBD) est en voie de devenir l’un des suppléments nutritionnels les plus populaires sur le marché. Il est hautement apprécié pour sa capacité à réguler l’homéostasie métabolique, immunitaire et neurologique — un terme savant signifiant « équilibré ».

Les problèmes de santé peuvent être attribués à un déséquilibre d’un système organique ou d’un autre. Parce qu’il rétablit l’équilibre, le CBD offre un large éventail de bienfaits pour la santé de tout le corps.

Bien que le CBD ait de nombreuses utilisations, sa combinaison synergique avec d’autres suppléments nutritionnels à base de plantes peut optimiser ses effets.

Dans cet article, nous allons expliquer pourquoi vous devriez associer votre CBD à d’autres suppléments et quels suppléments vous devriez envisager pour différents symptômes.

Commençons par expliquer exactement pourquoi vous ne devriez pas vous fier uniquement au CBD pour gérer vos symptômes.

Pourquoi vous devriez combiner le CBD avec d’autres suppléments

L’utilisation médicinale du CBD n’est pas un concept nouveau : les gens l’utilisent depuis des siècles pour tout traiter leurs maux, de la douleur et de l’inflammation au déclin cognitif lié au vieillissement.

Cependant, les gens utilisent rarement le cannabis seul.

Dans toutes les formes de phytothérapie, les plantes sont combinées pour améliorer leurs effets en fonction des symptômes.

C’est une pratique courante en phytothérapie, même dans le monde contemporain.

Ce n’est qu’à l’ère moderne que les praticiens de la santé ont choisi d’adopter une approche plus réductionniste de la médecine. Au lieu de combiner plusieurs plantes médicinales ou médicaments pour exploiter leurs forces et compenser leurs faiblesses, un seul composé est prescrit.

L’utilisation d’un seul composé (pharmaceutique) présente des avantages au cours de la phase de recherche car il est plus facile de déterminer quel composé est responsable d’un résultat donné. Les remèdes combinés, en revanche, sont beaucoup plus difficiles à étudier car il est difficile d’identifier exactement l’effet de chaque composant.

Cependant, la plupart des gens ne se soucient pas de savoir quel composé exactement est responsable de quels effets — ils veulent juste se sentir mieux.

Une combinaison avisée est de loin le meilleur moyen de tirer parti au mieux des suppléments nutritionnels. Cela consiste à prendre 2 à 5 suppléments qui fonctionnent bien ensemble pour produire un avantage global plus significatif.

Par exemple, supposons que vous preniez du CBD pour soulager des douleurs articulaires — une application populaire de ce composé. Vous pouvez vous en tenir là et laisser le CBD agir seul, mais jusqu’à certaines limites.

Le CBD aide à bloquer la douleur et à réduire l’inflammation, deux causes communes de la douleur associée à la maladie.

Cependant, que se passe-t-il si la cause de la douleur est une perte de tissu cartilagineux ? Le CBD ne va pas faire grand chose pour contrer ce processus — il est donc préférable de le combiner avec quelque chose comme la glucosamine, qui est bénéfique pour la réparation du cartilage. En combinant les deux, vous pouvez accélérer la réparation de vos tissus cartilagineux dans l’articulation et apporter un soulagement symptomatique à la douleur.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres des cas où il est plus avantageux de combiner d’autres suppléments avec du CBD pour obtenir de meilleurs résultats. Passons en revue cinq autres exemples.

Les cinq principaux suppléments à prendre avec votre CBD

Le choix des suppléments à associer à votre CBD dépendra des symptômes que vous cherchez à traiter.

1. CBD et L-théanine contre l’anxiété

Il existe de nombreuses causes d’anxiété, mais les effets que nous ressentons au cours d’une montée d’angoisse sont le résultat direct de la suractivation du système nerveux, appelée réponse combat-fuite.

Le CBD contribue à calmer le système nerveux grâce à sa capacité à augmenter l’activité d’un neurotransmetteur appelé GABA — qui agit comme la pédale de frein du système nerveux.

Lorsque notre système nerveux s’accélère trop rapidement, GABA le ralentit à nouveau.

Appuyer sur la pédale de frein est une bonne chose, mais seulement si vous relâchez la pédale d’accélérateur en même temps.

C’est là qu’intervient la L-théanine.

La L-théanine est un acide aminé présent dans le théier (Camellia sinensis). Sa structure ressemble beaucoup à un neurotransmetteur appelé glutamate — qui est essentiellement la pédale d’accélération du cerveau. C’est l’un des neurotransmetteurs de stimulation primaires du cerveau.

La similitude de la structure chimique de la L-théanine avec le glutamate lui permet de se lier aux récepteurs du glutamate — seulement, elle ne produit aucun effet [10]. Au lieu de cela, la L-théanine empêche le glutamate de toucher ces récepteurs, ce qui permet de freiner efficacement la pédale d’accélérateur pour permettre au CBD de nous calmer.

2. CBD et Ashwagandha (KSM-66) contre le stress

Une réponse au stress efficace est essentielle au maintien d’une santé optimale.

Le stress existe sous de nombreuses formes, mais tout stress a un effet similaire sur le corps. Il active une région du cerveau appelée hypothalamus. L’hypothalamus envoie alors des hormones aux glandes surrénales, qui initient la production d’une hormone appelée cortisol.

Ensuite, le cortisol :

  • Inhibe le système immunitaire
  • Inhibe la digestion
  • Augmente la fréquence cardiaque
  • Augmente la pression artérielle
  • Dilate les voies respiratoires
  • Stimule le cerveau
  • Force le foie à rejeter du glucose dans le sang

Le cortisol est utile à court terme pour activer la réponse de stress lorsqu’elle est nécessaire — mais si on la laisse persister trop longtemps, elle peut causer de graves problèmes à long terme, notamment l’insomnie, un brouillard cérébral, une diminution de l’immunité et un gain de poids, ainsi que des complications plus graves telles que le diabète et les maladies cardiaques.

Il a été démontré que la supplémentation en Ashwagandha abaissait progressivement les taux de cortisol avec une utilisation régulière [1, 2]. Il existe plusieurs théories sur la façon dont cela se produit. L’idée prédominante suggère que l’Ashwagandha augmente la conversion du cortisol en ses métabolites inactifs en augmentant la capacité de l’hypothalamus à réguler les niveaux de cortisol et à gérer le stress.

Le CBD se marie bien avec l’Ashwagandha car il permet d’obtenir des résultats similaires en agissant sur d’autres zones du système nerveux, notamment les récepteurs GABA [3].

Ces composés peuvent agir ensemble pour soulager le stress chronique.

3. CBD, Curcumine et Boswellia contre l’inflammation chronique

Le processus d’inflammation est incroyablement complexe — des manuels entiers sont consacrés à ce sujet sans même que la surface soit effleurée.

L’inflammation peut grandement varier en fonction de sa cause, ce qui signifie que l’inflammation ressentie au cours d’une maladie auto-immune est très différente de l’inflammation subie lorsque vous vous blessez.

L’inflammation à long terme (chronique) est également très différente de l’inflammation à court terme (aiguë).

Le CBD est excellent pour traiter l’inflammation chronique et aiguë, car il bloque la plupart des molécules impliquées dans le déclenchement de l’inflammation. Néanmoins, il a ses limites.

L’ajout de curcumine (le principe actif du curcuma) et de Boswellia (autre nom de l’encens) peut encore renforcer les effets du CBD en offrant des bienfaits anti-inflammatoires supplémentaires par le biais de différents mécanismes.

La curcumine et la Boswellia arrêtent l’inflammation en bloquant les enzymes clés impliquées dans la fabrication des composés inflammatoires appelés COX et 5-LOX.

La curcumine bloque la COX [6], alors que Boswellia est préférable pour arrêter l’enzyme liée 5-LOX [7].

La prise simultanée de ce trois compléments procurera le plus de bienfaits dans la mesure ou toutes ces actions sont importantes pour stopper l’inflammation.

Le CBD, en bloquant ces enzymes ainsi qu’en inhibant les principaux messagers inflammatoires, permet d’arrêter rapidement le processus d’inflammation.

4. CBD, glucosamine et sulfate de chondroïtine contre les douleurs articulaires

Le CBD est utile pour soulager les douleurs articulaires associées à la fois à la polyarthrite rhumatoïde et à l’arthrose en raison de ses avantages analgésiques et anti-inflammatoires.

L’inflammation est un élément clé des causes sous-jacentes de l’arthrite, mais ce n’est pas la seule cause.

L’un des plus gros problèmes entraînant des douleurs articulaires chroniques à la suite de l’arthrite réside dans la dégradation progressive du cartilage articulaire. Le cartilage est conçu pour protéger les articulations afin qu’un os ne frotte pas directement contre un autre os. Au lieu de cela, le cartilage et un liquide lubrifiant appelé liquide synovial permettent aux articulations de bouger librement sans causer de dommages aux os.

Au fur et à mesure que le cartilage disparaît, le frottement os sur os provoque une douleur extrême et aggrave l’inflammation, entraînant finalement une dégénérescence encore plus rapide du cartilage et une accumulation de tissu cicatriciel.

Le CBD est efficace pour réduire la douleur symptomatique au niveau des articulations et lutter contre l’inflammation, mais il contribue très peu à restaurer le cartilage osseux perdu.

C’est là que la glucosamine et le sulfate de chondroïtine entrent en jeu.

Ces deux suppléments sont connus pour leur capacité à fournir des précurseurs essentiels à la réparation du cartilage et des cellules responsables de la production du liquide synovial (chondrocytes).

Pris ensemble, le CBD permet de réduire l’inflammation et de traiter la douleur, tandis que la glucosamine et le sulfate de chondroïtine aident à restaurer le tissu cartilagineux au fil du temps.

5. CBD et millepertuis contre la dépression

La dépression peut nuire à notre santé, surtout si elle persiste pendant de longues périodes.

Le CBD offre une bonne option pour traiter la dépression principalement pour ses vertus anti-inflammatoires. La neuro-inflammation est un facteur clé de la dépression [8], mais ce n’est pas la seule cause.

La plupart des antidépresseurs agissent en augmentant les niveaux de sérotonine dans le cerveau — ce que le CBD n’est pas capable de faire.

Cependant, une autre plante — le millepertuis (Hypericum perforatum) — en est capable.

Cette plante fonctionne de manière similaire aux médicaments ISRS couramment utilisés pour traiter la dépression [9]. Elle bloque la recapture et la dégradation de la sérotonine dans le cerveau, entraînant une augmentation de ses niveaux en dehors des neurones.

Cette capacité à augmenter la sérotonine, combinée aux puissants effets anti-inflammatoires du CBD, fournit une combinaison puissante pour soulager les symptômes de la dépression.

Bien sûr, consultez toujours votre médecin avant de prendre quoi que ce soit pour la dépression, surtout si vous prenez déjà des antidépresseurs. Le CBD et le millepertuis peuvent interagir négativement avec vos médicaments. Dans ce cas, ils doivent être évités.

Astuce bonus pour la supplémentation en CBD

Jus de pamplemousse pour prolonger les effets du CBD

Le CBD — comme tout autre composé que nous consommons — est finalement métabolisé et désactivé par le foie.

Le foie est un organe incroyablement polyvalent. Il peut détruire presque tous les composés entrant dans la circulation sanguine grâce à un ensemble d’enzymes appelé complexe d’isoenzymes du cytochrome P450.

Selon la structure chimique du composé en cours de métabolisation, différentes enzymes s’intègrent à la tâche.

Lorsqu’il s’agit de CBD, le foie repose principalement sur deux enzymes – CYP3A4 et CYP3A5 [4].

Par conséquent, si nous inhibons l’activité de ces enzymes, le foie mettra beaucoup plus de temps à décomposer le CBD.

Plusieurs choses peuvent y parvenir, mais rien d’aussi puissant ni aussi facilement disponible que le jus de pamplemousse [5].

Cela a conduit de nombreuses personnes à boire du jus de pamplemousse ou à prendre des extraits de jus de pamplemousse parallèlement à leur supplémentation en CBD — réduisant ainsi efficacement la dose quotidienne requise et offrant un soulagement durable.

Mise en garde : le jus de pamplemousse inhibe également les autres enzymes du foie. Vous ne devez donc jamais prendre ce supplément si vous prenez d’autres médicaments, car ils pourraient avoir des effets secondaires. Il est particulièrement important d’éviter le jus de pamplemousse si vous prenez des anticoagulants ou d’autres médicaments pour traiter l’hypertension artérielle.

Points à retenir : suppléments à prendre avec le CBD

Le CBD est un supplément de santé incroyable. Il a beaucoup à offrir pour un large éventail de conditions médicales différentes. Cependant, comme beaucoup d’autres composés, le CBD est encore meilleur lorsqu’il est combiné avec d’autres herbes et suppléments.

Le choix des suppléments à combiner dépend des symptômes que vous traitez.

En exploitant les bienfaits du CBD en association avec d’autres suppléments, nous sommes en mesure de fournir des effets encore plus significatifs pour inverser, prévenir ou atténuer les symptômes.

C’est la différence entre une approche holistique et une approche réductionniste. Laquelle choisirez-vous ?

Références

  1. Bhattacharya, S. K., & Muruganandam, A. V. (2003). Adaptogenic activity of Withania somnifera: an experimental study using a rat model of chronic stress. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 75(3), 547-555.
  2. Chandrasekhar, K., Kapoor, J., & Anishetty, S. (2012). A prospective, randomized double-blind, placebo-controlled study of safety and efficacy of a high-concentration full-spectrum extract of ashwagandha root in reducing stress and anxiety in adults. Indian Journal of Psychological Medicine, 34(3), 255.
  3. Consroe, P., Benedito, M. A., Leite, J. R., Carlini, E. A., & Mechoulam, R. (1982). Effects of cannabidiol on behavioral seizures caused by convulsant drugs or current in mice. European journal of pharmacology, 83(3-4), 293-298.
  4. Yamaori, S., Ebisawa, J., Okushima, Y., Yamamoto, I., & Watanabe, K. (2011). Potent inhibition of human cytochrome P450 3A isoforms by cannabidiol: role of phenolic hydroxyl groups in the resorcinol moiety. Life sciences, 88(15-16), 730-736.
  5. Ho, P. C., Saville, D. J., Coville, P. F., & Wanwimolruk, S. (2000). Content of CYP3A4 inhibitors, naringin, naringenin and bergapten in grapefruit and grapefruit juice products. Pharmaceutica Acta Helvetiae, 74(4), 379-385.
  6. Goel, A., Boland, C. R., & Chauhan, D. P. (2001). Specific inhibition of cyclooxygenase-2 (COX-2) expression by dietary curcumin in HT-29 human colon cancer cells. Cancer letters, 172(2), 111-118.
  7. Lalithakumari, K., Krishnaraju, A. V., Sengupta, K., Subbaraju, G. V., & Chatterjee, A. (2006). Safety and toxicological evaluation of a novel, standardized 3-O-acetyl-11-keto-β-boswellic acid (AKBA)-enriched Boswellia serrata extract (5-Loxin®). Toxicology mechanisms and methods, 16(4), 199-226.
  8. Kiecolt-Glaser, J. K., Derry, H. M., & Fagundes, C. P. (2015). Inflammation: depression fans the flames and feasts on the heat. American Journal of Psychiatry, 172(11), 1075-1091.
  9. Neary, J. T., & Bu, Y. (1999). Hypericum LI 160 inhibits the uptake of serotonin and norepinephrine in astrocytes. Brain research, 816(2), 358-363.
  10. Nathan, P. J., Lu, K., Gray, M., & Oliver, C. (2006). The neuropharmacology of L-theanine (N-ethyl-L-glutamine) a possible neuroprotective and cognitive enhancing agent. Journal of Herbal Pharmacotherapy, 6(2), 21-30.