Evidence based

Biodisponibilité du CBD : Qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi est-ce si important ?

Toutes les CBD ne sont pas identiques. Découvrez les différences entre les formes d’administration du CBD ainsi que les avantages et les inconvénients de chacun. Apprenez comment choisir la meilleure forme de CBD pour vous.

Article By
Tracey Roizman , Posté 4 semaines depuis

  • Table des matières

La CBD offre un grand potentiel pour la santé et la guérison. Son profil d’innocuité élevé et sa nature non toxicomanogène en font une solution de rechange attrayante à de nombreux médicaments conventionnels.

Mais, pour être efficace, le CBD doit atteindre votre système endocannabinoïde. Cela signifie qu’il doit d’abord être absorbé dans votre circulation sanguine, un concept connu sous le nom de biodisponibilité.

Une fois sur place, il doit rester en circulation assez longtemps pour être acheminé vers les organes et les tissus où il est nécessaire.

Alors, quelle quantité du CBD que vous prenez est réellement absorbée et utilisée ?

Cela dépend d’un processus connu sous le nom de pharmacocinétique (comment les composés sont traités par l’organisme).

En bref, la pharmacocinétique fait référence à la somme des mécanismes d’absorption et d’élimination de votre corps, aux caractéristiques du CBD lui-même et aux nombreux facteurs externes qui peuvent soit aider, soit entraver la façon dont vous assimilez et utilisez le CBD.

De plus, la voie d’entrée, ou méthode d’administration, est fortement corrélée à la quantité et à la rapidité avec laquelle le CBD pénètre dans la circulation sanguine.

Biodisponibilité de la CBD : Vaping vs Consommation orale

Dans cet article, nous allons explorer les diverses méthodes d’administration du CBD, notamment par voie orale, inhalée, muqueuse, transdermique et intraveineuse. Nous discuterons de ce que la science actuelle nous dit au sujet de chaque méthode et de leurs avantages et inconvénients relatifs dans la pratique.

Nous allons également examiner certains des facteurs importants qui influent sur l’absorption et le métabolisme du CBD. Et vous apprendrez comment gérer au mieux ces facteurs afin de pouvoir choisir la forme d’administration et le dosage idéals en fonction de ce que vous souhaitez tirer de l’utilisation du CBD.

C’est un vaste sujet, alors allons droit au but.

CBD oral : capsules, huiles et comestibles

Les formulations orales de CBD, telles que les gouttes liquides, les capsules, les teintures, les comestibles et les boissons sont parmi les façons les plus populaires de consommer du CBD. Mais la biodisponibilité orale du CBD est la plus faible de toutes les formes d’administration.

En moyenne, le CBD ingéré a une biodisponibilité comprise entre 6 et 19 % [2, 3, 4]

L’une des raisons à cela réside dans le fait que le CBD n’est pas facilement absorbé lorsqu’il est ingéré et, par conséquent, la majeure partie est excrétée sans exercer aucun effet.

Ceci est dû au fait que le CBD est liposoluble (soluble dans l’huile ; par opposition à hydrosluble), ce qui rend son absorption difficile pour l’organisme.

De plus, les acides digestifs et les enzymes détruisent un grand pourcentage du CBD avant qu’il n’ait une chance d’être absorbé. Et la petite quantité qui traverse la paroi intestinale a vocation à être métabolisée par le foie avant d’atteindre le reste du corps.

La demi-vie du CBD par voie orale, c’est-à-dire le temps qu’il faut pour que la moitié du CBD quitte la circulation sanguine, peut-être plus rapide que les autres méthodes d’administration. Des demi-vies de 10 à 17 heures ont été rapportées pour des doses élevées entre 750 mg et 1500 mg [1].

Les concentrations maximales de CBD par voie orale ont tendance à être inférieures à celles des autres formes d’administration.

Lors d’une expérience, des biscuits infusés avec 40 mg de CBD ont produit des concentrations sanguines maximales de CBD entre 1,5 et 3 heures après ingestion [5].

Cependant, la faible absorption du CBD par voie orale peut être compensée par certains avantages, comme une durée plus longue. Une étude sur des animaux de laboratoire a révélé que la durée moyenne de séjour dans l’organisme d’une molécule de CBD consommée par voie orale, connue sous le nom de “temps de séjour moyen”, était de 4,2 heures.

En revanche, le temps de séjour moyen pour le CBD injecté, dans la même étude, était de 3,3 heures [3].

On a également constaté que le CBD par voie orale entraîne des niveaux cérébraux plus élevés que les méthodes d’inhalation utilisées dans les études chez l’animal [6].

Inhalation de CBD : Vapotage et tabagisme

L’inhalation est un moyen efficace de consommer du CBD en ce qu’elle permet de contourner le tube digestif et le foie, ce qui permet au CBD d’être facilement absorbé par les membranes minces qui tapissent les sacs d’air des poumons (alvéoles) où il pénètre directement dans la circulation sanguine. Il existe plusieurs façons d’inhaler le CBD.

1. Fumer

La forme d’inhalation la plus élémentaire est le tabagisme, dans ce cas la cigarette contient des fleurs (“têtes”) de chanvre riches en CBD non transformés (par opposition au cannabis à teneur élevée en THC). Le tabagisme présente une biodisponibilité de 31 % et une seule cigarette de CBD contenant environ 19 mg de CBD peut produire des concentrations sanguines maximales en 3 minutes [5].

La demi-vie du CBD fumé est en moyenne de 31 heures.

L’inconvénient du tabagisme réside dans la libération de sous-produits de combustion qui peuvent irriter et, dans certains cas, endommager les poumons. Il s’agit notamment du fluorène, du pyrène, de l’acrylonitrile et de l’acrylamide [7].

2. Vapotage

Une forme d’inhalation plus élaborée et moins irritante, semblable à celle du tabac, est le vaping, qui se fait à l’aide un vaporisateur stylo.

Avec cette méthode, vous aspirez de l’huile de CBD liquide contenue dans une cartouche devant un élément chauffant qui atomise le CBD — produisant ainsi une vapeur que vous pouvez inhaler.

Le vapotage produit des concentrations sanguines de CBD et une pharmacocinétique similaires à celles du tabagisme [8]. Il y a un certain risque d’irritation pulmonaire avec le vaping, mais moins qu’avec le tabagisme.

39,99 $ – 129,98 $
CBDfx

kit de vapotage au CBD de chez CBDfx 10 mL

4.67 / 5

  • Total CBD :

    0 – 500 mg

  • Puissance :

    2 – 50 mg / mL

  • Coût par mg :

    0,26 $ – 1,25 $

  • Type d'extrait :

    Spectre complet

3. Nébulisation

Un nébuliseur est un dispositif qui administre le CBD sous forme de brouillard qui est inhalé dans les poumons. Les nébuliseurs sont généralement utilisés dans les hôpitaux pour administrer des médicaments aux poumons endommagés ou sensibles.

Les nébuliseurs produisent des concentrations sanguines maximales en environ 36 minutes [4].

(Homme utilisant un nébuliseur)

CBD sublingual : Gouttes & Sprays

Cette méthode tire parti de la capacité du CBD à être absorbé directement par les muqueuses de la bouche et du nez — en contournant le processus digestif et en pénétrant directement dans la circulation sanguine.

1.Gouttes sublinguales

Les concentrations sanguines maximales de cette méthode, qui consiste à placer des gouttes liquides de CBD sous la langue, ont été établies à 2 heures environ [5].

Une façon simple d’améliorer l’absorption du CBD sublingual consiste à tenir les gouttes sous la langue pendant 20 à 30 secondes avant de les avaler. En procédant ainsi, vous donnez plus de temps à vos muqueuses pour absorber le CBD avant qu’il n’entre dans le tube digestif.

59,99 $ – 129,99 $
Elixinol

Elixinol Liposome huile au chanvre 30 – 100mL

4.17 / 5

  • Total CBD :

    300 – 1 000 mg

  • Puissance :

    10 mg / mL

  • Coût par mg :

    0,13 $ – 0,20 $

  • Type d'extrait :

    Spectre complet

  • Les saveurs:

    Twist d'agrumes

2. Spray oral

Dans une étude, un spray oral constitué d’une combinaison 50-50 de THC et de CBD a produit des concentrations sanguines maximales de CBD à 3,6 heures pour une dose de 5 mg de CBD et à 4,5 heures pour une dose de 15 mg de CBD, soit une dose trois fois plus élevée qui a atteint des concentrations sanguines maximales en seulement 20% plus longtemps.

Cela illustre les avantages d’un dosage plus élevé sur l’efficacité d’absorption.

Là encore, tenir le spray dans la bouche pendant environ 30 secondes avant de l’avaler optimisera l’efficacité de ce mode d’administration.

3. Vaporisateur nasal

L’absorption par les minces muqueuses qui tapissent les voies nasales est assez rapide et atteint la concentration maximale dans le sang en 10 minutes ou moins [2].

CBD transdermique : Timbres transdermiques et CBD topique

Le CBD peut pénétrer dans la circulation sanguine via un patch adhésif placé sur la peau, une méthode connue sous le nom d’administration transdermique. Cependant, les cannabinoïdes très liposolubles sont repoussés par la couche hydrosoluble de la peau — qui agit comme une barrière à l’absorption.

Une solution de contournement efficace consiste à combiner le CBD avec environ un tiers d’éthanol, ce qui rend le CBD plus soluble dans l’eau et s’est avéré quadrupler le niveau d’absorption [2, 9].

Le CBD transdermique est utile pour maintenir des niveaux constants, c’est à dire qui ne fluctuent pas [10]. Bien qu’il pénètre dans la circulation sanguine relativement lentement par rapport à d’autres méthodes, cela peut être un avantage pour éviter les effets secondaires potentiels associés à des pics de concentration rapides.

L’administration transdermique est particulièrement utile pour les affections inflammatoires chroniques et pour le contrôle de la douleur chez les patients souffrant de douleur chronique qui n’ont pas bien répondu aux options médicamenteuses classiques.

De plus, il est plus facile à administrer que d’autres méthodes, ce qui rend les patients atteints de ce type de maladie plus susceptibles de l’utiliser.

CBD intraveineux : CBD injectable (pour usage hospitalier seulement)

L’injection intraveineuse, directement dans la circulation sanguine, offre une biodisponibilité à 100 %. Cependant, les concentrations sanguines chutent rapidement avec l’administration intraveineuse, de sorte que ce n’est peut-être pas la façon la plus efficace d’utiliser le CBD.

Une étude sur les fumeurs de marijuana a révélé que des doses de 20 mg de CBD par voie intraveineuse étaient quatre fois plus biodisponibles que des doses de 19 mg de CBD fumé, mais réduites d’environ 93 % pendant la première heure [11]. Par conséquent, la demi-vie du CBD intraveineux était plus courte, soit 24 heures, tandis que celle du CBD fumé était de 31 heures.

Facteurs affectant l’absorption et l’élimination du CBD

La pharmacocinétique du CBD est soumise à de nombreux facteurs internes et externes. Certains de ces facteurs sont sous votre contrôle et vous pouvez les utiliser à votre avantage. Quant à ceux qui ne sont pas sous votre contrôle, vous pouvez maximiser l’efficacité de votre CBD en choisissant la meilleure forme d’administration pour vos besoins.

Voici quelques-unes des nombreuses “pièces mobiles” de la pharmacocinétique du CBD :

1. État de santé

Votre état de santé peut influer sur l’absorption du CBD et vous devrez peut-être ajuster votre posologie ou votre voie d’administration en conséquence.

Fonction hépatique

Comme le foie joue un rôle très important dans le retrait du CBD de la circulation et sa préparation à l’exportation du corps, l’altération de la fonction hépatique a un impact significatif sur l’efficacité du CBD et sa durée de séjour dans l’organisme.

Dans une étude, les participants atteints d’insuffisance hépatique modérée à grave présentaient des concentrations sanguines de CBD plus élevées et des temps d’élimination plus longs après les mêmes doses de 200 mg que les témoins sains [12].

Cela signifie qu’une plus grande quantité de CBD atteint la circulation sanguine et reste en circulation plus longtemps. Par conséquent, ces personnes ressentent des effets plus importants qu’une personne qui ne souffre pas d’insuffisance hépatique avec la même dose.

Autres problèmes de santé

Des troubles neurologiques ou d’autres problèmes de santé peuvent également affecter la biodisponibilité du CBD.

Dans une étude, Les patients atteints de la maladie de Huntington qui ont reçu des suppléments oraux contenant 700 mg de CBD par jour pendant 6 semaines ont montré de faibles pics d’absorption et aucun effet bénéfique [5].

Par contre, les volontaires en bonne santé qui ont pris une dose orale unique de 600 mg de CBD ont montré une meilleure absorption et des niveaux plus élevés de CBD dans le sang. [5].

2. Posologie

Il est possible de pousser l’équation en faveur d’une plus grande absorption en prenant des doses plus élevées. Augmenter la dose d’un spray oral de 5 mg à 10 mg peut doubler l’absorption, et augmenter la dose de 10 mg à 20 mg s’est révélé tripler l’absorption [4].

Cependant, à mesure que les doses plus élevées se situent entre 400 mg et 800 mg, il semble y avoir un effet de plafond au-delà duquel des doses plus élevées n’entraînent pas des taux d’absorption plus élevés [4].

Cela peut se produire, en partie, parce que les tissus deviennent saturés et incapables d’absorber plus de CBD.

3. À jeun vs Nourri

L’absorption du CBD est nettement meilleure — de 3 à 5 fois supérieure — lorsqu’il est pris avec de la nourriture par rapport à un estomac vide [4].

En raison de la nature liposoluble du CBD, notamment une source saine de gras dans votre repas comme l’avocat, le poisson riche en oméga-3, ou les noix et graines, aidera encore plus [13]. Ce faisant, le CBD se dissout dans les graisses alimentaires et se disperse en particules plus petites qui sont plus faciles à absorber.

L’alimentation ralentit également la vitesse à laquelle le CBD est éliminé du sang. Les taux d’élimination ont été mesurés jusqu’à près de 9 fois plus rapidement à jeun (c’est-à-dire entre les repas) qu’à l’état nourri [4].

La présence ou l’absence de nourriture peut avoir un effet plus important que les doses sur les taux d’élimination. Lorsqu’on a mesuré des doses uniques de 5 mg et de 20 mg d’un vaporisateur oral, on a constaté que la dose la plus élevée n’avait été éliminé que 14 % plus rapidement [4].

4. Traitement thermique

Chauffer des extraits de cannabis (comme c’est le cas pour certaines méthodes de traitement de qualité inférieure) convertit les cannabinoïdes en des formes qui sont également actives mais qui sont moins bien absorbées. Une étude a révélé que les concentrations maximales de CBD étaient quatre fois plus élevées dans les extraits non chauffés que dans les extraits traités à la chaleur [5].

5. Suppléments de pipérine

Composé du poivre noir, la pipérine agit à plusieurs niveaux pour fournir de puissants effets stimulants de l’absorption.

La pipérine stimule les molécules de transport dans la muqueuse intestinale qui sont responsables du transport du CBD à travers la membrane intestinale et dans la circulation sanguine. Une fois le CBD absorbé, la pipérine inhibe les enzymes qui dégradent le CBD, ce qui lui donne plus de temps pour atteindre ses tissus cibles où il peut être absorbé et utilisé.

Dans un supplément oral de CBD qui a été formulé avec de la pipérine, la concentration maximale dans le sang a été multipliée par 6 par rapport au même supplément CBD sans pipérine [ 14]. Plutôt impressionnant !

En résumé

La CBD est largement disponible, mais la science derrière la façon dont il est traité par l’organisme n’en est encore qu’à ses balbutiements. En outre, les taux d’absorption et d’assimilation du CBD varient considérablement d’une espèce animale à l’autre, y compris chez l’homme. Ainsi, les tests sur des animaux comme les souris ne s’appliquent pas forcément pour les humains.

Cela dit, nous pouvons tirer certaines conclusions de cette recherche :

  1. CBD oral — offre la biodisponibilité la plus faible, mais peut être amélioré avec des suppléments comme la pipérine, et en prenant le CBD avec des corps gras.
  2. Inhalation de CBD — Offre un taux élevé d’absorption, mais peut endommager les poumons avec le temps.
  3. CBD transdermique — Permet une administration lente et régulière, qui offre des avantages aux personnes qui ont besoin de maintenir des niveaux constants de CBD dans le sang.
  4. CBD sublingual — Tels que les sprays oraux et les gouttes sublinguales a des taux d’absorption similaires à ceux du CBD ingéré, tandis que les inhalateurs nasaux ont des taux d’absorption plus rapides comparables à ceux du CBD inhalé, sans les inconvénients pour les tissus pulmonaires.
  5. CBD intraveineux (IV) — C’est la voie d’administration la plus rapide, mais c’est aussi celle qui quitte le corps le plus rapidement. Cette méthode est réservée aux professionnels de santé.

Il est important de garder à l’esprit que votre état de santé influencera les formes d’administrations qui peuvent ou non fonctionner pour vous. En cas de doute, un professionnel de santé bien informé peut vous orienter vers les meilleures options pour vos objectifs de santé spécifiques.

References

  1. Taylor, L., Gidal, B., Blakey, G., Tayo, B., & Morrison, G. (2018). A Phase I, Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Single Ascending Dose, Multiple Dose, and Food Effect Trial of the Safety, Tolerability and Pharmacokinetics of Highly Purified Cannabidiol in Healthy Subjects. CNS Drugs, 32(11), 1053-1067. doi:10.1007/s40263-018-0578-5
  2. Paudel, K. S., Hammell, D. C., Agu, R. U., Valiveti, S., & Stinchcomb, A. L. (2010). Cannabidiol bioavailability after nasal and transdermal application: effect of permeation enhancers. Drug Dev Ind Pharm, 36(9), 1088-1097. doi:10.3109/03639041003657295
  3. Xu, C., Chang, T., Du, Y., Yu, C., Tan, X., & Li, X. (2019). Pharmacokinetics of oral and intravenous cannabidiol and its antidepressant-like effects in chronic mild stress mouse model. Environ Toxicol Pharmacol, 70, 103202. doi:10.1016/j.etap.2019.103202
  4. Millar, S. A., Stone, N. L., Yates, A. S., & O’Sullivan, S. E. (2018). A Systematic Review on the Pharmacokinetics of Cannabidiol in Humans. Front Pharmacol, 9, 1365. doi:10.3389/fphar.2018.01365
  5. Ujvary, I., & Hanus, L. (2016). Human Metabolites of Cannabidiol: A Review on Their Formation, Biological Activity, and Relevance in Therapy. Cannabis Cannabinoid Res, 1(1), 90-101. doi:10.1089/can.2015.0012
  6. Hlozek, T., Uttl, L., Kaderabek, L., Balikova, M., Lhotkova, E., Horsley, R. R., . . . Palenicek, T. (2017). Pharmacokinetic and behavioural profile of THC, CBD, and THC+CBD combination after pulmonary, oral, and subcutaneous administration in rats and confirmation of conversion in vivo of CBD to THC. Eur Neuropsychopharmacol, 27(12), 1223-1237. doi:10.1016/j.euroneuro.2017.10.037
  7. Smith, D. M., O’Connor, R. J., Wei, B., Travers, M., Hyland, A., & Goniewicz, M. L. (2019). Nicotine and Toxicant Exposure among Concurrent Users (“Co-users”) of Tobacco and Cannabis. Nicotine Tob Res. doi:10.1093/ntr/ntz122
  8. Hartman, R., Brown, T., Milavetz G., Spurgin A., Gorelick D., Gaffney G., Huestis, M. (2015). Controlled Cannabis Vaporizer Administration:Blood and Plasma Cannabinoids with and withoutAlcohol. Clinical Chemistry, 61:6, 850-869
  9. Stinchcomb, A. L., Valiveti, S., Hammell, D. C., & Ramsey, D. R. (2004). Human skin permeation of Delta8-tetrahydrocannabinol, cannabidiol and cannabinol. J Pharm Pharmacol, 56(3), 291-297. doi:10.1211/0022357022791
  10. Lodzki, M., Godin, B., Rakou, L., Mechoulam, R., Gallily, R., & Touitou, E. (2003). Cannabidiol-transdermal delivery and anti-inflammatory effect in a murine model. J Control Release, 93(3), 377-387. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14644587
  11. Ohlsson, A., Lindgren, J. E., Andersson, S., Agurell, S., Gillespie, H., & Hollister, L. E. (1986). Single-dose kinetics of deuterium-labelled cannabidiol in man after smoking and intravenous administration. Biomed Environ Mass Spectrom, 13(2), 77-83. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2937482
  12. Taylor, L., Crockett, J., Tayo, B., & Morrison, G. (2019). A Phase 1, Open-Label, Parallel-Group, Single-Dose Trial of the Pharmacokinetics and Safety of Cannabidiol (CBD) in Subjects With Mild to Severe Hepatic Impairment. J Clin Pharmacol, 59(8), 1110-1119. doi:10.1002/jcph.1412
  13. Birnbaum, A. K., Karanam, A., Marino, S. E., Barkley, C. M., Remmel, R. P., Roslawski, M., . . . Leppik, I. E. (2019). Food effect on pharmacokinetics of cannabidiol oral capsules in adult patients with refractory epilepsy. Epilepsia. doi:10.1111/epi.16093
  14. Cherniakov, I., Izgelov, D., Domb, A. J., & Hoffman, A. (2017). The effect of Pro NanoLipospheres (PNL) formulation containing natural absorption enhancers on the oral bioavailability of delta-9-tetrahydrocannabinol (THC) and cannabidiol (CBD) in a rat model. Eur J Pharm Sci, 109, 21-30. doi:10.1016/j.ejps.2017.07.003